L’adoption de l’amendement constitutionnel, modifiant l’article 88-5 de la Constitution française, suscite des critiques en Turquie et en France.

L’adoption par l’Assemblée nationale, en première lecture, mardi 3 juin 2008, de l’amendement modifiant l’art.88-5 de la Constitution et maintenant l’obligation référendaire pour les Etats, dont la population représente au moins 5% de la population européenne totale, suscite de multiples critiques, en Turquie et en France.

Le Ministère turc des Affaires étrangères, par la voix de son porte-parole, s’est étonné des efforts déployés, en l’occurrence,

«pour trouver une formulation adéquate en vue de viser la Turquie, sans l’évoquer nommément ».

Pour lui, il y a là

« une approche discriminatoire qui nuira aux relations bilatérales »

entre les deux pays. C’est pourquoi, il a formulé l’espoir que soit entendue, par le Sénat et le Congrès, l’argumentation des parlementaires, qui se sont opposés à cet amendement, pendant sa discussion. En Turquie, à côté de ce point de vue officiel, l’initiative des députés français est généralement très mal accueillie par les commentateurs. Plus que l’indignation, c’est souvent l’ironie grinçante qui est mobilisée sans ménagement. Très représentative de ce genre de réaction est la chronique de Beril Dedeoglu, dans l’édition du 4 juin 2008, du quotidien anglophone gouvernemental «Todays Zaman», intitulée «La France, pays d’inventions». Se réjouissant, un brin sarcastique, que la Turquie donne l’occasion à la France de tester ses aptitudes intellectuelles, la journaliste rappelle que Paris a successivement inventé un partenariat privilégié («dont personne ne connaît le contenu»), une Union pour la Méditerranée

«dont tous les acteurs concernés affirment qu’elle n’a finalement pas vocation à remplacer l’adhésion pleine et entière de la Turquie»

et le bannissement des mots «adhésion» et «membre» des documents européens officiels, concernant la candidature de la Turquie («alors même que l’UE a décidé d’ouvrir des négociations d’adhésion» avec ce pays). Pour Beril Dedeoglu, la quatrième invention en date est l’amendement de l’art. 88-5, par lequel la France, en maintenant implicitement l’obligation référendaire pour l’adhésion de la Turquie, entend faire admettre que, désormais, les décisions européennes ne se prendront plus à Bruxelles, mais à Paris ! Rappelant les circonvolutions intellectuelles laborieuses de nos députés pour parvenir à maintenir l’obligation référendaire pour l’adhésion de la Turquie, sans nommer expressément ce pays, la journaliste de «Todays Zaman » en vient à craindre que la prochaine invention concerne cette fois « la forme et la taille des crânes » des peuples candidats.

En France, avant même son adoption le projet d’amendement avait été vertement critiqué par la Présidente du Mouvement européen français, Sylvie Goulard, connue, pourtant, pour son hostilité à la candidature d’Ankara. Abjurant les députés de ne pas « humilier les Turcs », tout en maintenant son opposition à l’adhésion de la Turquie, l’auteur du «Grand Turc et la République de Venise» leur avait demandé en vain, dès le 20 mai 2008, dans une chronique publiée par «Le Figaro», de

«ne pas mettre le peuple français, dans la situation d’opposer, seul, un refus au peuple turc, après que celui-ci aura fait des années d’efforts pour répondre aux exigences des Européens».

Bernard Guetta qui, pour sa part, a réagi, dans l’édition du 4 juin 2008 de «Libération», après le vote de l’amendement, dénonce «une France qui débloque, ardemment, obstinément, passionnément… » Ce qui est incompréhensible pour le commentateur français, c’est que cette hostilité à la candidature turque à l’UE intervienne

«au moment même où l’un des grands défis de ce siècle, le plus pressant, sera d’éviter que l’Islam ne se coalise contre l’Occident dans un désir de revanche historique.»

Bernard Guetta s’étonne aussi que

«la France aille sacrifier ainsi l’amitié d’un pays qui s’était reconstruit, dans les années vingt, en lui empruntant ses lois et sa laïcité, qui l’admirait, la révérait même, et voulait marcher sur ses traces ?»

Il y a là effectivement une contradiction surprenante dont on observe actuellement qu’elle amuse les anglo-saxons, tout en désolant les élites turques, admiratrices de la Révolution et de la République françaises. Y a-t-il là un problème de géographie ou de religion ? Le commentateur français n’en est pas vraiment convaincu, ce rejet contre-nature de la Turquie révèle bien plutôt, pour lui, une peur de l’Europe. Car explique-t-il, si

«une majorité de Français ne se reconnaît plus dans une Union que la France et l’Allemagne ne peuvent plus piloter à elles seules»,

c’est parce qu’elle craint «que l’Union ne devienne le cheval de Troie de la mondialisation au lieu d’être l’instrument de sa régulation.» Vouloir que l’UE reste gouvernable est sans doute un argument «légitime» mais, pour Bernard Guetta, il ne faut pas craindre l’avenir et s’attacher à construire une «Europe fédérale» sachant «répondre aux défis de l’époque plutôt que de gifler les Turcs.»
Certes, cet amendement controversé n’est pas définitivement adopté, car il devra d’abord passer devant les sénateurs (que l’on dit beaucoup moins enclins à l’admettre), avant de faire l’objet d’un vote du Congrès (réunion des députés et sénateurs siégeant dans le même hémicycle à Versailles), à la majorité des 3/5e. Cette majorité renforcée risque d’être difficile à obtenir, quand on sait que le maintien partiel de l’obligation référendaire a été contesté à l’Assemblée nationale, tant par l’opposition, que par certains parlementaires de la majorité dénonçant son caractère inutile et discriminatoire.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.