Joël-Pascal Biays, le recteur-adjoint de l’Université de Galatasaray, nous a quittés.

Joël-Pascal Biays, le recteur-adjoint de l’Université de Galatasaray, est décédé subitement, le 14 mars 2008, à Istanbul. Cette triste nouvelle a plongé la communauté universitaire francophone de Turquie et d’Egypte, ainsi que les universités de Grenoble et de Nice, dans la consternation. Joël-Pascal Biays n’était en poste que depuis le début de la présente année universitaire, mais son professionnalisme avait rapidement conquis ses collègues et tous ses interlocuteurs. Alors même qu’il venait d’accueillir à l’Université de Galatasaray, l’ancien Premier Ministre, Dominique de Villepin, par un discours brillant et plein d’humour dont il avait le secret, il laisse sous le choc ceux qui le connaissaient de longue date et ceux qui commençaient à nouer avec lui des liens durables de travail et d’amitié.

Nommé à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble, après sa réussite au concours d’agrégation de droit public, à la fin des années 80, il y devint rapidement directeur de la préparation « ENA ». Tout de suite, à ce poste, il impressionna tous ceux qui le côtoyaient par une capacité de travail hors du commun et par une force de caractère faite de détermination et de profonde humanité. Joël-Pascal assumait ses fonctions avec enthousiasme et passion. « Nous devons être les chevaliers blancs du service public ! » avait-il pour habitude de dire, dans son bureau, au terme de longues journées de travail. D’un optimiste inébranlable, il se distinguait par un sens de l’humour éprouvé, dont il faisait profiter ses amis, mais aussi ses étudiants et ses collègues, chaque fois que l’occasion se présentait.

Après être devenu, à la fin des années 90, vice-président de l’Université Pierre Mendès France de Grenoble, il devait rallier l’Égypte pour prendre la direction de la Filière francophone de droit de l’Université du Caire. Dans un poste difficile, il allait démontrer avec brio ses qualités de négociateur et de chef de projet. Redonnant confiance à ses collègues et à ses étudiants, il réussit rapidement à faire de cette formation un bel outil au service de la coopération culturelle franco-égyptienne, dont l’ensemble du pôle universitaire français en Egypte profita très largement. Au-delà des innombrables et mémorables souvenirs que je conserve d’une époque où nous avons été amenés à travailler, côte à côte, dans une université de 200 000 étudiants et en immersion totale dans la société égyptienne contemporaine, je n’oublierai jamais le débat contradictoire sur “la Constitution européenne” dont nous avions accepté d’être les protagonistes au Centre Français de Culture et de Coopération du Caire. Dans une salle comble, alors même que ce sujet divisait notre pays et que nous étions tous deux en désaccord, la confrontation ne devint jamais mesquine ou désagréable et fut toujours menée dans le respect mutuel et la bonne humeur, de sorte que nous étions ressortis de l’épreuve encore meilleurs amis qu’auparavant. Sans renier son point de vue et ses convictions, il est vrai qu’il savait écouter et se nourrir de la contradiction.

Les mots font défaut aujourd’hui pour rendre hommage au professeur, au chercheur et à l’ami qui nous a quittés. Mais ,sans aucun doute, si un terme aujourd’hui doit exprimer le souvenir de Joël-Pascal Biays, c’est celui de « générosité » qui paraît le plus approprié. Dans les jours qui viennent, cette générosité, qui reposait sur un enthousiasme motivant, une joie de vivre à toute épreuve et une disponibilité rare, va cruellement manquer à tous.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.