A propos des relations turco-syriennes…


Recep Tayyip Erdogan s’est rendu, le 26 avril dernier, à Damas, pour activer les relations bilatérales turco-syriennes et relancer les pourparlers de paix entre Israël et la Syrie. Cette visite éclair du Premier ministre turc est venue confirmer les rapports privilégiés que les deux pays entretiennent depuis plusieurs mois et qui donnent lieu à des déclarations communes enthousiastes, d’autant plus étonnantes que la relation turco-syrienne a longtemps été exécrable. Que penser de cette nouvelle idylle, les efforts turcs pour favoriser une normalisation des relations entre Israël et la Syrie ont-ils des chances d’aboutir ?

Depuis la fin du mandat français sur la Syrie, les relations entre Damas et Ankara ont été le plus souvent dominées par la méfiance, voire par une franche hostilité. On sait que plusieurs dossiers délicats expliquent une telle situation : la revendication syrienne sur le sandjak d’Iskenderun cédé par les Français à la République kémaliste à la veille de la Seconde guerre mondiale, la reconnaissance d’Israël par la Turquie dès 1949 et plus récemment les accords de 1996 et 2002 entre les deux pays, le soutien de Damas au PKK jusqu’à 1998, sans oublier le GAP et la question du partage des Eaux de l’Euphrate. Pourtant, depuis la crise qui, en 1998, a failli se transformer en confrontation ouverte entre les deux pays et qui a vu la Syrie, sous la pression de la Turquie, expulser de son territoire Abdullah Öcalan, le leader du PKK, les relations turco-syriennes n’ont cessé paradoxalement de s’améliorer.

L’origine de ce réchauffement spectaculaire, dont on ne prend réellement la mesure qu’aujourd’hui, est sans doute à rechercher dans la modification des équilibres stratégiques de la région, au cours des dernières années. L’existence de fait d’une région kurde autonome, dans le nord de l’Irak, depuis la première guerre du Golfe (1990-91), largement confortée par l’intervention américaine en 2003, fait craindre aux pays voisins, abritant une population kurde (Turquie, Iran, Syrie), l’émergence d’un Kurdistan indépendant ayant des revendications irrédentistes. On observe d’ailleurs que, depuis 2003, ces pays se sont régulièrement rencontrés pour évoquer une situation qui les préoccupe au plus haut point. Les principales conséquences de l’intervention américaine en Irak (éclatement du pays, domination de son gouvernement par la communauté chiite, prise de contrôle de sa présidence par un Kurde, notamment) ont profondément affecté, pour ne pas dire humilié, le monde arabe dans son ensemble. Pour leur part les Turcs, qui, rappelons-le, ont interdit l’accès de leur territoire, en 2003, aux troupes américaines qui s’apprêtaient à ouvrir un deuxième front en Irak, ont, eux-aussi, particulièrement mal vécu une intervention étrangère qui n’a fait que renforcer le Kurdistan irakien. L’incident consécutif à la capture humiliante de soldats turcs par les forces américaines, en juillet 2003, dans le nord de l’Irak (sujet du film à grand succès « Kurtlar vadisi ») et le sort incertain de Kirkouk dont la manne pétrolière pourrait renforcer les Kurdes irakiens si ces derniers parvenaient à s’en assurer le contrôle, sont venus dégrader encore une relation turco-américaine passablement perturbée. Dès lors, Ankara n’a pas hésité à tourner le dos à la politique d’isolement de la Syrie voulue par les Américains. En 2004, notamment, Abdullah Gül alors ministre des Affaires étrangères, a vertement critiqué l’idée américaine de mettre en œuvre le «Syria Accountability and Lebanese Sovereignty Restoration Act (SALSRA)» de 2003, qui prévoit des sanctions économiques et politiques contre la Syrie. La même année d’ailleurs, Damas et Ankara ont signé un accord de libre-échange qui comporte une disposition additionnelle prévoyant la reconnaissance mutuelle des frontières. Cette mutation des équilibres politiques régionaux a rencontré, par ailleurs, les évolutions de la diplomatie turque, encouragées par le gouvernement de l’AKP. Depuis quelque temps, en effet, la Turquie est sortie d’une réserve traditionnellement kémaliste, pour prendre des initiatives au Moyen-Orient, en développant notamment ses relations avec l’Iran et le monde arabe. Les nouveaux dirigeants turcs, qui ne regardent plus l’Orient de haut, sont plus aptes à promouvoir cette stratégie que leurs prédécesseurs laïques, qui étaient perçus avec une certaine méfiance dans le monde arabo-musulman. De surcroît, ils ont pu mener une telle politique, d’une part, sans froisser l’allié américain dont le gouvernement a donné son soutien à l’expérience «d’islamisme modéré» qu’ils ont initié en Turquie depuis 2002, d’autre part, sans placer l’opposition laïque nationaliste en position de force puisque cette ouverture au monde arabe vise en fait à neutraliser le développement d’un Kurdistan indépendant.

