L’état de guerre en Géorgie bouleverse la carte géopolitique de la région


Le conflit qui oppose aujourd’hui la Russie et la Géorgie reflète les tensions existantes, depuis des années, dans le Caucase. De façon significative, la Géorgie est victime d’une hétérogénéité ethnique et religieuse qui est la caractéristique de cette région. Quel avenir peut avoir un pays qui doit vivre, depuis plus d’une décennie, avec deux provinces séparatistes : l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie (sans oublier une forte minorité pro-russe qui s’oppose au gouvernement pro-occidental du président Saakachvili) ?

Les équilibres fragiles existants ont vite été rompus, ces derniers jours. Alors que la Russie avait accusé (le 4 août 2008) les autorités géorgiennes de procéder à un nettoyage ethnique à l’encontre de la population de la république dissidente d’Ossétie du Sud, Tbilissi a rompu la trêve avec les séparatistes ossètes, en lançant une attaque contre la capitale régionale, Tskhinvali. Apportant leur soutien aux Ossètes du Sud, les forces armées russes ont fait leur entrée sur le territoire géorgien après avoir bombardé les abords de Tbilissi et d’autres villes voisines. Le 12 août 2008, après l’acceptation par le président russe Medvedev d’un plan de paix en six points proposés par le Président français, Nicolas Sarkozy, qui exerce actuellement la présidence tournante européenne, l’opération militaire russe contre la Géorgie aurait théoriquement dû prendre fin. Toutefois, le dernier point de ce plan de paix reste contradictoire, car le président russe appelle au droit à l’autodétermination des peuples (notamment pour l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie), tandis que le président géorgien défend la souveraineté et l’intégrité des frontières de son pays. Certes, les parties russes et géorgiennes se sont engagées, dans ce plan, à ne pas «recourir à la force», à «cesser les hostilités de façon définitive», et à assurer un «accès libre à l’aide humanitaire», les troupes russes devant par ailleurs se retirer du territoire géorgien et les troupes géorgiennes se regrouper dans leurs lieux de cantonnement initial. Pourtant, au jour d’aujourd’hui, les troupes russes n’ont toujours pas évacué le territoire géorgien. Cette situation a amené les principaux dirigeants occidentaux à hausser le ton et les Américains à adresser une sévère mise en garde à Moscou. Le président Saakachvili, quant à lui, a refusé catégoriquement la présence de troupes russes même à titre de forces de maintien de la paix déclarant qu’elles ne rempliraient pas leur mission mais viseraient surtout à faire perdurer une influence russe dans la région.

Si ce conflit prend aux yeux de la communauté internationale une si grande importance, ce n’est pas seulement parce que la souveraineté et l’unité d’un pays ont été bafouées, mais aussi parce que, derrière ce conflit de frontières et ces revendications indépendantistes, apparaît une peur plus grande : celle de voir réapparaître la logique de la Guerre froide. Le Caucase, trop souvent oublié par les médias, est une région capitale en termes géopolitiques et géostratégiques. Toute la région eurasiatique est d’ailleurs depuis un certain temps déjà définie comme telle par des théoriciens de relations internationales de premier plan comme Mac Kinder (qui parlait de «heartland») et Spykman (qui évoquait un «rimland»). Quiconque, selon eux, contrôle cette région, tient également une grande partie des ressources énergétiques mondiales qui s’y trouvent et s’affirme alors comme une puissance hégémonique.

Sur le plan énergétique, la Géorgie est un pays de transit. Depuis peu, des pipelines de première importance traversent son territoire, en particulier : l’imposant Bakou-Tbilissi-Ceyhan qui relie la mer Caspienne au terminal pétrolier turc de Ceyhan sur la Méditerranée, (en évitant soigneusement l’Iran et la Russie), ou le Shah Deniz pipeline (Pipeline du Caucase Sud) qui alimente la Géorgie et la Turquie en gaz naturel provenant d’Azerbaïdjan. La Géorgie est ainsi devenue, au cours de la dernière décennie, un acteur majeur dans le nouvel échiquier énergétique mondial. Ce petit pays est de ce fait un élément important de la stratégie d’indépendance énergétique de l’Union européenne qui entend desserrer progressivement l’étau russe. La Russie est en effet le premier fournisseur des Européens en gaz naturel (32%) et en pétrole (19%). Les nouvelles voies énergétiques du Caucase aboutissant sur son territoire, la Turquie espère aussi pouvoir tirer parti de cette situation, en valorisant cette position stratégique auprès de l’Union Européenne.

Mais la poudrière caucasienne à l’heure actuelle est aussi révélatrice des tensions latentes qui existent entre la Russie et ses anciens pays-frères de l’ex-URSS. «Révolution des roses» en Géorgie, en 2003, «Révolution orange» en Ukraine, en 2004, «Révolution des tulipes » au Kirghizstan, en 2005, sans oublier la révolte contre le gouvernement pro-russe qui fut durement réprimée en Ouzbékistan, la même année… Certains observateurs parlent désormais des «révolutions de couleur» pour désigner ces mouvements qui voient ces pays eurasiatiques tenter de s’affranchir d’une dépendance russe qui prend la forme d’ingérences politiques ou économiques, et bien sûr de la dépendance énergétique. Après le début des hostilités en Géorgie, il n’est pas étonnant que la réaction de la plupart des Etats anciennement communistes de la région, ait été similaire. Symboliquement le 12 août 2008, d’ailleurs, les présidents polonais, lituanien et estonien ainsi que le premier ministre letton sont, allés, en Géorgie, en compagnie du président ukrainien, soutenir le président Saakachvili face aux attaques russes. Mais, en Europe occidentale, les opinions sont plus partagées et une plus grande modération est pour l’instant de mise.

Il est vrai que la Russie possède et contrôle des ressources énergétiques importantes, ce qui met les pays occidentaux dans une situation préoccupante dans un contexte de crise pétrolière. Pour maintenir son influence, la Russie soutient désormais systématiquement le droit à l’autodétermination des petits peuples et défend les minorités pro-russes. Les cas de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie sont, à cet égard, très significatifs. Les Etats du Caucase et d’Asie centrale risquent donc d’avoir du mal à suivre la voie qu’ont empruntée, il y a vingt ans, après la fin du monde bipolaire, les pays d’Europe de l’Est soutenus par l’UE. La Géorgie n’est-elle pas pour l’heure trop déstabilisée pour espérer pouvoir rejoindre l’OTAN ? Quelles sont désormais les chances d’y parvenir de l’Ukraine, elle-aussi candidate ?

Dans un tel contexte, la position de la Turquie est pour le moins délicate. Malgré ses ambitions récentes de devenir le médiateur diplomatique privilégié de la région, sa marge de manœuvre reste étroite ; car elle entretient d’excellentes relations avec la Géorgie, mais reste dépendante de la Russie tant sur le plan commercial que sur le plan énergétique. Les atouts qu’offrent sa situation géographique de pont entre l’Orient et l’Occident ainsi que son rôle de voie de transit en matière d’énergie, pourrait bien être affectés par cette guerre qui survient de façon bien inopportune à ses frontières. C’est ce qui explique sans doute que la réaction d’Ankara soit restée prudente jusqu’à présent.

Sylvie Chemineau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.