Fin de l’incursion de l’armée turque en Irak du Nord


L’importante incursion turque en Irak du Nord, commencée le 21 février 2008, s’est finalement achevée, le 29 février. Selon l’État major, cette opération militaire de huit jours aurait permis de mettre hors de combat près de 240 rebelles du PKK, les pertes, côté turc, s’élevant à 27 militaires tués. Selon les experts, cette intervention devrait « son efficacité » en partie à sa précocité. Attendue pour le printemps, elle aurait été avancée de plusieurs semaines pour surprendre le PKK dans ses zones de repli, derrière la frontière irakienne. Le contexte météorologique (mauvais temps, neige….) aurait encore accru l’effet de surprise, tout en permettant parallèlement aux médias d’accentuer le caractère « héroïque » de l’événement (omniprésence dans la presse et à la télévision de photos ou de films de commandos en tenue blanche de camouflage hivernale). Il reste que cette opération est loin d’avoir définitivement eu raison du PKK, l’armée turque l’a d’ailleurs reconnu dans son communiqué officiel et le Général Büyükanit n’a pas exclu, hier, lors d’une conférence de presse, l’hypothèse de nouvelles incursions. Plus généralement, l’achèvement de cette intervention amène à faire un nouveau bilan des développements de la question kurde dans ses dimensions tant internationale que nationale.

Sur le plan international, en dépit de son caractère inopiné et des conditions spectaculaires de son déroulement, cette incursion n’a rien montré de très nouveau par rapport à celles qui sont intervenues à la fin de l’année dernière. Ciblée géographiquement, limitée dans le temps, elle s’est déroulée avec l’accord de Washington. Pour sa part, le gouvernement irakien y a tacitement donné son aval et les autorités kurdes d’Irak du Nord se sont abstenues de riposter. Il reste que l’exercice était périlleux pour la diplomatie américaine. En acceptant cette intervention (la plus importante du genre depuis le milieu des années 90) et en fournissant aux forces armées turques depuis plusieurs semaines des informations satellites sur la situation et les déplacements des éléments du PKK, les Américains ont passablement déçu, pour ne pas dire exaspéré leurs alliés kurdes irakiens. Les déclarations insistantes du secrétaire à la défense Robert Gates et de Georges Bush en personne, demandant à Ankara de mettre un terme le plus vite possible à l’intervention, alors même que celle-ci était commencée depuis plusieurs jours et que l’armée turque refusait de fixer une échéance à son retrait, ne sont pas parvenues à calmer l’inquiétude des autorités kurdes nord irakiennes, qui ont ressenti le feu vert américain donné à cette opération comme un coup destiné aussi à les affaiblir. Sur le terrain, par ailleurs, bien que les Peshmergas se soient tenus à l’écart des combats, la situation s’est avérée tendue et l’affrontement n’aurait été évité que de justesse en certains points, comme à Bamarni, où des habitants armés sont allés à la rencontre de soldats turcs qui tentaient de prendre à revers des positions tenues par le PKK. Les concessions faites par Washington à Ankara s’inscrivent, semble-t-il, dans une stratégie d’ensemble visant à isoler l’Iran en mobilisant les régimes sunnites de la région. Pourtant, les Turcs, qui viennent de signer avec Téhéran d’importants accords énergétiques, qui ont des prolongements géopolitiques non négligeables, n’entendent pas se laisser manipuler par une administration américaine en fin de mandat de surcroît. De là, leur souci d’affirmer en permanence leur indépendance de décision, en veillant toutefois à ne pas s’opposer frontalement non plus à leur allié américain.

Sur le plan national, cette opération, en dépit des pertes militaires, n’a pas provoqué de mouvements nationalistes comparables à ceux qu’on avait pu relever à l’automne. Des voix dissonantes se sont même fait entendre pour mettre en cause l’utilité de cette incursion, eu égard à son coût humain. La célèbre chanteuse turque transsexuelle, Bülent Ersoy, pourtant très critiquée l’an passé par les milieux libéraux pour avoir violemment rejeté le slogan « Nous sommes tous des Arméniens » qui avait marqué l’enterrement de Hrant Dink, a créé la surprise en déclarant que, si elle avait un enfant, elle ne le laisserait pas partir au front risquer sa vie dans une opération vaine ! Cette déclaration, qui a été faite lors d’une émission de variétés de la chaîne privée « Star TV », risque d’exposer la chanteuse à des poursuites judiciaires pour atteinte « au prestige de l’armée ». Si les propos de Bülent Ersoy ont « boosté » ses ventes de disques dans les départements du Sud-Est, ils ont aussi reçu le soutien remarqué d’un certain nombre d’intellectuels et de journalistes qui n’ont pas hésité à dire qu’elle avait dit tout haut ce que nombre de mères de famille pensent tout bas. De toute évidence, l’opinion publique turque n’est plus aussi sensible aux sirènes du nationalisme le plus primaire.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.