La Turquie, en première ligne sur la question énergétique.

À l’heure où le prix du pétrole bat tous les records, le cours du baril dépassant les 145$, la question de l’approvisionnement et de la suffisance énergétiques se pose avec de plus en plus d’acuité. Ainsi, pays développés, pays émergents et pays en voie de développement doivent se doter de politiques énergétiques efficaces, car la problématique des ressources énergétiques est au cœur des relations économiques et des enjeux internationaux. La Turquie n’est pas épargnée par ce débat, bien au contraire elle en est désormais un acteur majeur, à la frontière de l’Europe et de l’Asie. Le forum intitulé «Une nouvelle puissance énergétique : la Turquie» qui s’est tenu à Istanbul, ces derniers jours, a vu le Premier Ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, appeler à asseoir la politique énergétique de son pays sur de nouvelles énergies. Partant du constat que la demande en énergie de la Turquie augmente parallèlement à son taux de croissance, le Premier ministre a souligné la nécessité de développer une politique énergétique au niveau national et international. Les différents axes de la politique énergétique turque annoncée sont les suivants : une production pétrolifère locale qui remplirait la moitié des besoins turcs en énergie à savoir 220 millions de tonnes de pétrole d’ici à 2020, une nette augmentation de la production d’électricité avec l’agrandissement de certaines centrales électriques comme celle de Afsin Elbistan (photo), la construction de centrales nucléaires notamment à Akkuyu, et la création d’une centrale hydroélectrique à Konya dans le cadre du projet «Tunnel Bleu».

En outre la Turquie, comme ses voisins européens a décidé de se tourner vers des énergies innovantes afin de diversifier des ressources répondant à des besoins croissants. Ainsi, l’énergie éolienne est au cœur de la stratégie du gouvernement qui pense aussi se concentrer sur l’énergie solaire et s’intéresser à l’hydrogène. Il n’est pas inutile de rappeler que, depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP, le marché énergétique s’est fortement libéralisé, permettant ainsi de faire fonctionner nombre de partenariats européens et asiatiques. La Turquie et la Grèce, ayant pris conscience de leur position géostratégique majeure en Europe, ont signé lors de ce dernier forum un accord, dont l’objet est un approvisionnement pour trois mois en électricité venant de Turquie vers la Grèce.

Il est clair qu’Ankara est devenue un interlocuteur majeur dans le débat géostratégique autour des ressources énergétiques. Pays de transit et fournisseur, son atout principal est celui d’être un couloir énergétique, ce dont la construction des pipelines Bakou–Tbilissi–Ceyhan (BTC) et Bakou–Tbilissi–Erzurum (BTE) est un parfait exemple. De même, la construction du pipeline Samsun–Ceyhan est actuellement un thème important des discussions entre le Ministre des Affaires étrangères turc, Ali Babacan, et son homologue russe, Sergey Lavrov, afin de désengorger les détroits turcs, le nombre croissant de tankers, qui traversent le Bosphore, constituant une sérieuse menace pour la sécurité de plus de 16 millions de stambouliotes.

C’est donc une Turquie, partout présente, n’hésitant pas à parier sur les énergies nouvelles, que nous voyons à l’œuvre, en ce moment. Mais au-delà des aspects purement économiques de ce comportement, apparaît la dimension stratégique d’un acteur important, qui peut jouer un rôle-clé dans l’actuel débat sur l’approvisionnement et la production énergétiques de l’Europe. Y a-t-il là également un nouvel atout pour la candidature de la Turquie à l’Union Européenne ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.