Les féministes turques passent à l’action !


Le 8 mars au soir, de la place de Taksim jusqu’au lycée de Galatasaray, Istiklâl Caddesi a été le théâtre de la marche pour la Journée internationale de la Femme. Cette manifestation a été brève (19h30 à 20h 30) mais elle s’est déroulée sans heurts malgré la présence d’un déploiement impressionnant de forces de l’ordre. La plupart des participantes étaient habillées en violet, la couleur traditionnelle des féministes. Le choix de cette couleur, symbole de la sagesse et de la spiritualité, remonte, semble-t-il, aux années 70, moment de la première montée en force du féminisme dans les sociétés occidentales. Mais certains rappellent aussi que la couleur violette était déjà présente bien antérieurement dans les mouvements de femmes réclamant le droit de vote, au début du 20ème siècle… Une chose est pourtant sûre, c’est que cette teinte franche et profonde, qui tranche avec le rose ou le mauve tendre souvent associés à la féminité, plaît particulièrement aux féministes déterminées à réagir contre les idées reçues habituellement véhiculées sur le sexe faible. Pour leur part, sur Istiklâl Caddesi, jeudi soir, les féministes turques ont tenu à exprimer leur détermination avec un brin de provocation, en scandant haut et fort des slogans tels que « Nous ne serons plus l’honneur (namus) de personne» ou encore « rébellion, révolution et liberté »… Devant le Lycée de Galatasaray, l’une des leaders de la marche a tenu un discours enthousiaste pour une assistance déjà largement acquise à la cause des Femmes. Elle a notamment fermement conseillé aux « hommes souverains, aux pères, aux frères, aux maris, aux imams… » et même « aux premiers ministres de prendre garde car les femmes désormais n’allaient plus se taire »…
Si la couleur dominante de la marche du 8 mars sur Istiklâl était indiscutablement le violet, celle du meeting du dimanche 4 mars qui s’est déroulé à Çağlayan était plus difficile à déterminer car le paysage était là-bas beaucoup plus bariolé. Y participaient bien-sûr des associations et des mouvements à proprement parler féministes mais également, les branches féminines de certains partis politiques (principalement le DTP, l’ÖDP, ou le TKP) ou encore des organisations ouvrières ou paysannes animées par des femmes… Malgré la présence imposante des forces de l’ordre (parmi lesquels on remarquait la présence de nombreuses femmes, ce qui se justifiait en raison des fouilles pratiquées aux entrées du lieu de rassemblement), on peut dire que le meeting s’est bien déroulé. Certains craignaient en effet la réédition des événements de 2005. Rappelons que le 6 mars 2005, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la Femme, prenant prétexte que leur réunion n’avait pas été officiellement autorisée, la police anti-émeute avait dispersé environ 300 femmes à coups de matraque et de gaz lacrymogènes sous les yeux et les caméras de la presse internationale, ce qui avait été du plus mauvais effet au moment même où la Turquie se préparait à l’ouverture des négociations d’adhésion avec l’Union Européenne. Cette fois-ci, en revanche, les forces de sécurité sont demeurées impassibles même lorsque les féministes ont scandé en les regardant droit dans les yeux : « Policier, cesse de somnoler, applique les lois » ou encore « Les policiers violeurs devront rendre des comptes »… Au cours du meeting, bien qu’il n’y ait pas eu d’incident majeur, certaines manifestantes qui brandissaient des portraits d’Abdullah Öcalan ont été rappelées à l’ordre par les organisatrices. Toutefois, tous les discours prononcés par les organisatrices, tant lors du meeting du 4 mars que lors de la marche du 8 mars, ont été traduits en kurde (et même en arménien, le 4 mars)
Certes, lorsque l’on parle de la condition de la femme dans le monde musulman, il est courant de présenter la Turquie comme une exception parce que les femmes y ont obtenu le droit de vote en 1934 et qu’elles peuvent légalement accéder aux postes les plus importants dans tous les domaines. Pourtant, en dépit de ces acquis souvent mis en exergue, la pratique ne correspond malheureusement pas toujours à la réalité… Faut-il rappeler notamment que le taux de femmes présentes au sein de la Grande Assemblée nationale de Turquie est seulement de 4,4% ? Faut-il insister sur le fait que les violences conjugales sont encore très courantes et que la police ne réagit pas toujours comme il le faudrait lorsqu’elle doit recueillir les plaintes des femmes qui en sont victimes ? En réalité, il serait probablement plus juste de parler d’une extrême diversité de la condition de la femme en Turquie. Cette diversité tient non seulement au milieu social mais également à des variables d’ordre géographique et économique. Ainsi, si une femme, comme Mme Arzuhan Doğan Yalçındağ, peut être élue à la tête de la TÜSIAD, première organisation patronale turque, le crime d’honneur reste un fléau en Turquie, et pas seulement dans le Sud- Est, comme on le pense souvent.
Parmi les nouvelles qui auront marqué cette journée de la Femme 2007, on ne manquera pas de relever également l’initiative inattendue de la Direction des Affaires religieuses (Diyanet Bakanlığı) qui a publié un livre violet principalement consacré à l’égalité entre hommes et femmes. Un article du Président du Diyanet, Ali Bardakoğlu, s’y emploie notamment à expliquer que la religion n’est en rien responsable des injustices subies par les femmes au quotidien pour mettre en cause la mentalité patriarcale qui domine encore bien souvent les comportements dans ce pays.
En fin de compte, cette journée aura une fois de plus fait ressortir l’ambivalence de la société turque. La manifestation féministe du 8 mars sur Istiklâl ressemblait à beaucoup de celles qui se tiennent en Europe chaque année, notamment par ses principaux mots d’ordre (égalité des salaires, rejet de la violence conjugale…). Pourtant, il est probable que les féministes turques avaient en tête des préoccupations beaucoup plus urgentes et spécifiques, comme celle du crime d’honneur particulièrement développé malheureusement dans les sociétés musulmanes…
Emel Kaba


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. OVIPOT dit :

    Merci Murat de votre appréciation, nous espérons que ce blog continuera à répondre à vos attentes. Malheureusement, nous n’avons pas encore de version turque du blog mais cela viendra…L’OVIPOT

  2. murat dit :

    Je découvre votre blog grâce à G.Perrier et son blog “Au fil du bosphore”.Vos articles sont très intéressants et j’aimerais les communiquer à des Turcs non francophones. Avez-vous une version turque de ce Blog?

Répondre à murat Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.