Recep Tayyip Erdoğan durcit le ton à l’égard de son «bon ami» Bachar el-Assad

Lors d’une interview accordée à la chaine américaine PBS, le 12 mai dernier, Recep Tayyip Erdoğan a durci le ton à l’égard de la Syrie, en estimant que Bachar el-Assad «ne pouvait plus ignorer les revendications de son peuple pour la paix et la démocratie.» Au moment même où les manifestations, qui se poursuivent en Syrie, sont très durement réprimées par le régime baasiste, le premier ministre turc a enjoint le président syrien d’entamer sans tarder des réformes significatives dans son pays, en expliquant que le changement politique au Moyen-Orient était un phénomène absolument «irréversible». Rappelant toutefois que Bachar el-Assad est «un bon ami» et qu’il a souvent eu par le passé de longues conversations avec lui sur la nécessité de faire évoluer le régime syrien, notamment en levant l’état d’urgence, le premier ministre turc a expliqué qu’il lui a même proposé «une assistance pour former ses cadres au pluripartisme et à la communication avec le peuple». Mais Recep Tayyip Erdoğan estime que Bachar el-Assad a perdu du temps, et qu’il a été rattrapé par les révolutions arabes. Il considère cependant qu’il est trop tôt pour demander le départ du président syrien en exercice, et maintient son rejet de principe à tout projet d’intervention extérieure, pour résoudre la crise syrienne.

Cette interview marque donc une notable évolution dans la position turque à l’égard des événements qui se déroulent en Syrie. Cette évolution rejoint un recentrage plus général de la ligne d’Ankara à l’égard des derniers développements de ce qu’on appelle désormais le «printemps arabe». On sait que la Turquie, très critique à l’égard de la résolution 1973 sur la Libye et de l’intervention internationale qui s’en est ensuivie, a progressivement assoupli sa position, en acceptant de participer aux opérations de l’OTAN (à condition qu’il ne s’agisse pas de frappes aériennes ou d’actions militaires sur le territoire libyen) et en critiquant de plus en plus sévèrement le régime du colonel Kadhafi.

En ce qui concerne la Syrie, négocier un tel virage diplomatique est plus délicat, car les liens entre le gouvernement turc actuel et le régime syrien ont été, au cours des dernières années, beaucoup plus denses que ceux qu’Ankara a noués avec le colonel Kadhafi. Depuis 4 ans, en effet, les rapports que la Turquie a développé avec la Syrie, au-delà de leur contenu politique, économique, culturel et même militaire, ont pris une dimension très personnelle, les chefs d’État et de gouvernement se rendant de nombreuses visites mutuelles et les couples Erdoğan et el-Assad entretenant des rapports d’amitié, dont la presse et les médias n’ont cessé de rendre compte. S’il y a du néo-ottomanisme dans la nouvelle politique étrangère turque, plus que dans ses orientations en elles-mêmes, il est probablement dans cette manière très personnalisée d’aborder la relation diplomatique. Dès lors, comment le gouvernement de l’AKP peut-il aujourd’hui concilier le soutien aux révolutions arabes avec ces rapports personnalisés qui l’ont conduit à fréquenter abondamment, ces dernières années, des régimes peu recommandables ? La Turquie ne se retrouve-t-elle pas, en l’occurrence, dans la position qui est celle de la plupart des pays occidentaux qui, comme la France et le Royaume-Uni, ont entrepris de se refaire une virginité en montant sans délai en première ligne pour porter secours au peuple libyen, après avoir ignoré pendant des semaines le mouvement du peuple tunisien ?

