Elections présidentielles à Chypre : un espoir pour la réunification de l’île ?

L’île de Chypre est divisée par une « ligne verte » depuis 1974, qui sépare la partie chypriote turque (au nord) de la partie chypriote grecque (au sud). Les tensions entre les deux communautés ont été souvent très vives, au cours des dernières décennies, et l’idée d’une réunification de l’île a longtemps semblé compromise. En 2003, dans la perspective de l’entrée de Chypre dans l’Union Européenne (UE), la mise au point d’un plan pour la réunification de l’île avait été confiée au secrétaire des Nations Unies, Kofi Annan. Si ce plan a été largement approuvé, lors du référendum de 2003, par les habitants chypriotes turcs de l’île (à 65%), il a été rejeté par 70% de ses habitants chypriotes grecs. Ces résultats n’ont pourtant pas fait obstacle à l’intégration de la partie sud de l’île dans l’UE, le 1er mai 2004 (alors que la réunification de l’île devait être une condition de son adhésion à l’UE).

La réunification est donc un enjeu très important, autant pour les Chypriotes grecs que pour les Chypriotes turcs, mais aussi pour la Grèce, la Turquie et l’UE. La question chypriote empoisonne les relations au sein de l’Otan, dont la Grèce et la Turquie sont toutes deux membres. Ces tensions se répercutent également sur l’UE, où le projet d’adhésion turque est compromis depuis l’entrée de Chypre, en 2004. La partition de l’île nuit enfin aux perspectives de rapprochement entre la Grèce et la Turquie.

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle de ce dimanche 17 février 2008 sont réjouissants et porteurs de nouvelles perspectives. Les Chypriotes de la partie grecque de l’île (515 000 Chypriotes, dont 350 Chypriotes turcs) ont en effet été appelés à voter ce dimanche. On peut d’ailleurs noter que c’est la première fois que la communauté turque vivant sur la partie sud de l’île est autorisée à voter pour le scrutin présidentiel. La question de la réunification, en suspens depuis l’échec du référendum du 24 avril 2004, a été au centre de cette campagne électorale.
Avec un taux de participation de 89%, ce scrutin a pu prendre des allures de « deuxième référendum » concernant l’éventuelle réunification de l’île. Le président sortant, Tassos Papadopoulos, tenant d’une ligne dure sur le dossier de la division de l’île, a été éliminé au premier tour de l’élection présidentielle. Il avait appelé les électeurs à lui confier un nouveau mandat de cinq ans pour envoyer un message clair et affirmer haut et fort que les Chypriotes ne regrettent pas d’avoir rejeté le plan.

Il est très important que ce message soit envoyé ici à Chypre, mais aussi à l’étranger : le peuple chypriote (…) est seul maître de son destin », avait-il d’ailleurs déclaré, il y a quelques jours.

Le deuxième tour des élections aura donc lieu, le 24 février 2008, et opposera Iannis Kasoulides (droite) et Demetris Christofias (communiste). Le premier, député européen de 59 ans et ancien ministre des affaires étrangères, arrive en tête avec 33,51 % des voix. Il ne devance toutefois son rival que de 980 voix. Iannis Kasoulides espère un approfondissement du rapprochement avec l’UE et veut encourager la réunification. S’il est élu, quant à lui, Demetris Christofias, souhaite ouvertement mettre fin à la partition de l’île. Il a notamment expliqué :

“Notre aspiration est de réunifier ce pays et sa population, les Chypriotes grecs et turcs “.

Pour régler un problème qui paraît aujourd’hui, à bien des égards, fossilisé, Demetris Christofias se dit favorable à une solution fédérale et préconise l’établissement d’un pays indépendant, démilitarisé et non aligné.

L’élimination du président sortant, Tassos Papadopoulos, marque donc indéniablement un renouveau. Il faudra certes attendre le deuxième tour de cette élection pour connaître le nom du nouveau président chypriote. Mais, d’ores et déjà, les résultats de ce premier tour ont fait naître l’espoir d’une relance des négociations pour la réunification de l’île.

Lisa Deheurles-Montmayeur

Doctorante en sociologie sous la direction de Jacques Barou et Yeseren Eliçin Arikan au sein du laboratoire de recherche PACTE.

