Au Parlement de Strasbourg, le Président slovène plaide pour la candidature turque.

S’exprimant le 23 avril 2008, devant le Parlement européen, à Strasbourg, le Président slovène, Danilo Türk, dont le pays préside actuellement l’Union Européenne, a défendu vigoureusement la candidature européenne de la Turquie. Estimant qu’il fallait poursuivre les négociations d’adhésion avec Ankara, Danilo Türk a mis en garde contre la tentation d’exclure la Turquie pour des raisons culturelles.

«On ne peut écarter un pays uniquement pour des inconvénients politiques ou des préjugés culturels», a-t-il dit, avant d’ajouter : «le sentiment d’exclusion nourrit le ressentiment et le ressentiment nourrit l’instabilité». Le Président slovène a rappelé que l’UE s’était engagée dans la perspective de l’adhésion et qu’un refus «mettrait en cause la crédibilité» même de Bruxelles.

Ce discours, prononcé à Strasbourg, sonne comme un message prémonitoire adressé à la France qui doit prendre la présidence tournante de l’UE, au second semestre de 2008. Ce n’est pas la première fois que les responsables slovènes s’expriment de la sorte sur la candidature turque et implicitement sur les réticences françaises dont elle fait l’objet. Dès le début de leur présidence européenne (le 16 janvier 2008), par la voix de leur Premier ministre, Janez Jansa, et déjà devant Parlement de Strasbourg, d’ailleurs, ils avaient plaidé pour la candidature d’Ankara, tout en critiquant le projet français d’Union pour la Méditerranée, qui apparaissait alors comme une alternative à l’intégration pleine et entière de la Turquie dans l’Union européenne (notre édition du 18 janvier 2008).

Pourtant, cette prise de position marquée en faveur de la Turquie a une autre dimension. On peut estimer, en effet, qu’elle tend à valoriser, d’une part, la présidence d’un pays, qui a souvent été ressentie comme une présidence de transition avant la présidence française à venir, tout en exprimant, d’autre part, plus généralement, une vision élargie de l’Europe, qui est actuellement celle de la plupart des pays de l’Est. En réalité, premier pays d’Europe centrale et orientale à présider l’UE, depuis les élargissements de 2004 et de 2007, la Slovénie a aussi fortement défendu pendant sa présidence l’idée de poursuite de l’élargissement dans les Balkans. Dans son discours à Strasbourg, Danilo Türk a ainsi déclaré qu’on ne pouvait maintenir les Balkans occidentaux «dans un trou noir», faisant ici allusion à la candidature de la Croatie et surtout à celle des autres pays de l’ex-Yougoslavie. Il a estimé, notamment, que Bruxelles devait définir «de manière plus claire la perspective européenne de ces pays», sans pour autant donner une date pour la signature d’un pacte de stabilisation et d’association, un accord de pré-adhésion avec la Serbie qui a été reporté, à plusieurs reprises. Mais Danilo Türk est allé encore plus loin, en plaidant la cause de la Moldavie et de l’Ukraine, pour demander que ces deux pays se voient offrir une opportunité d’adhésion à l’UE que, selon lui, « il serait inadmissible de leur refuser ». Pour le président slovène, ces nouveaux élargissements doivent être envisagés, en fait, « à la lumière de l’ambition de l’UE d’être un acteur mondial de premier plan. »

On le voit, la position slovène, en l’occurrence exprimée, rejoint une vision de l’Europe, largement partagée en Europe centrale et orientale, soutenant un élargissement de l’UE calqué sur les récentes extensions territoriales de l’OTAN et remettant en cause la prétention hégémonique du fameux couple franco-allemand qui, on le sait, continue à exprimer, pour sa part, de fortes réserves quant à la candidature européenne d’Ankara.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.