La Turquie face à la crise syrienne

Bachar el-Assad et Recep Tayyip Erdoğan se téléphonent régulièrement depuis que la révolte gronde en Syrie, mais le ton de leurs conversations a sensiblement changé ces derniers temps. Lors d’une interview accordée à une chaine américaine, à la mi-mai, le premier ministre turc avait déclaré qu’il n’avait cessé, de longue date, de conseiller de lever l’état d’urgence et de procéder à des réformes importantes, à son «bon ami» syrien, mais que ce dernier avait perdu du temps et qu’il avait été rattrapé par le printemps arabe. Dès lors, selon le chef du gouvernement turc, le président syrien devait sans tarder mettre en œuvre des changements politiques significatifs dans son pays, car les mouvements en cours dans le monde arabe avaient créé une situation «irréversible». Cette prise de position du leader de l’AKP avait été perçue comme un notable durcissement du ton employé par la Turquie à l’égard de l’administration syrienne (cf. notre édition du 15 mai 2011).

Une nouvelle étape a été franchie ces derniers jours, lors d’un échange téléphonique entre les deux hommes, le 27 mai 2011. Recep Tayyip Erdoğan aurait en effet déclaré à Bachar el-Assad que son «unique chance» était «de faire des pas rapides et radicaux». Il lui aurait inspiré l’amnistie générale, décrétée quelques jours plus tard, mais lui aurait également demandé de mettre sur pied un calendrier précis des réformes prévues. Lors de cette même conversation téléphonique, le premier ministre turc aurait évoqué la répression sanglante à laquelle se livrent les autorités syriennes pour réprimer la révolte, en faisant savoir que la Turquie ne resterait pas silencieuse à ce sujet. Quelques jours avant cet entretien à distance avec le leader syrien, lors d’une émission de télévision, le chef de l’AKP avait d’ailleurs déclaré qu’il ne souhaitait pas voir «se reproduire un nouveau massacre de Hama» (référence à la répression spectaculaire qui avait écrasé le soulèvement de la ville de Hama en février 1982 et qui aurait abouti au massacre de plus de 30 000 personnes).

De fait, si tant le premier ministre turc que son ministre des affaires étrangères ont salué l’amnistie générale, décidée le 31 mai, par le président syrien, ils se sont empressés aussi d’affirmer que, de leur point de vue, cela ne pouvait être qu’un premier geste, qui devait être impérativement suivi par «une réforme globale». À cet égard, Ahmet Davutoğlu, tout en se défendant d’avoir changé de position à l’égard de la Syrie, voire d’avoir carrément décidé de laisser tomber le régime baasiste, a récemment redit la disponibilité de la Turquie pour aider à la recherche d’une sortie de crise.

«Nous voulons garder notre place dans le cœur de la nation syrienne et en même temps contribuer à la recherche d’une solution à la crise que traverse ce pays, en usant de nos relations de confiance avec l’administration syrienne»,

a déclaré le chef de la diplomatie turque, lors d’un meeting électoral, à Konya, le 2 juin 2011,

Toutefois, force est de constater que «l’ami Bachar» devient de plus en plus encombrant pour les dirigeants turcs. Il semble bien que la révolution syrienne soit en marche, car la mobilisation populaire ne faiblit pas. En réalité, les insurgés syriens, qui ont pris tant de risques au cours des dernières semaines, s’exposeraient encore plus à la répression, s’ils décidaient aujourd’hui de tout arrêter. Pour la Turquie, qui possède plus de 800 kilomètres de frontières communes avec la Syrie, cette situation est inquiétante. Le gouvernement turc craint un éclatement du pays et la déstabilisation qui pourrait en résulter. Il ne souhaite pas non plus une reproduction du scénario libyen à ses frontières. C’est pourquoi, il a exclu, à plusieurs reprises, l’idée d’une intervention internationale et répété que le départ de Bachar el-Assad n’était pas (encore ?) à l’ordre du jour. Pourtant, il faudra bien trouver une issue à une crise, qui dure depuis près de 2 mois, et tourne de plus en plus au bain de sang.

Dans un tel contexte, alors que les organisations humanitaires s’émeuvent de la violence de la répression conduite actuellement par les autorités syriennes, les regards se tournent avec de plus en plus d’insistance vers Ankara. Dans un article récent publié dans «The Independent», Robert Fisk estime que la Turquie ne peut rester spectatrice des massacres qui se déroulent à ses portes. Il faut dire que le gouvernement turc dispose d’atouts importants pour intervenir. S‘il entretient une relation étroite avec le régime de Bachar el-Assad depuis plusieurs années, cela ne l’empêche pas de jouir aussi d’un prestige certain au sein de la population syrienne. Depuis le début de l’insurrection, on a vu régulièrement des manifestants brandir le drapeau turc, quand ce n’était pas le portrait de Recep Tayyip Erdoğan. La Turquie a en outre accepté que l’opposition syrienne se réunisse sur son territoire. Une conférence rassemblant près de 300 opposants syriens se tient, depuis le 1er juin, à Antalya. Elle a été perturbée par des partisans de Bachar el-Assad manifestement dépêchés sur place par le régime baasiste, mais cela ne devrait pas l’empêcher d’élaborer une feuille de route planifiant une transition pacifique pour la Syrie.

La Turquie pourrait donc se retrouver à nouveau en position de médiateur d’une crise survenant à ses frontières au Proche-Orient, mais cette fois, elle va devra jouer très serré. Le régime alaouite semble prêt à tout pour survivre. L’urgence de la situation tombe en outre bien mal pour le calendrier politique turc. Le pays est actuellement en pleine campagne électorale et, sauf s’il en est vraiment forcé par le cours des événements, il est probable que le gouvernement turc évitera de s’engager de façon significative, avant le 12 juin, date des prochaines législatives. Sur le plan stratégique, de surcroît, une trop forte implication d’Ankara risque d’indisposer les deux autres puissances majeures de la région : l’Iran et Israël. Les initiatives turques de médiation ont, en effet, déjà passablement «chatouillé» Téhéran sur ses terres, en Irak et au Liban, au cours des derniers mois (cf. l’article de Jean-Paul Burdy dans notre édition du 23 avril 2011). Une implication supplémentaire de la Turquie en Syrie peut également inquiéter Tel-Aviv au moment où les relations turco-israéliennes sont susceptibles de vivre un nouvel épisode mouvementé. En effet, un an après l’arraisonnement du «Mavi Marmara» par un commando israélien qui avait causé la mort de 9 militants turcs (cf. notre édition du 31 mai 2010), une autre flottille à nouveau affrétée principalement par l’organisation humanitaire islamique turque IHH, a annoncé qu’elle tenterait de forcer le blocus de Gaza, à la fin du mois de juin prochain…

La Turquie n’a pourtant rien à perdre à la chute de Bachar el-Assad. Si elle parvient à négocier une transition sans inquiéter ses voisins, elle pourra compter sur un régime de remplacement sans doute encore plus ouvert à coopérer avec elle. Elle gagnera ainsi un allié plus présentable et sans doute très réceptif aux expériences turques réussies en matière politique et économique. La voie est étroite, mais une issue favorable de la crise syrienne pourrait permettre au gouvernement de l’AKP d’étendre encore son influence et son prestige au Moyen-Orient. De là, à penser que l’amitié de Tayyip et Bachar risque de ne pas résister bien longtemps à l’épreuve des faits, il n’y a qu’un pas, que nous ne franchirons pas… tout au moins pas encore.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.