Un mois après l’élection de Demetris Christofias, quelles perspectives pour Chypre ?

Le 24 février dernier, Demetris Christofias, le leader du parti communiste chypriote (Akel), a remporté les élections dans le sud de l’île, avec 53, 4% des voix, face au candidat de centre-droit, Ioannis Kasoulides. Au cours de sa campagne, Demetris Christofias avait explicitement exprimé sa volonté de promouvoir une politique de la main tendue à la partie nord de Chypre. Alors que les négociations sont en panne depuis près de quatre ans, cette élection marque donc un tournant important dans l’histoire de l’île et semble constituer une réelle opportunité pour les partisans de sa réunification.

Convenons que le nouveau président chypriote grec n’a pas tardé à tenir ses promesses de campagne. Le 21 mars dernier, en effet, une rencontre a eu lieu entre lui et Mehmet Ali Talat, le président de la République turque de Chypre du Nord (qui n’est reconnue que par la Turquie). La réunion s’est déroulée à la résidence de M. Moller, le chef de la mission de l’ONU à Chypre. Les deux présidents ont affirmé leur volonté d’intensifier leurs efforts pour parvenir à un plan de réunification de l’île. Cette rencontre apparaît comme le point de départ d’une coopération plus poussée à l’avenir, puisque les deux hommes ont convenu de se rencontrer à nouveau dans trois mois, afin d’examiner les travaux des groupes de réflexion et des commissions techniques, qui vont se réunir pour évoquer toutes les dimensions d’un éventuel règlement du conflit. Si les résultats de ces réunions sont concluants, un processus de négociations pourrait être lancé sous les auspices du secrétaire général des Nations Unies. Afin de sceller de manière symbolique ce nouvel engagement, les deux hommes ont pris la décision de lever le barrage de la rue Lydra, qui séparait les deux communautés au centre de Nicosie. La rue Lydra, très touristique, est ainsi devenue le second point de passage ouvert aux piétons dans la capitale, et la sixième brèche dans la « ligne verte », qui partage encore l’île. À l’occasion de cet événement, les deux hommes ont reçu le soutien de femmes chypriotes venant des deux communautés, qui ont manifesté pour la paix et pour la réunification de l’île.
Les engagements pris et la bonne volonté affichée par les deux protagonistes, lors de cette réunion, offrent des perspectives encourageantes pour la réunification. Un dialogue pérenne et constructif semble en train de se mettre en place entre les deux hommes. Demetris Christofias, historien et dirigeant de longue date du parti communiste chypriote, compte sur les affinités politiques qui peuvent le rapprocher de Mehmet Ali Talat. Ce dernier appartient en effet, lui aussi, à un parti de gauche (ou plutôt de centre-gauche), le « Cumhuriyetçi Türk Partisi ». Mais, si les deux présidents semblent d’accord pour parvenir à la réunification de l’île, leurs positions risquent néanmoins de diverger sur la manière et les modalités de mise en œuvre d’un tel processus.

La solution du problème chypriote butte depuis plusieurs années sur l’organisation du pouvoir et du territoire ainsi que sur la présence de l’armée turque au nord et la question du retour des réfugiés. Trouver des solutions communes impliquera nécessairement des concessions de part et d’autre. Demetris Christofias et Mehmet Ali Talat sont sans doute disposés à des compromis, les opinions publiques des deux parties de l’île, d’une part, celles de Grèce et de Turquie, d’autre part, le seront-elles également ?

