Il y pense plus que jamais…


À un mois de l’ouverture de la période des dépôts de candidature pour les élections présidentielles, la question de savoir si l’actuel Premier Ministre osera briguer la magistrature suprême n’est toujours pas tranchée. Pourtant, au sein de la classe politique comme parmi les commentateurs avertis, beaucoup pensent que la probabilité d’une candidature Erdoğan à la Présidence est désormais très forte.
Plusieurs arguments et constats militeraient en ce sens. Le premier d’entre eux a trait à la personnalité même de Recep Tayyip Erdoğan que, décidément, l’on voit mal rendre les armes sans avoir combattu, alors même qu’une occasion unique s’offre à lui de consacrer par une victoire totale, le parcours politique qui a été le sien depuis qu’il a fondé l’AKP. Un renoncement de sa part, même pour le choix plus rationnel de rester à la tête du gouvernement dans un régime parlementaire, pourrait décevoir ses propres partisans et au bout du compte ternir son image. Force est aussi de constater que les milieux économiques se laissent gagner par une candidature du Premier Ministre. On disait beaucoup il y a quelques semaines que les petites et moyennes entreprises anatoliennes, fort soutien de l’AKP s’il en est, s’inquiétaient des troubles que pourrait provoquer une présidence Erdoğan. Depuis, d’autres signes sont venus tempérer cette opinion, en particulier l’attitude de grandes organisations patronales comme la TÜSIAD ou la TOBB que l’hypothèse ne semble pas émouvoir outre mesure. Il faut dire qu’à la différence d’Erbakan qu’elles avaient combattu il y a dix ans, Erdoğan n’est pas un adversaire de l’intégration européenne et qu’il l’a même fait fortement progresser, depuis qu’il a accédé au gouvernement.
Mais les signes les plus nets du désir du Premier Ministre d’entrer dans la course sont sans doute à lire dans l’agitation interne que connaît actuellement son propre parti. On vient, en effet, d’apprendre incidemment qu’un sondage a été récemment conduit par les instances dirigeantes de l’AKP, auprès d’une trentaine de milliers de ses responsables locaux. L’enquête demandait notamment à ces personnes de désigner le futur président sur une liste de 5 noms. Outre le Premier Ministre, elle proposait notamment 4 autres responsables du parti, qui ont en commun de pas avoir une épouse qui se voile comme Madame Erdoğan : Köksal Toptan (Président de la Commission de la Justice au Parlement), Mehmet Aydın (Ministre d’Etat), Vecdi Gönül (Ministre de la Défense) et Beşir Atalay (Ministre d’Etat). Cette enquête, qui a vu Tayyip Erdoğan l’emporter très largement, est apparue comme une confirmation des ambitions du chef du gouvernement à beaucoup de commentateurs et d’organes de presse. Elle permettrait, en effet, d’envoyer un signe fort à l’opinion en mettant en exergue le large soutien dont le Premier Ministre bénéficie au sein même du parti majoritaire pour entrer dans la course présidentielle tout en écartant des rivaux potentiels au sein du parti et non mentionnés par l’enquête, comme Abdullah Gül, le Ministre des Affaires étrangères, Bülent Arinç, le Président de l’Assemblée Nationale et Abdullatif Sener, le vice-Premier Ministre (dont la candidature aurait, semble-t-il, l’assentiment du CHP et de son leader Deniz Baykal).
Deux obstacles potentiels continuent, en réalité, à se dresser, devant le leader de l’AKP sur la route qui mène à la présidence. Le premier est celui bien sûr de la réaction de l’establishment politico-militaire. Les frictions, qui se sont produites ces dernières semaines entre cet acteur incontournable de la politique turque et le gouvernement, montrent que cet aspect de la question ne doit pas être négligé. Le second obstacle est celui de l’opinion publique turque qui n’est apparemment pas gagnée à une candidature Erdoğan. Or rallier l’opinion publique à son choix est important pour l’actuel Premier Ministre s’il veut assurer le déroulement d’un scénario qui pourrait consister, dans un premier temps, en une conquête de la présidence avant d’obtenir, dans un second temps, une ratification populaire par la reconduite de la majorité AKP au Parlement, lors d’élections législatives anticipées.
Un tel scénario signifierait sans doute une présidentialisation du régime mais tout cela est une autre histoire. Car Recep Tayyip Erdoğan n’a pas exclu récemment « une surprise », sans que l’on sache très bien ce que cela voulait dire. Pour beaucoup, néanmoins, c’est à sa non-candidature qu’il faisait allusion et la « surprise » en question n’a pas manqué d’alimenter des commentaires échafaudant les hypothèses les plus imprévisibles, comme celle d’une femme à la présidence ou encore celle d’une candidature de compromis de l’ancien chef d’Etat major, le général Hilmi Özkok, qui avait habilement su gérer la relation de l’armée avec l’AKP.
Beaucoup de scénarios sont encore possibles d’ici le 26 avril 2007, date de la clôture des candidatures pour les élections présidentielles, mais une chose est sûre, Recep Tayyip Erdoğan pense à la sienne plus que jamais !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.