Les enjeux des élections du 12 juin 2011, en Turquie.


Les Turcs voteront dimanche pour renouveler les 550 membres de leur parlement monocaméral : la Grande Assemblée Nationale de Turquie (Türkiye Büyük Millet Meclisi). Alors que la campagne électorale tire à sa fin, quels sont les principaux enjeux de ce scrutin ?

Le premier enjeu du vote de dimanche concerne le score de l’AKP. Le parti de Recep tayyip Erdoğan est presque assuré d’être reconduit, pour la troisième fois consécutive, à la tête du pays, avec une majorité lui permettant de gouverner seul. La question essentielle est donc de savoir s’il obtiendra la majorité renforcée des deux tiers (367 députés) qui l’autoriserait à réviser la Constitution… L’enjeu est d’autant plus important qu’au cours de sa deuxième législature (2007-2011), l’AKP a considérablement accru son emprise sur l’appareil d’Etat, ce qui n’était pas le cas lors des scrutins précédents. Haute-administration, corps diplomatique, corps préfectoral, hiérarchie universitaire, aucun grand rouage administratif n’échappe désormais au parti majoritaire. Au cours des dernières années, l’influence de l’armée s’est considérablement affaiblie sous l’effet des procès pour complot (Ergenekon, Balyoz…), qui ont provoqué l’arrestation massive de militaires à la retraite et de cadres d’active de premier plan. Ces derniers jours encore, des généraux pressentis pour exercer les plus hautes responsabilités au sein de l’état major, dès l’été prochain, se sont retrouvés derrière les barreaux. C’est dire si se confirme, ce que le Conseil militaire suprême de l’été dernier avait déjà montré, à savoir que le gouvernement est en train de pénétrer dans le dernier pré-carré des militaires : leur droit à coopter leurs propres chefs. Parallèlement on observera que ces derniers jours, la présidence de la Cour de cassation a échu à un proche du vice-premier ministre, Bülent Arınç, ce qui confirme que la hiérarchie judiciaire, cet autre garde-fou majeur de l’appareil d’Etat laïciste est en train de changer de bord. De façon très symbolique, enfin, et sans doute pas par hasard, en début de semaine, le général Kenan Evren, leader du coup de d’Etat de 1980, a été auditionné par un procureur. Ainsi cette fin de législature et de campagne sonne aussi comme le glas du régime de démocratie surveillée, mis en place par la Constitution de 1982.

Mais à quoi ressemblera le système qui est en train de se construire ? Telle est la question que se posent de nombreux observateurs et probablement les électeurs au moment où ils vont mettre leur bulletin dans l’urne. Toutes les enquêtes d’opinion montrent une forte aspiration des Turcs à disposer d’une nouvelle Constitution. Ils ont d’ailleurs largement approuvé la dernière révision constitutionnelle, lors du référendum du 12 septembre 2010 (cf. notre édition du 13 septembre 2010). Le premier ministre table toujours sur ce désir de tourner la page des années sombres et en a fait l’enjeu de la présente élection, en demandant aux électeurs de lui donner 367 députés, pour pouvoir faire adopter une nouvelle Constitution par voie parlementaire, sans avoir à en passer par un référendum (cf. notre édition du 6 juin 2011). Et, face aux critiques de la presse internationale (cf. notre édition du 7 juin 2011), qui s’inquiètent des risques de confiscation du pouvoir en Turquie, le leader de l’AKP a recouru une fois de plus à la victimisation, dénonçant les gangs de «l’Etat profond» qui auraient fait alliance avec les grand médias internationaux, et prétendraient influencer le verdict de urnes en tentant de lui voler sa victoire. Reste à savoir jusqu’où les Turcs sont prêts à signer un chèque en blanc au parti majoritaire, car les enquêtes d’opinion ont aussi montré qu’une majorité d’entre eux ne souhaitent pas que l’on touche aux trois premiers articles de la Constitution (théoriquement intangibles), qui posent les principes fondamentaux de la République, notamment le principe de laïcité. En tout état de cause, le premier ministre compte aussi sans doute sur le bénéfice électoral que peut lui procurer les bons résultats économiques de son gouvernement. Il ne faut pas oublier que l’économie a été identifiée comme la première motivation du vote des électeurs, lors des deux scrutins législatifs précédents. Il reste que l’électorat turc est un électorat traditionnellement conservateur et modéré, qui peut aussi hésiter à donner trop de pouvoir à un gouvernement qui en a déjà beaucoup.

Le deuxième enjeu du vote du 12 juin concerne les résultats qui seront ceux du principal parti d’opposition. Tout le monde s’accorde à reconnaître que son nouveau leader, Kemal Kılıçdaroğlu, lui a donné un nouveau souffle depuis un an, en rompant avec la rhétorique de la peur, chère à son prédécesseur Deniz Baykal. Le CHP est ainsi parti à la conquête d’un nouvel électorat : les milieux sociaux défavorisés qui ne profitent pas assez de l’embellie économique que connaît actuellement le pays, les Kurdes déçus par les promesses non tenues de l’AKP, les femmes qui se voient promettre un ministère de l’égalité. Cette stratégie permettra-t-elle au parti kémaliste de taquiner dimanche le seuil des 30%, voire de le dépasser, ce qui constituerait vraiment un succès ? Le CHP espère aussi pouvoir compter sur les effets du «vote utile» venant d’électeurs, qui sans adhérer complètement à ses idées et son programme, entendent empêcher une trop large victoire de l’AKP.

Quand les éléphants font l’amour, l’herbe de la savane en subit les conséquences. Ce proverbe africain s’appliquera-t-il dimanche aux résultats des élections législatives en Turquie ? C’est sans doute ce que voudront éviter les deux autres formations actuellement présentes au sein du parlement, menacées par la forte bipolarisation «AKP contre CHP» qui s’est manifestée pendant la campagne électorale et que confirme les enquêtes d’opinion. Les Kurdes du BDP paraissent à l’abri d’une mauvaise surprise en l’occurrence, car en ne présentant que des candidats indépendants, ils ont de fortes chances de renouveler leur score de 2007 (une vingtaine de députés), et même de le dépasser. En revanche, les nationalistes du MHP devront impérativement passer le seuil de 10% au niveau national, pour conserver au moins une partie de leurs 70 députés actuels. C’est là le troisième enjeu des élections du 12 juin, car si cet objectif n’était pas atteint, non seulement le parti nationaliste disparaitrait du parlement, mais sa contreperformance aiderait probablement l’AKP à obtenir une majorité des deux tiers.

Enfin, le dernier enjeu de la campagne concernera sans doute la répartition des voix dans les zones kurdes. Quel parti turc émergera aux côtés des candidats indépendants soutenus par le BDP ? En 2007, l’AKP avait réalisé de bons scores dans les départements du sud-est, mais Recep Tayyip Erdoğan bénéficiait encore de l’aura que lui avait procurée sa reconnaissance officielle du problème kurde en 2005. Après l’enlisement de l’ouverture kurde lancée par le gouvernement en 2009, et à l’issue de la campagne très nationaliste conduite par l’AKP pour essayer de récupérer les voix du MHP, le parti de Recep Tayyip Erdoğan dispose-t-il encore de réserves dans ces départements ? La question n’est pas tant importante pour l’issue finale du scrutin de dimanche que pour les échéances qui se profilent. Le premier ministre a en effet annoncé qu’après l’adoption d’une nouvelle Constitution, sa priorité serait la résolution de la question kurde. Mais il n’est pas sûr que cela lui permettra de rééditer les résultats qui avaient été les siens dans le sud-est en 2007.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.