La solitude des objecteurs de conscience


14 mars 2007, 14H30, les manifestants ayant répondu à l’appel de la « Plateforme des objecteurs de conscience » (Vicdani Ret Platformu) se rassemblent dans un coin de la Place Taksim avant d’entamer une marche sur Istiklâl Caddesi. Une vaine attente ne leur permet pas de regrouper plus d’une vingtaine de manifestants qui se partagent trois pancartes et deux banderoles. La plateforme est pourtant soutenue en théorie par plusieurs associations et partis politiques mais aucun d’entre eux n’est venu, pas même « l’Initiative des mères pour la paix » (Barış anneleri inisiyatifi), association pourtant présente sur « Istiklâl » une heure auparavant, à l’occasion d’un « sit-in ». Les objecteurs n’arborent, quant à eux, aucun signe politique ostensible pouvant suggérer une appartenance à un syndicat ou à une association. Tous sont là avant tout pour réclamer la libération de Halil Savda (un objecteur de conscience déclaré depuis le 26 Novembre 2004, détenu à la prison militaire de Çorlu, qui doit comparaître le lendemain, une nouvelle fois, devant la Cour militaire) et pour revendiquer le droit à l’objection de conscience qui n’est pas légalement reconnu en Turquie.
Le cortège s’apprête à partir. Son faible nombre et l’irruption de deux enfants jouant aux militaires armés d’un parapluie donne le ton de la manifestation : une poignée d’antimilitaristes vont tenter de sensibiliser à leurs revendications une opinion publique où l’armée reste une valeur sûre et respectée. La stupéfaction des passants, l’incompréhension qui se lit sur leur visage lorsqu’ils entendent les slogans des manifestants («Nous ne serons pas les soldats de la Turquie, nous ne serons les soldats de personne » « N’allez pas à l’armée » « Armée regarde, libère Halil, Halil ne sera jamais un soldat », « nous voulons un monde sans militaires et sans policiers ») et leur ignorance de la notion même d’objection de conscience (vicdani ret) en attestent tout au long du défilé.
Cependant, la marche se déroule sans heurts, et les participants crient sans complexe et dans la bonne humeur des mots d’ordre qu’il n’est pas facile d’exprimer en Turquie, sous l’étroite surveillance des forces de l’ordre, en uniforme et en civil. Celles-ci n’hésiteront pas d’ailleurs à rappeler à l’ordre les manifestants lorsque emportés par leur élan, ils envisagent de poursuivre leur marche au-delà de Tünel, en direction de Karaköy. Quelques policiers en civil se mettent en travers de leur chemin, et leur demande de montrer leur autorisation pour cette manifestation (effectivement obtenue pourtant). Ils les laissent finalement repartir à la condition qu’ils rangent leurs banderoles et cessent leurs slogans. En clair, la manifestation est finie. Elle n’aura duré qu’une demi-heure, le temps de parcourir Istiklâl sur toute sa longueur…
Pourtant, le seul fait qu’elle ait pu avoir lieu tient en soi du prodige. En effet, bien que signataire de la Convention européenne des droits de l’Homme, qui reconnaît le droit à l’objection de conscience au service militaire, la Constitution turque ne reconnaît quant à elle pas ce droit aux citoyens turcs. La Turquie est d’ailleurs, avec l’Azerbaïdjan, le seul Etat membre du Conseil de l’Europe qui ne reconnaisse le droit à l’objection de conscience. La conscription quant à elle, prévue par l’article 72 de la Constitution de 1982, est décrite par ce même article comme « le droit et le devoir de tout citoyen turc » ayant entre 19 et 40 ans. Par ailleurs, si l’article 87 du Code pénal militaire prévoit des sanctions pour ceux qui se soustraient au service militaire, l’article 318 de ce même code permet de sanctionner également le fait d’inciter autrui à ne pas le faire. Or, à en juger par les slogans on ne peut plus explicites des manifestants, tel était bien l’un des objets de la manifestation de ce 14 mars.
