Action humanitaire et initiatives politiques : la Turquie tente de reprendre la main en Libye…

Après avoir reçu un accueil mitigé en Italie, au Royaume-Uni, et avoir été reçu en Grèce par le premier ministre Georges Papandréou, l’envoyé spécial de Mouammar Kadhafi et vice-ministre des Affaires étrangères libyen, Abdelati Laabidi, s’est rendu, le 4 avril, à Ankara, pour essayer d’obtenir l’appui de la Turquie, dans la recherche d’une solution négociée, permettant de sortir du conflit armé en cours. Une source proche du ministère turc des affaires étrangères a annoncé, à cet égard, qu’il y avait des demandes, venant des deux parties belligérantes, pour que des négociations s’ouvrent, mais que les deux camps restaient, pour l’instant, sur des positions inconciliables. Cette même source diplomatique a rappelé que la priorité du gouvernement turc était de parvenir à mettre un terme au conflit en Libye, et qu’à cette fin, il rencontrerait prochainement des membres du Conseil de transition représentant l’opposition libyenne. L’envoyé de Kadhafi, pour sa part, est reparti pour Malte, afin de rechercher d’autres soutiens.

 Bien que le gouvernement turc se pose, dans cette affaire, une fois de plus en médiateur, on observe que cela ne l’a pas empêché de souhaiter clairement la fin de l’ère Kadhafi. En effet, les autorités turques ont fait savoir au représentant de Mouammar Kadhafi qu’outre «un cessez-le-feu immédiat», elles souhaitaient et des «transformations politiques» profondes en Libye. D’Indonésie, où il se trouve en visite officielle, le président Abdullah Gül a d’ailleurs commenté la visite de l’émissaire libyen en Turquie, en déclarant qu’Ankara s’employait à faciliter la recherche d’une solution pacifique au conflit libyen, mais qu’en tout état de cause,

«il n’y avait plus de place pour des régimes politiques fermés autour de la Méditerranée, et que la démocratie allait prévaloir dans toute la région.»

 La visite de l’envoyé de Mouammar Kadhafi a coïncidé, par ailleurs, avec la venue en Turquie du secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen qui a rencontré Recep Tayyip Erdoğan (photo), ainsi qu’Ahmet Davutoğlu (le ministre des affaires étrangères) et Vecdi Gönül (le ministre de la défense). Interrogé pour savoir comment il interprétait le rôle de médiateur qu’essaye d’acquérir la Turquie dans le conflit libyen à l’heure actuelle, Rasmussen s’est borné à rappeler que l’OTAN ne jouait en l’occurrence qu’un rôle militaire et n’avait pas l’intention de prendre en charge le volet politique de cette affaire, qui a été dévolu, comme l’on sait, à un groupe de contact, constitué par les principaux pays occidentaux et arabes intéressés, qui se sont réunis, il y a une semaine, à Londres. Est-ce à dire que le secrétaire général de l’OTAN laisse carte blanche à la Turquie, pour monter aux avant-postes politiques ? Une telle conclusion paraît un peu hâtive.

Quoiqu’il en soit, force est de constater que la Turquie continue à faire évoluer sa position dans l’affaire libyenne. On se souvient qu’elle avait initialement réagi, avec prudence, aux premiers événements qui ont secoué le régime de Kadhafi, en n’hésitant pas notamment à critiquer l’intervention internationale autorisée par la résolution 1973, et en jugeant sévèrement les premières actions militaires entreprises. À ce stade, Ankara était apparue coincée entre ses alliés occidentaux et le régime libyen. Mais rapidement, alors même que sur le terrain la situation devenait confuse, l’opposition ne parvenant pas à progresser militairement et à chasser le dictateur libyen, la Turquie a commencé à revenir au cœur du dossier, en soutenant et en finissant par obtenir une reprise en main militaire de l’opération par l’OTAN. Pour ce faire, le gouvernement turc a certes consenti une évolution non négligeable de sa position initiale, en se laissant convaincre, en particulier de participer à l’exclusion aérienne et au blocus maritime, mais en parvenant à rester en dehors (comme en Afghanistan) de toute action militaire, notamment des frappes aériennes. Les autorités turques ont, par ailleurs, surtout accepté de s’impliquer massivement dans l’assistance humanitaire aux victimes du conflit. Ainsi, récemment, après avoir pris en charge la gestion de l’aéroport de Benghazi, elles ont dépêché un navire hôpital, protégé par une escorte militaire aérienne, qui vient de ramener 479 blessés libyens des deux bords, en Turquie, pour y être soignés.

En agissant de la sorte, la diplomatie turque essayer de montrer, que tout en étant parvenue à conserver la confiance de ses alliés occidentaux, elle n’en dispose pas moins à leur égard d’une marge de manœuvre importante, et qu’elle n’hésite pas à continuer à faire entendre sa différence de ton, voire plus généralement son approche différente des relations internationales. Si le conflit libyen s’achève par une solution politique permettant le départ de Kadhafi, après avoir vu entrer en lisse les diplomates turcs aux avant-postes, le gouvernement de l’AKP se verra sans doute conforté dans le bienfondé de ses orientations stratégiques. Car en jouant les premiers rôles pour clore politiquement le dossier libyen, il aura en quelque sorte prouvé que la nouvelle politique étrangère d’Ahmet Davutoğlu, qui a vu Ankara sortir d’un alignement pro-occidental univoque pour suivre une stratégie multidimensionnelle, n’a pas été profondément atteinte par le printemps arabe, comme on a pu le dire récemment, et qu’elle conserve toute sa pertinence. Il n’est pas sûr, pourtant, que tous les protagonistes de la crise soient prêts à laisser la nouvelle diplomatie turque ramasser la mise d’une crise libyenne qui, en tout état de cause, n’est pas encore terminée.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 avril 2011

    […]  Article paru sur l’OVIPOT […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.