More Posts


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Ayşın dit :

    Bonsoir,Reynald, vous parliez de droit international plus haut. Il se trouve que des traités internationaux reconnaisssent les chypriotes turcs en tant que peuple distinct des chypriotes grecs. C’est un droit acquis, il n’y a pas à revenir là dessus. Défendre ce droit acquis ne signifie pas vouloir la partition de l’île ni l’attachement de la partie turque à la Turquie. Par ailleurs, je vous signale que c’est grâce à ce droit acquis que les chypriotes turcs ont pu revendiquer un Etat chypriote de type fédéral. Question subsidiaire, est ce que vous diriez que les Kurdes de Turquie ne sont pas des Kurdes mais des Turcs kurdophones ? J’imagine que non pourtant les Kurdes de Turquie n’ont ni le staut de minorité ethnique (qui est un statut juridique qui n’a pas grand chose à voir avec l’arithmétique) ni celui de peuple distinct du peuple turc avec des droits attachés à un tel statut. Selamlar,

  2. Reynald dit :

    Bonjour,Aysin, votre thèse est celle des nationalistes. La seule différence notable entre chypriotes turcophones et héllenophones, hormis la langue, est la religion. Et alors ?Il y a d’autres façons de régler les problèmes que de souhaiter la partition. Si les êtres humains en général considéraient ce qui les rapproche plutôt que de toujours chercher ce qui les sépare, pas mal de conflits seraient évités !Même si les uns et les autres peuvent être considérés comme peuples, ça ne justifie en rien l’appellation de turcs pour les uns et grecs pour les autres, Lisa à raison quand elle parle de dialectes propres à l’île. Ca ne préjuge pas de l’obligation de partition. En Espagne, au moins 4 peuples distincts et trois langues différentes vivent dans un seul état! Ni partition, ni rattachement (Enosis) Avant l’importation de populations extérieures à l’île, il y avait bien une majorité d’autochtones qui se sentaient chypriotes avant tout.Je n’avais pas parlé, moi, de “minorité”, mais le fait d’être une minorité, n’est pas conditionné par un sentiment d’appartenance, mais par le fait d’être en plus petit nombre dans une autre population majoritaire, c’est tout ! C’est pas de la politique mais de l’arithmétique! Ca n’est absolument pas antinomique avec le fait de constituer un peuple!Si à chaque peuple on doit faire correspondre un état, c’est d’une part absurde parce que les peuples sont rarement seuls sur une terre, et d’autre part, on irait rapidement à la catastrophe avec l’apparition d’une multitude de micro états non viables qui n’auraient pas d’autre solution que les conflits et la conquête pour atteindre une taille suffisante pour survivre ou seraient contraints à la dérive vers l’économie parallèle de type mafieux. Tout le monde n’est pas Bahrein ou le Koweit !Ce serait un retour en arrière, on va bientôt voir à quoi cela peut aboutir dans les Balkans!La plupart de ceux qui souhaitent un état chypriote “turc” veulent en réalité le rattachement à la Turquie. Je n’ai pas oublié les “Kibris türk’tür” de 1974 et qu’on entend encore fuser des rangs nationalistes à l’occasion de meetings ou de manifestations.C’est le reflet inversé de l’Enosis. Un nationalisme ne survit pas sans son pendant dans l’autre camp.CordialementReynald Beaufort

  3. Ayşın dit :

    Bonjour, Les chypriotes turcs ne sont pas considérés comme une minorité mais un peuple distinct du peuple grec. Donc ils ne sont pas seulement turcophones. Il me semble que ce point fait partie des revendications essentielles de la partie chypriote turque. Cordialement,

  4. antoine dit :

    Bonjour,Je vous prie de m’excuser pour le retard de ma réponse. Vous avez raison de signaler le fait qu’il est plus judicieux de parler de chypriotes hellénophones ou turcophones plutôt que de chypriotes grecs ou turcs, terme qu’on utlise généralement même si il peut prêter à confusion. Il semble en outre nécéssaire de rappeller que les deux langues sont néanmoins des dialectes particuliers des langues turques et grecques, même si leur emploi tend à s’affaiblir (surtout au nord de l’île avec l’arrivée de populations originaires de Turquie). Très cordialement,Lisa Montmayeur

  5. Reynald dit :

    Bonjour,Les liens ci dessus “Fox” Et “Jon” sont suspects. Ils redirigent vers des sites qui exécutent un soit-disant anti-virus sans vous demander d’autorisation préalable.Ils peuvent installer n’importe quoi sur votre machine à votre insu. Virus chevaux de Troie …etc

  6. Reynald dit :

    Bonjour,Sans vouloir chercher querelle, simplement pour respecter le droit international et peut-être aussi pour ne pas aller dans le sens des nationalistes des deux côtés,ne croyez vous pas qu’il serait plus judicieux de parler de Chypriotes hellénophones ou turcophones? Ni la partition ni l’Enosis ne sont fort heureusement réalisés, il n’existe donc pas de chypriotes “turcs” ou “grecs”. A votre décharge, il est vrai que beaucoup de journalistes (et pas seulement les turcs ou les grecs) font cette simplification qui ne rend pas compte à mon avis des réalités locales.Il existe de plus en plus de mouvements chypriotes souhaitant une île réunifiée sur une base pluricommunautaire et égalitaire.CordialementReynald Beauforthttp://www.turquieeuropeenne.eu

Répondre à antoine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.