Ces articles de loi ont d’ailleurs trouvé maintes applications par le passé, avec l’apparition des premiers objecteurs à partir de l’année 1990 (Tayfun Gönül et Vedat Zencir). Le concept d’objection de conscience apparaît alors peu à peu dans le débat public turc. Le cas le plus célèbre d’objecteur de conscience poursuivi en justice, et qui popularisera véritablement la cause des objecteurs, est Osman Murat Ülke, dit « Ossi ». À la différence de ses prédécesseurs, qui ont été acquittés, « Ossi » fut le premier objecteur à avoir été forcé de retourner dans son unité d’affectation, puis à avoir été incarcéré dans une prison militaire pour insubordination. C’est, à ce moment là, que le mouvement des objecteurs de conscience a commencé à se former, autour de la défense d’Osman Murat Ülke et grâce à la forte médiatisation de son procès qui permit la diffusion de l’idée d’objection de conscience et par là même la multiplication des objecteurs. Les premières tentatives d’institutionnalisation du mouvement apparaissent alors avec la création en décembre 1992 de l’Association des antimilitaristes (Savaş Karşıtları Derneği) à Izmir. Fermée par le gouverneur, dès novembre 1993, sa branche stambouliote, établie en automne 1993, survit et l’Association des antimilitaristes d’Izmir (İzmir Savaş Karşıtları Derneği) est fondée en février 1994. « Ossi » fut finalement relâché en mars 1999, mais d’autres objecteurs de conscience, devenus célèbres parmi les initiés, ont connu des démêlés avec la justice. C’est notamment le cas de Mehmet Bal, qui après avoir déclaré son objection, en octobre 2002, fut le second objecteur emprisonné, et de Mehmet Tarhan, premier objecteur de conscience homosexuel déclaré comme tel, le 27 octobre 2001, qui fit l’expérience de la détention en raison de son choix.
Depuis quelques années, les autorités turques (non sans avoir préalablement fermé toutes les associations d’objecteurs de conscience évoquées précédemment) se sont montrées moins répressives envers les objecteurs de conscience, afin d’éviter d’attirer l’attention et la sympathie envers ce mouvement. Toutefois, l’un d’eux, Halil Savda, a été arrêté et est actuellement en cours de jugement. Pour le soutenir, à défaut d’une véritable association, a été mise en place une structure des plus informelles, à savoir cette simple « plateforme des objecteurs de conscience », destinées a bénéficier du soutien et des moyens de structures n’ayant pas pour objet la question de l’objection de conscience mais soutenant cette cause.
Le 15 mars pourtant, jour du procès de Halil Savda, seul le petit groupe d’amis qui était présent la veille sur « Istiklâl » est venu pour le soutenir, banderoles à la main et tambours battants. Devant la cour militaire de Çorlu, l’humeur est à la provocation. Cernés par les policiers et les militaires, ils réclament une fois encore un monde d’où ces derniers seraient absents et tentent symboliquement de faire entrer des avions faits avec des tracts antimilitaristes dans la caserne militaire. Devant ce spectacle, on pouvait relever, chez les passants, les mêmes visages effarés que ceux observés la veille.
Le moment du procès venu, Halil Savda, attendu par ceux qui ont fait le voyage pour le soutenir, apparaît avec un sourire rassurant, serre la main de ses amis et prend place dans le box des accusés. Sur demande de la cour il présente sa position, qui consiste essentiellement à réitérer son objection de conscience et à rejeter sa traduction devant une cour militaire qui ne peut juger le civil qu’il est, du fait de son refus de faire le service militaire. Mais ce discours, pas plus que la plaidoirie de son avocate, n’empêcheront la cour de condamner
Halil Savda à 15 mois de prison, peine qui pourrait encore s’aggraver lors du prochain procès pour d’autres chefs d’accusations, le 29 mars 2007.
Une bien amère nouvelle, qui est suivie par une surprise désagréable à la sortie du procès : les militants restés dehors se sont fait attaquer par une vingtaine de personnes (sans qu’il y ait eu de blessés, toutefois). La réaction négative qu’on lisait au début sur les visages des passants avait tourné à la colère. Ces derniers s’étaient, semble-t-il, rendu compte de l’objet de ce rassemblement et ne paraissaient pas l’approuver. La tenue d’une brève conférence de presse accompagnée de nouveaux slogans contre l’armée et le service militaire allaient achever de mettre le feu aux poudres. Les spectateurs ne contenant plus leur rage, se ruent sur le groupe des jeunes antimilitaristes en les traitant de « traîtres à la patrie » et de « bâtards », submergeant presque les forces de police qui peinent à les contenir. Regagnant d’urgence leur autobus sous des jets de pierres, les jeunes objecteurs ne pourront que constater avec amertume la faible popularité de leur mouvement et la protection policière incertaine dont ils font l’objet.
Dans une Turquie où il ne fait visiblement pas bon critiquer ouvertement l’armée, bien que le nombre de Turcs qui désertent ou évitent la conscription soit estimé à près de 350 000, on ne compte que 59 objecteurs de conscience déclarés depuis 1990…
Philippe Maurel


