Vers un renouveau des relations bilatérales franco-turques en matière de défense ?


La France est en position de prendre de nouvelles initiatives internationales, notamment, après le sommet de l’Union pour la Méditerranée et alors qu’elle occupe la présidence européenne tournante. Il n’est donc pas étonnant que Paris paraisse vouloir assouplir son discours à l’égard des autorités turques et renforcer des relations bilatérales fragilisées depuis la loi reconnaissant le génocide arménien, adoptée le 29 janvier 2001, et suite aux positions du président de la République française hostile à l’idée de l’adhésion de la Turquie à l’UE. C’est en matière de défense que la France semble vouloir renouer le dialogue, à l ‘heure actuelle. En effet, Paris a envoyé l’ambassadeur, Benoît d’Aboville, fin juillet 2008, à Ankara pour présenter le «livre blanc» de Nicolas Sarkozy, un projet qui vise à réformer les différents corps de l’armée française et qui met l’accent sur le renseignement, pour répondre, en particulier, à la menace terroriste. Cette opportunité permettra-t-elle de resserrer des liens très distendus, depuis une dizaine d’années, notamment sur tout ce qui touche aux questions d’armement ?

Lorsqu’en 1998 l’Assemblée nationale française adopte à l’unanimité une proposition de loi socialiste visant à reconnaître le génocide arménien, la Turquie annonce aussitôt le boycott du groupe français «Eurocopter», alors en lice pour décrocher un important contrat avec l’armée turque. Finalement, la proposition de loi en question ne sera pas inscrite tout de suite à l’ordre du jour, mais les relations entre la Turquie et la France seront, dès ce moment, instables et sujettes à tensions.

La Turquie et la France ont cependant des intérêts communs majeurs, en matière d’armement. Il n’est pas nécessaire de rappeler que la France est l’un des principaux fournisseurs d’armes en Europe, alors que la Turquie est un client potentiel important. Le montant des importations turques d’armements français, entre 1995 et 2005, s’est élevé à 1,5 milliard d’euros, une somme non négligeable et un marché fructueux pour l’économie française. Le premier obstacle à la réactivation de cette communauté d’intérêts découle actuellement des positions prises par Nicolas Sarkozy sur la candidature de la Turquie à l’UE. Mais on aurait tort de sous-estimer les conséquences qu’a pu avoir la position de la France, depuis 2001, sur la reconnaissance du génocide arménien, que ce soit en termes de diplomatie, d’économie ou de sécurité.

L’été 2007 fut une période assez dure pour les relations franco-turques en matière de défense et d’armement. En effet, à cette époque s’est tenue en Turquie une foire internationale de l’industrie et de la défense, où se sont rencontrées 448 sociétés de 45 pays du monde entier. Selon le ministre de la défense turque, la France ne fut pas officiellement invitée à cette manifestation. À cela s’est ajoutée alors la suspension des relations militaires entre les deux États. Fin juillet 2007, la France a donc fermé le bureau de la Délégation générale pour l’armement, à Ankara, en raison de la réduction du commerce militaire entre les deux pays. C’est suite à ces développements difficiles que Paris réaffirme aujourd’hui l’importance de la Turquie pour la France en matière de défense, en soulignant la coopération existante sur le terrain entre les deux armées, notamment en Afghanistan ou lors d’opérations en Bosnie et au Kosovo, dans le cadre de l’OTAN.

Pourtant, les relations franco-turques en la matière demeurent complexes. En effet, on sait que récemment Nicolas Sarkozy a émis le souhait de voir la France revenir dans le commandement militaire intégré de l’OTAN, une structure abandonnée, en 1966, suite à une décision du général de Gaulle. Or, la Turquie (membre de l’OTAN depuis 1952) aurait apparemment essayé de soumettre ce retour de la France au sein du commandement de l’OTAN, à un assouplissement des positions prises par Paris sur la candidature turque à l’UE. Cette hypothèse n’a bien sûr été confirmée, ni par Ankara, ni par Paris, mais a cependant été évoquée par des spécialistes turcs de relations internationales. Ces derniers ont en effet émis l’hypothèse d’un veto turc à la réintégration du commandement militaire intégré par la France, en y voyant le moyen pour la Turquie de s’opposer aux différents obstacles français posés à l’encontre de l’adhésion turque (notamment le très critiqué article 88-5 de la Constitution instituant la tenue d’un référendum sur l’adhésion de la Turquie à l’UE).

Ainsi, les relations entre la Turquie et la France en matière de défense et d’armement concernent des sujets autrement plus délicats que le seul problème économique constitué par l’évolution des parts de marché entre les deux pays et la signature d’importants contrats. La coopération franco-turque sur le plan de la défense est désormais au cœur de l’évolution des relations diplomatiques franco-turques et affecte de ce fait directement les équilibres stratégiques en Europe orientale et au Moyen-Orient.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.