La société civile s’était exprimée par voie référendaire sur le plan de réunification proposé par Kofi Annan, en avril 2004. Les Chypriotes turcophones avaient certes approuvés majoritairement le plan Annan (bien que ce dernier exigeât d’eux des concessions). Mais le rejet massif du même plan par les Chypriotes hellénophones était apparu à beaucoup comme un refus du règlement de ce conflit par un pays ayant déjà un pied dans l’Union Européenne (UE). Car malgré le non règlement du conflit, la partie sud de l’île avait intégré l’UE en 2004. Il est vrai que le président chypriote grec précédent, Tassos Papadopoulos, connu de longue date pour ses positions intransigeantes, avait fortement incité ses compatriotes à rejeter le plan Annan. La victoire de Demetris Christofias et l’éviction de Tassos Papadopoulos, dès le premier tour des élections, ont été analysées comme un revirement de l’opinion chypriote hellénophone. Pourtant, dans la mesure où l’élection de Demetris Christofias n’est pas uniquement due, semble-t-il, à sa volonté de réunification de l’île mais aussi à ses engagements en faveur d’une politique sociale active à Chypre (qui a connu une forte libéralisation de son économie depuis quelques années), peut-on conclure que la victoire du leader communiste est avant tout l’expression d’une évolution des Chypriotes grecs sur la question de la réunification ? De toute évidence, il est important de prendre en compte le sentiment des populations civiles chypriotes. On lira, à cet égard, avec profit l’excellent ouvrage d’Etienne Copeaux et Claire Mauss-Copeaux, « Taksim! Chypre divisée » (publié à Lyon, chez Aedelsa éditions, en 2005). Les entretiens menés par ces deux chercheurs auprès de Chypriotes turcs apportent des éléments de compréhension intéressants sur ce conflit et ses conséquences pour les populations civiles. Cela amène à se demander quelle part prendront ces dernières au processus de réunification, si toutefois celui-ci est finalement lancé.

La marge de manoeuvre des deux présidents sera également dépendante de l’influence que la Grèce et la Turquie peuvent avoir sur le dossier. Recep Tayyip Erdogan a, par exemple, adressé une lettre, le 6 mars dernier, au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et, le 7 mars, aux pays de l’UE, dans laquelle il se félicite de la volonté de rapprochement des leaders des deux parties de l’île, mais il met également en exergue des points récurrents sur lesquels la Turquie n’est pas prête à céder. Le Premier ministre turc s’est également entretenu avec Mehmet Ali Talat. Les deux hommes souhaitent que le Plan Annan serve de base de référence au processus de négociation. Or, Demetris Christofias a déclaré, avant les élections présidentielles, qu’il souhaitait le départ des troupes turques et la fin du Traité de garantie s’appliquant toujours à l’île (c’est-à-dire concrètement, pour la Turquie, l’abandon de son statut de puissance garante à Chypre) tout en affirmant qu’il entendait recourir à des propositions alternatives à celles du plan Annan. Le nouveau président chypriote grec s’est d’ailleurs lui aussi entretenu, début mars 2008, avec le premier ministre grec, Costas Caramanlis. À l’issue de cette rencontre, les deux responsables ont exprimé leur souhait de voir la Turquie se montrer « constructive dans la question chypriote » en acceptant par exemple un retrait militaire de la partie nord de l’île. Or, le chef d’état-major de l’armée turque n’a pas hésité à aller à Chypre, à la fin du mois de mars, pour s’exprimer indépendamment des positions de son gouvernement et montrer que les militaires turcs restaient incontournables. L’attitude de la Grèce et de la Turquie sur ce dossier peut avoir ainsi des conséquences sur les relations entre les protagonistes chypriotes, quelle que soit leur volonté de coopération réciproque. Toutefois, l’influence des diplomaties grecque et turque peut aussi s’avérer positives, car il ne faut pas oublier que celles-ci se sont sensiblement rapprochées au cours de la dernière décennie.

La perspective d’une réunification de l’île ne semble donc pas à exclure. Les premières bases d’une issue à la crise chypriote ont, en effet, été posées par les leaders des deux communautés.

« Nous devons être optimistes et nous sommes d’accord pour travailler ensemble dans un bon esprit […] Nous voulons souligner ce sur quoi nous sommes d’accord et non ce sur quoi nous ne sommes pas d’accord »

, a notamment déclaré Demetris Christofias, à l’issue de sa rencontre avec Mehmet Ali Talat, le 21 mars.

« C’est une nouvelle ère qui commence pour trouver une solution au problème chypriote. Notre but est de trouver une solution complète dès que possible », a affirmé quant à lui, Mehmet Ali Talat. Mais il a précisé aussi : « Nous n’avons pas discuté des conditions de la solution, mais, simplement, discuté de la procédure à suivre ».

En tout état de cause, le processus engagé apparaît comme une chance unique pour résoudre un conflit fossilisé, qui reste aujourd’hui l’un des obstacles majeurs à la candidature européenne de la Turquie.


Lisa Deheurles-Montmayeur

Doctorante en sociologie sous la direction de Jacques Barou et Yeseren Eliçin Arikan au sein du laboratoire de recherche PACTE.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.