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. niltek dit :

    bonjour,je suis citoyen franco-turc, et je souhaite abandonner ma citoyenneté turque.le consulat refuse de prendre mon dossier en considération car tous les consulats ont reçu des consignes du premier ministre Tayyip Erdogan leur ordonnant de na pas accepter les dossiers de démarche pour quitter la citoyenneté turque.la raison qui me pousse à vouloir abandonner la nationalité turque est le racket dénommé » dövizli askerlik » soit en français  » le service militaire payant » . les sommes étant exhorbitant , je refuse de payer , donc je demande à quitter la citoyenneté turque, y a t il d ‘autres personnes dans mon cas?en espérant que mon appel sera entendu

  2. Claire dit :

    Pour illustrer cet article, je vous envoie des extraits d’un communiqué de presse du Réseau Education Sans Frontières à ce sujet. 17 mars 2007 Sedat TASTAN, 19 ans, kurde voué à la prison si il est expulsé vers la Turquie (comme lui promet un document du consulat turc) pour s’être soustrait au service militaire, en France depuis l’âge de 14 ans, en rétention depuis le 28 février, travailleur du bâtiment, soutien de ses frères et soeurs dans leur scolarité à Marseille… Bref, un jeune homme sans problème et exemplaire. […] Après avoir échoué par deux fois à l’aéroport de Marseille-Marignane mardi 13 mars et vendredi 16 mars (courage de Sedat, mobilisations devant le centre de rétention et à l’aéroport, comportement exceptionnel des passagers qui ont refusé ces deux fois d’embarquer dans ces conditions), l’expulsion commencée ce matin en Provence […] malgré les blocages devant le centre de rétention et réussie grâce à l’intervention policière vient une nouvelle fois d’échouer à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle : Sédat a été débarqué du vol Air France qui devait l’emmener vers Istanbul. Grâce à sa résistance incroyable, à l’action des militants du RESF dans l’aéroport de Roissy et au refus de passagers de voyager avec une personne menottée dans l’avion. […]Espérons que c’est la fin de son cauchemar et de celui de sa famille (ce matin après que Sedat fut extirpé du CRA, son père, qui a connu les prisons turques, s’aspergeait d’essence dans son véhicule devant le centre de rétention de Marseille, tentant de s’immoler heureusement sans succès).A l’heure qu’il est, on ne sait pas où les policiers ont emmené Sedat […]. Sedat pourrait passer devant le tribunal correctionnel de Bobigny dimanche 18 mars (jour où prend fin son délai de rétention administrative à 18h) pour refus d’embarquement. […] lien : http://www.educationsansfrontieres.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.