En réalité, force est de constater que la situation turque est sensiblement différente. Certes, son manque d’empressement à intervenir en Libye a valu à Ankara les critiques acerbes du CNT libyen et même des manifestations d’hostilité à Benghazi. Mais au fur et à mesure que la situation libyenne est apparue dans toute sa complexité, l’idée turque de privilégier une solution politique, tout en poussant dehors en douceur le dictateur libyen, a gagné en pertinence. Au fil des semaines la Turquie s’est ainsi construit une posture alternative à la position initiale des Occidentaux les plus enclins à intervenir en Libye : encourager le changement, le soutenir, certes, mais sans se substituer à la volonté des peuples concernés qui prendra nécessairement du temps à s’imposer. Et, comment ne pas voir que cette posture a finalement rencontré la gêne initiale de la plupart des capitales et organisations arabes, perturbées par une stratégie trop interventionniste en Libye, et par ailleurs, la réserve des Américains redoutant d’ouvrir «un troisième front» dans le monde arabo-musulman, au moment où les interventions en Irak et en Afghanistan montrent plus que jamais leurs limites.

Pour ce qui est de la Syrie, la situation turque est encore plus «confortable», car les populations en révolte ne reprochent pas au gouvernement de l’AKP ses relations passées avec Bachar-el-Assad. À la fin du mois d’avril, près de 200 Syriens venant de villages proches ont fui la répression dans leur pays et sont entrés en Turquie en agitant des drapeaux turcs et en scandant des mots d’ordre du genre : «nous voulons la démocratie… nous voulons vivre comme les Turcs !» Plus récemment, dans la ville de Banias, les manifestants ont même brandi des portraits de Recep Tayyip Erdoğan pour saluer ses prises de position en faveur des réformes. En réalité, le rapport qu’Ankara a établi avec Damas, au cours des dernières années n’est pas vu comme une relation coupable avec la dictature syrienne, mais au contraire comme un phénomène qui a largement contribué à l’ouverture d’un pays totalement replié sur lui-même, en lui faisant prendre conscience qu’une autre façon de vivre était à possible. Car la suppression des visas et l’ouverture des frontières ont provoqué une véritable «turcomania» en Syrie, que le régime syrien ne s’est pas préoccupé d’enrayer, la Turquie étant devenue son meilleur allié. Mais le quadruplement des vols de la Turkish entre les deux pays n’a pas eu que des effets diplomatiques… À aller chercher des clients à Antakya, voire à Gaziantep, les taxis aleppins ont amplement eu le loisir de se rendre compte que, dans un pays musulman dont les régions frontalières ont une forte culture commune avec la leur, on pouvait vivre tout autrement : plus confortablement mais aussi plus librement. Tout cela explique pourquoi l’amitié qu’ont nouée «Bachar» et «Tayyip» se révèle aujourd’hui moins encombrante pour le second que pour le premier. Car, si «Bachar» est l’ami de «Tayyip», comme il l’a souvent dit lui aussi, beaucoup se demandent désormais en Syrie pourquoi il refuse à son peuple, ce que son ami accorde au sien ? Aujourd’hui, la balle est d’abord dans le camp syrien et pas vraiment dans le camp turc. Et si en l’occurrence, on devait se retourner vers la Turquie, ce sera sans doute beaucoup moins pour lui reprocher ses amitiés particulières, que pour lui demander une fois de plus de jouer les médiateurs.

Dans le sillage de l’interview de Recep Tayyip Erdoğan pour PBS, ce n’est pas par hasard que le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu a souligné la spécificité de la diplomatie turque actuelle, en mettant en valeur la position stratégique de son pays et en déclarant : «La Turquie a un caractère multi-régional. Un représentant turc ou le ministre des affaires étrangères en personne peut avoir un meeting très amical à Téhéran puis aller au Caire comme un Egyptien et aller faire un discours à Bruxelles comme n’importe quel dirigeant européen. Un tel statut ne repose pas sur une contradiction. La Turquie a le statut unique d’un pays qui peut communiquer avec différents acteurs.» Pour l’instant, il est vrai que la diplomatie turque joue à merveille de contradictions qu’elle a redoutées en d’autres temps… mais cet exercice d’équilibriste n’est à terme pas sans danger non plus…

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20 janvier 2012

    […] muées en condamnations de plus en plus sévères (cf. notre édition du 15 mai 2011 « Recep Tayyip Erdoğan durcit le ton à l’égard de son « bon ami » Bachar el-Assad« ), le leader turc se mettant même dans ses discours, à l’automne 2011, à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *