Les Loups Gris : une voix au Parlement ?

Meeting électoral du MHP, mai 2011

Vendredi 10 juin 2011, à deux jours des élections législatives, le Premier ministre Erdoğan a une énième fois tenté de décrédibiliser le MHP dont il espère attirer les voix. Il a affirmé que si l’AKP avait fait partie de la coalition gouvernementale en 1999 – ce qui était le cas du MHP -, il n’aurait pas hésité à appliquer la peine capitale contre Öcalan, leader du PKK actuellement condamné à perpétuité et détenu sur l’île d’Imralı. Cette déclaration s’inscrit dans la continuité de la radicalisation du discours de l’AKP, flirtant avec la rhétorique anti-kurde et nationaliste du MHP.

 Le score électoral du MHP, Parti d’Action Nationaliste, figure en effet parmi les principaux enjeux de ce scrutin législatif du 12 juin 2011. Les sondages le donnent juste à la limite du fatidique barrage des 10% des voix au niveau national. Mais si son score est inférieur, il ne sera pas représenté au sein de la Grande Assemblée Nationale, chambre unique du Parlement, et ne pourra pas participer au prochain débat sur la réforme de la Constitution. Cela était déjà arrivé en 2002 : le MHP avait alors obtenu 8,36% des voix. Mais ceci était avant tout le résultat du bilan du gouvernement Ecevit (1999-2002) dont il faisait partie, et dont toutes les composantes ont été en 2002 exclues du Parlement. Lors des dernières législatives de 2007 en revanche, les Loups Gris ont obtenu le score honorable 14,27% des voix, leur assurant ainsi 70 sièges au Parlement. Lors du dernier scrutin, les élections locales de 2009, il était parvenu à obtenir 16,1% des voix.

La capacité du MHP à dépasser le seuil des 10% n’est pas seulement un enjeu pour les Loups Gris, mais aussi pour l’AKP et ses projets futurs de Constitution civile. En effet, si le MHP n’obtient pas de représentation parlementaire, les deux autres partis majoritaires, l’AKP et le CHP, récupèreront leurs sièges. Or, l’AKP vise une majorité des deux tiers (367 sièges), afin de faire adopter par le biais d’un vote assuré au Parlement et ce, sans passer par une coalition improbable avec les partis de l’opposition ni devoir recourir à un référendum ; à défaut, il vise les trois cinquièmes (330 sièges) qui lui permettraient quand même de soumettre une proposition de Constitution à référendum. Dans cette arithmétique, le score du MHP s’avèrera décisif. L’AKP a d’autant plus intérêt à ce que le MHP ne soit pas au Parlement que celui-ci s’est prononcé contre une nouvelle Constitution. Par ailleurs, il a accusé l’AKP d’avoir repris ses idées comme l’« objectif 2023 », centième anniversaire de la République, date à laquelle l’AKP prévoit l’aboutissement de projets pharaoniques comme la construction d’un canal pour désengorger le Bosphore, et attire généralement les électeurs déçus du parti au pouvoir. L’AKP a ainsi tenté d’attirer les voix du MHP à l’aide d’une rhétorique à la fois nationaliste et manichéenne vis-à-vis de ses adversaires. Mais Bulent Aliriza et Deni Koenhemsi, membres du Programme Turquie du C.S.I.S., signalent que cette tactique peut amener ses adversaires à opter pour un vote utile envers la supposée coalition anti-AKP constituée du CHP, du MHP et du BDP.

Le principal fait marquant de la campagne du MHP est l’épisode des cassettes, ces vidéos sulfureuses publiées sur internet mettant en scène des leaders du parti avec leurs maîtresses. Une dizaine d’entre eux ont démissionné et le leader du parti, Devlet Bahçeli, a été menacé de connaître le même sort s’il ne démissionne pas de lui-même. Ces vidéos, dont la source reste indéterminée, pourraient tout à fait être le fruit de dissidents au sein même du parti que celui de membres de l’AKP ou du CHP. Même si Erdoğan a déclaré que ce « chantage à la cassette » était un « complot odieux et dangereux », il n’est pas inutile de rappeler que l’AKP avait essayé de créer une loi permettant de juger l’adultère de « crime ». Également, ce type de scandale n’est pas nouveau dans la vie politique turque. En mai 2010, le CHP en avait aussi fait les frais. Son leader Deniz Baykal a été contraint de démissionner après qu’une vidéo de lui et de sa secrétaire et collègue députée, avait été publiée. Ce scandale a ouvert la voie à la question de l’ordre moral au sein du débat politique turc. Des responsables du MHP ont justifié leurs actions en affirmant que leurs épouses étaient au courant et acceptaient ces relations extraconjugales. Ceci reporte le débat sur un tabou dans la vie politique turque : la polygamie. Cette dernière est pratiquée dans certaines zones rurales turques et mais aussi par des membres et responsables de l’AKP. Or, celle-ci est interdite par le code civil turc bien qu’elle soit autorisée par la loi religieuse. Quoi qu’il en soit, certains analystes jugent que cette affaire des cassettes a plutôt renforcé électoralement le MHP, qui se présente comme « victime » d’une odieuse machination.

Pour faire face à ce scandale, le MHP a essayé d’élargir son électorat à l’aide de plusieurs candidats modérés. Il a également organisé, pour la première fois depuis seize ans, un meeting à Diyarbakır, la plus grande ville du sud-est, forteresse du parti pro-kurde qui l’a autorisé. La raison de cette hospitalité repose sur la volonté de ne pas renforcer les rangs de l’AKP par des affrontements qui renforceraient sa crédibilité. On peut supposer que la plupart des participants n’étaient pas des locaux ; cependant, selon Mümtazer Türköne de Today’s Zaman, ce meeting, avant tout symbolique, avait pour but de démontrer que le MHP peut aller partout sur le territoire.

À la veille des élections, les Loups Gris espèrent être présents au sein du Parlement. Les sondages Konda des 3-5 juin 2011 indiquent que le MHP obtiendrait entre 10,8% et 12,5% des votes. Enfin, même si le résultat minimum donné par Konda pour le MHP est de 9,1%, l’institut de sondage estime que le MHP devrait réussir à acquérir des sièges au sein du Parlement. Ainsi, si le MHP obtient 11% des voix, il devrait bénéficier d’environ 40 sièges. Mais le suspense tiendra jusqu’au bout, d’autant que certaines irrégularités dans le processus de vote ont été mises en avant. Par exemple, le Haut Conseil Électoral a demandé l’impression de 65 millions de bulletins de vote pour 52 millions d’électeurs, ouvrant la porte au bourrage d’urnes.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Tolga dit :

    Pourquoi continuer à faire l’amalgame entre les Loups Gris et le MHP? Est-ce juste une manière peu subtile de trouver un synonyme au parti nationaliste ou est-ce une intention subliminaire de la part de l’auteur?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *