Le « 24 avril 1915» commémoré pour la deuxième année consécutive en Turquie

Pour la deuxième année consécutive, des manifestations ont commémoré, en Turquie, le «24 avril 1915», début du génocide des Arméniens de l’Empire ottoman. Mais cette année, ces manifestations ne sont pas restées circonscrites à Istanbul, cinq autres villes (Ankara, Bodrum, Bursa, Diyarbakır et Izmir), ont accueilli des commémorations similaires. À Istanbul même, quelques centaines de personnes ont manifesté, Place Taksim, à l’appel notamment d’IDH (Insan Hakları Derneği, l’Association des Droits de l’Homme). Mais un rassemblement s’est tenu également dans le quartier de Sultanahmet, en face du Musée des arts turcs et islamiques, pour rappeler que ce dernier avait été une prison où avaient été incarcérés les intellectuels arméniens d’Istanbul, avant d’être déportés ou envoyés vers la mort. Les militants d’IDH ont expliqué qu’il fallait que ce genre de lieux de mémoire cesse d’être couverts par l’ignorance et les tabous officiels. L’un d’entre eux, l’avocat Ahmet Tamer a déclaré notamment : «L’évocation du génocide des juifs ou de celui des autochtones américains ne posent désormais aucun problème. Mais pourquoi hésite-t-on encore à parler du génocide commis sur ces terres ? Je suppose que c’est parce que nous avons du mal à nous confronter à nous-mêmes.»

Comme l’observe Guillaume Perrier dans «Le Monde» (édition du 26 avril 2011), «après un long silence en Turquie sur le génocide d’environ un million et demi d’Arméniens ottomans, les commémorations du 24 avril 1915, date du début du génocide, se banalisent». Le phénomène remonte à 2005, lorsqu’une université privée d’Istanbul,  l’Université de Bilgi, a accueilli pour la première fois en Turquie, un colloque consacré au sujet, qui venait d’être interdit dans une université publique. Deux ans plus tard, l’assassinat du journaliste turc d’origine arménienne, Hrant Dink, devait provoquer une manifestation de près de 100 000 personnes, défilant au cœur d’Istanbul, aux cris de «Nous sommes tous des Arméniens !» (cf. notre édition du 30 janvier 2007). En décembre 2008, des intellectuels turcs décidaient de lancer la pétition «Özür diliyorüz», demandant pardon aux Arméniens, une initiative qui, en dépit des tentatives faites en ce sens, ne fit pas l’objet de poursuites judiciaires (cf. notre édition du 22 janvier 2009). Enfin, l’an dernier pour la première fois des manifestations commémoraient «le 24 avril» à Taksim et devant la gare de Haydarpaşa, à Istanbul (cf. notre édition du 28 avril 2010). On remarque par ailleurs, que depuis ces dernières années, des ouvrages scientifiques sur le génocide, notamment ceux de l’historien turc, Taner Akşam, sont souvent accessibles dans les librairies spécialisées.

Cette évolution est sans doute le résultat des mutations politiques qui se sont produites au cours de la dernière décennie, et qui ont vu la société turque remettre en cause ou tout au moins questionner un certain nombre de tabous de l’Histoire officielle. Cette accentuation de la démocratisation et de la revendication d’un État de droit véritable suscite une aspiration de plus en plus forte à connaître le passé et à percer le secret qui entoure un certain nombre d’événements sensibles (massacres de Dersim en 1938, impôt sur l’existence pendant la seconde guerre mondiale, pogroms contre les Grecs d’Istanbul en 1955…). On observe d’ailleurs que la dénonciation de ces tabous est aussi souvent présente dans la production littéraire ou cinématographique en Turquie, ces dernières années.

Ce mouvement n’a toutefois pas fait évoluer la position officielle sur le génocide. Le gouvernement de l’AKP, qui a pourtant joué un rôle non négligeable dans la démilitarisation du système politique et dans l’ouverture de la société turque, que nous évoquions précédemment, a repris, à cet égard, la position de ses prédécesseurs : les massacres, déportations et éliminations systématiques qui se produits en 1915 ne constituent pas un «génocide», mais sont la conséquence regrettable des malheurs endurés par les peuples de l’Empire ottoman pendant le premier conflit mondial. C’est sur ces bases que les autorités turques ont réagi aux propos attendus du président des États-Unis sur la question. Bien que Barack Obama n’ait à nouveau pas prononcé le mot de «génocide» cette année, et qu’il se soit contenté d’évoquer «la grande catastrophe», le ministre turc des affaires étrangères s’est dit déçu. Observant que la déclaration du président américain avait été faite le 23 avril, Ahmet Davutoğlu a en effet regretté qu’elle ait été «partiale» et qu’elle ne soit pas souvenu que cette date est aussi en Turquie la fête de la souveraineté et des enfants. Si ce maintien de la position officielle à l’égard du «24 avril» n’est en l’occurrence pas nouveau, en revanche l’attachement à la célébration du «23 avril» exprimé par un ministre de l’AKP peut surprendre, quand on sait qu’un certain nombre de municipalités du parti majoritaire ont eu tendance à «snober», ces dernières années, cette fête considérée comme kémaliste, pour lui préférer la célébration de la naissance du prophète… Mais c’est bien là la seule innovation qui transparaît dans la réaction officielle du gouvernement turc…

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Prof dit :

    Dans une école privée et très hupée d’Istanbul, un élève après avoir vu un film sur l’holocauste s’est permis de taguer les tableaux des classes environnantes de croix gammées. Il trouvait ça marrant.
    Pris sur le fait, un professeur étranger l’a envoyé chez le “dean” qui l’a réprimandé d’avoir dessiné sur un tableau.
    Soi disant l’élève ne savait pas que ce symbole est un symbole de haine qui ne doit pas être reproduit et ne pouvait donc être réprimandé pour cela… cet élève avait 17 ans… je crois que la Turquie a besoin d’améliorer nettement ses cours d’histoire!

  1. 27 avril 2011

    […] viaLe « 24 avril 1915» commémoré pour la deuxième année consécutive en Turquie. | Observatoire d…. Partager :e-mailImprimerFacebookReddit This entry was posted in Nouvelles de l'histoire and tagged arménien, commémoration, Génocide, Histoire&Mémoire, Turquie. Bookmark the permalink. ← Pourquoi avons-nous besoin de prédictions? | OWNI, Digital Journalism blog comments powered by Disqus /* […]

  2. 13 avril 2012

    […] turque. Le dernier article mis en ligne concerne la commémoration du génocide arménien : Le « 24 avril 1915» commémoré pour la deuxième année consécutive en Turquie. À voir aussiLa Turquie à l’heure de l’Europe / de Jean-Paul Burdy et Jean […]

Répondre à Prof Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.