L’affaire DSK vue de Turquie

La presse turque a largement couvert l’affaire DSK et ses suites depuis le début de la semaine. Après les titres spectaculaires du premier jour, les commentateurs n’ont finalement pas été sévères à l’endroit de l’ancien chef du FMI. Bien qu’il ait été la cible d’un jet de chaussure, lors de sa venue à Istanbul, en octobre 2009, à l’occasion du sommet de la Banque Mondiale et du FMI  (notre édition du 1er octobre 2009), Dominique Strauss Kahn est plutôt apprécié en Turquie, tant pour la politique favorable aux pays émergents qu’il a développée à la tête de l’institution financière internationale, que pour ses prises de position soutenant la candidature d’Ankara à l’Union Européenne. Pour autant, tout en observant que 57% des Français croyaient à l’hypothèse du complot, les médias turcs ne se sont pas vraiment engagés dans cette voie.

Il faut dire que l’actualité turque est travaillée ces dernières semaines par une tout autre affaire. En pleine campagne électorale, le parti nationaliste MHP est actuellement frappé de plein fouet par la publication de vidéos assassines très explicites montrant les ébats amoureux de plusieurs de ses leaders. Trois d’entre eux ont ainsi démissionné de leurs responsabilités, il y a une dizaine de jours. Mais cette semaine le groupe qui publie ces documents sulfureux, et qui a pris le nom de « Farklı Ülkücüler » («les autres idéalistes», «les idéalistes» étant le terme qu’utilisent les membres du MHP pour se dénommer), a menacé six autres poids lourds de la formation de Devlet Bahçeli de publier des vidéos comparables les concernant, s’ils ne démissionnaient pas immédiatement.  Comme ils ne paraissaient pas vouloir céder au chantage, «Farklı Ülkücüler» a commencé samedi à mettre ses menaces à exécution pour l’un d’entre eux, ce qui a provoqué la démission en chaine des cinq autres. Cette affaire serait en fait le résultat de dissensions internes au sein de la formation nationaliste. Mais l’on soupçonne également le gouvernement de n’être pas totalement étranger à une machination dont il est potentiellement le premier bénéficiaire. En effet, si le MHP pâtit par trop de ce scandale, lors des prochaines législatives, il risque de ne pas franchir le seuil fatidique de 10% des suffrages exprimés, et de perdre ainsi sa représentation parlementaire, ce qui permettrait alors à l’AKP de renforcer ses positions dans l’hémicycle, voire d’atteindre la majorité des deux tiers (367 députés) lui ouvrant la faculté de réviser seul la constitution.

Toutefois, pour en revenir au scandale qui frappe actuellement le FMI, plus qu’au complot éventuel qui en constituerait la trame, la presse turque s’intéresse surtout désormais à la succession de DSK. Pays émergent porté par des résultats économiques flatteurs qui lui permettraient aujourd’hui de faire partie de la zone euro, la Turquie estime avoir plus que jamais droit au chapitre. Mehmet Şimşek, le ministre turc des finances, a d’ailleurs estimé «qu’il serait bon et naturel» qu’un Turc prenne la succession de DSK. Il faut dire que l’un des premiers favoris des observateurs avertis à la succession de son ex-directeur général a été Kemal Derviş (photo), l’ex-ministre turc de l’économie, qui en 2001 avait sorti la Turquie d’une crise comparable à celle que traverse actuellement la Grèce, et qui devait par la suite prendre la direction du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement). Mais, en réalité, Kemal Derviş étant une personnalité proche du camp laïque, ce n’est sans doute pas à lui que pensait Mehmet Simsek, mais plutôt…à lui-même. Ni l’un ni l’autre ne devrait pourtant succéder à DSK. Car, si la notoriété de l’actuel ministre turc des finances laisse encore à désirer, celle réelle de Kemal Derviş, qui n’a d’ailleurs pas fait acte de candidature, semble devoir souffrir d’une liaison qu’il aurait eu avec une fonctionnaire du FMI, à l’époque où il travaillait à la Banque mondiale. Ô tempora, ô mores !

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.