Ce double jeu habile qui voit la Turquie, tantôt tenir tête de façon spectaculaire aux initiatives américaines, tantôt s’insérer dans les plans de Washington pour stabiliser la région à sa façon, a fini par conférer à la Turquie une place de médiateur privilégié, qui la voit rivaliser avec l’Arabie Saoudite ou l’Egypte et que l’on a pu souvent observer au cours des derniers mois. En novembre 2007, notamment, avant le sommet d’Annapolis auquel la Turquie a convaincu la Syrie de participer, les Présidents Shimon Peres et Mahmoud Abbas ont été reçus conjointement en grandes pompes, à Ankara, au sein même de la Grande Assemblée Nationale (nos éditions des 25 et 29 novembre 2007). Par ailleurs, depuis son élection à la Présidence de la République, en août 2007, Abdullah Gül s’est beaucoup déplacé au Moyen-Orient (Pakistan, Iran, Palestine, Egypte…) offrant ses bons offices pour résoudre des conflits intérieurs (comme au Pakistan) et signant sans ménagement des accords de coopération économique dans la plupart des pays visités. En novembre 2007, Ankara a obtenu le soutien de Damas sur le dossier kurde, notamment lorsque l’armée turque a commencé à intervenir dans le nord de l’Irak par des bombardements et des incursions limitées. En mars 2008, la Turquie, la Syrie et l’Irak ont décidé d’établir un institut hydraulique pour résoudre leur différend sur le partage des eaux de l’Euphrate. Et l’on doit ici faire observer que la Syrie a été le premier pays à accepter cette initiative turque. Pour couronner le tout, en avril 2008, la visite de Recep Tayyip Erdogan à Damas, a vu le président syrien, Bachar El Assad, reconnaître officiellement l’existence, depuis l’an dernier, d’une médiation turque entre la Syrie et Israël, visant à pacifier les relations entre les deux pays et notamment à mettre un terme à l’occupation du Golan.

Il ne faut, pourtant, pas attendre de miracle de cette convergence turco-syrienne. Dans la conjoncture actuelle, Israël n’est sûrement pas disposé à rendre, à Damas, le Golan qui, pour l’Etat hébreux, a autant un intérêt stratégique qu’économique, puisque ce plateau fertile lui assure le contrôle de ressources hydrauliques précieuses. En outre, un rapprochement entre les deux pays supposerait la résolution d’un certain nombre de conflits, qui concernent principalement l’implication syrienne au Liban et le soutien apporté par Damas, tant au Hezbollah libanais qu’au Hamas palestinien. Si l’on ajoute à cela que le traitement de ces dossiers implique l’existence d’un l’accord au moins tacite des Etats-Unis et de l’Iran, on mesure qu’il y a loin de la coupe aux lèvres. Car, on ne voit pas comment cette convergence d’ensemble pourrait être acquise dans le contexte actuel (tensions américaino-iraniennes, prise de contrôle de Beyrouth-Ouest par le Hezbollah, affrontements intercommunautaires au Liban, attente du résultat des élections américaines…)

Dès lors, il faut penser, que sans être source de mutations spectaculaires, l’idylle turco-syrienne satisfait provisoirement la plupart des protagonistes concernés. Pour la Turquie, il y a là l’occasion de montrer son nouveau visage de puissance régionale, non seulement sur le plan politique mais aussi sur le plan économique, tout en essayant d’obtenir l’appui du monde arabe sur le dossier kurde, voire sur le dossier chypriote (à nouveau sur la sellette depuis l’élection de Demitris Christofias, en février dernier). La Syrie, pour sa part, a trouvé un moyen de réduire son isolement par le rapprochement avec un pays qui a des rapports anciens avec les Etats-Unis et avec l’Union Européenne, mais qui entretient aussi désormais une relation rénovée avec le monde arabe, au sein duquel le comportement de Damas est souvent regardé avec méfiance. Quant à l’Etat hébreu, enfin, en acceptant cette médiation inédite, il valorise la position de la Turquie (c’est-à-dire celle d’un Etat auquel il est lié de longue date dans la région) tout en plaçant les Palestiniens en porte-à-faux, car cette démarche en direction de la Syrie peut vouloir signifier aussi que la pacification des relations d’Israël avec ses voisins arabes pourrait se poursuivre, même en l’absence d’un règlement définitif du dossier palestinien.
À bien des égards, les bonnes relations turco-syriennes rappellent les bonnes relations turco-iraniennes ou les bonnes relations turco-grecques et toutes ces bonnes relations font penser à l’incontournable sourire du Président Gül ! Le caractère inattendu de ces rapprochements n’est pas forcément le gage de changements de fond. La politique étrangère turque a longtemps reposé sur un isolement régional cohabitant avec un rapport privilégié à l’Occident, il n’est pas étonnant que lorsque ce dernier rapport traverse des turbulences, les relations de voisinage se renforcent. Mais lorsqu’il saisit les multiples opportunités dont il dispose dans une aire pluridimensionnelle, ce pays carrefour, qui entend parler à tout le monde, court aussi le risque de neutraliser ses atouts et de s’épuiser en discussions vaines. Si la politique étrangère turque a indiscutablement changé de style, il serait un peu téméraire d’affirmer qu’elle est en train de remettre en cause ses fondements.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.