Le sommet Turquie-Afrique d’Istanbul, perturbé par la présence du leader soudanais, Omar Al Bashir


Alors même que se tenait à Istanbul le sommet Turquie-Afrique, le président turc, Abdullah Gül, a reçu la visite de son homologue soudanais, Omar Al Bashir. La présence du chef de l’Etat soudanais en Turquie a soulevé une controverse, celui-ci étant, depuis peu, inculpé par la Cour Pénale Internationale (CPI) de la Haye pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerres. Abdullah Gül est le premier chef d’Etat à recevoir ce dirigeant africain depuis la demande d’émission d’un mandat d’arrêt international à son encontre, le 14 juillet dernier. Cette visite n’a pas empêché la tenue du sommet Turquie-Afrique, mais est venue fort inopportunément perturber le déroulement de celui-ci.

Le sommet Turquie-Afrique a regroupé sur quatre jours (du 18 au 20 août 2008) quarante pays voulant établir ou renforcer leur coopération avec la Turquie. Ankara souhaite, en effet, développer ses relations économiques et politiques avec ce continent et surtout obtenir son soutien pour décrocher prochainement l’un des sièges au Conseil de Sécurité de l’ONU.

La présence d’Omar Al Bashir a néanmoins entaché le sommet en question, car le leader soudanais est actuellement sous la menace de l’émission d’un mandat d’arrêt de la CPI pour sa responsabilité dans les événements qui continuent de déchirer son pays. Accusé de soutenir financièrement les milices «Janjawid» et par déduction de favoriser le génocide qu’elles mènent au Darfour, le gouvernement soudanais récuse pourtant toute implication. «Ce n’est pas un génocide, mais une tragédie», a déclaré Omar Al Bashir, lors du sommet d’Istanbul. Rappelons que le Soudan n’a, par ailleurs, toujours pas reconnu la compétence de la CPI, à son égard, tout comme la Turquie qui n’a pas ratifié le traité lui donnant naissance, et ce bien que l’UE ait invité Ankara à le faire, dans le cadre des négociations d’adhésion qui sont en cours. Selon l’ONU, depuis 2003, environ 300 000 personnes ont trouvé la mort au Darfour, tandis que près de 2,5 millions personnes y ont été déplacées. L’organisation «Human Right Watch» (HWR) a dit avoir interpellé les autorités turques par courrier, pour leur demander de ne pas contribuer à soutenir les efforts de Khartoum pour obtenir une suspension des poursuites engagées contre Omar Al Bashir ; une possibilité qui n’est pas à écarter, même si le mandat est finalement émis. «Suspendre l’enquête de la CPI, en réponse à des menaces scandaleuses et aux promesses creuses de Khartoum, serait trahir les victimes du Darfour», a notamment affirmé l’organisation humanitaire internationale. À cet égard, Abdullah Gül a voulu suivre l’esprit de la position défendue par HRW. «Les souffrance humaines touchent tout le monde, quelle que soit la religion, l’ethnie ou la langue de ceux qui souffrent… J’ai dit au président (Bashir) que le gouvernement soudanais devait travailler dur pour mettre fin aux violences», a-t-il notamment déclaré devant les journalistes à l’issue d’un entretien d’une trentaine de minutes, en marge du sommet.

Pourtant, si la polémique suscitée par la présence d’Omar Al Bashir a tenu la vedette, l’objet même du sommet, qui concernait le développement des relations turco-africaines, sur les plans économique, énergétique, social et diplomatique, était loin d’être dépourvu d’intérêt, car il reflétait, à bien des égards, les nouvelles opportunités qu’offre à la Turquie, sur la scène mondiale, son développement économique important des dernières années. Ankara, qui a déjà adopté, en 1998, un plan d’action pour s’ouvrir aux pays africains, souhaite mettre à profit l’opportunité de cette rencontre internationale pour renforcer sa présence sur les marchés de ce continent. Le volume des échanges entre la Turquie et l’Afrique est d’ailleurs passé de 5 à 13 milliards de dollars (8,8 milliards d’euros) entre 2003 et 2007. « Nous avons pour but de faire passer le volume de nos échanges à 30 milliards de dollars, en 2010 », a déclaré Ünal Ceviköz, vice-sous-secrétaire au ministère turc des Affaires étrangères, cité par l’agence de presse Anatolie.

La Turquie a également signé des accords portant sur la fourniture de gaz liquide avec l’Algérie et veut renforcer tant ses investissements que ses échanges commerciaux en Afrique subsaharienne, suivant en cela l’exemple de l’Inde et de la Chine qui prospectent dans cette zone délaissée par les Américains, depuis quelques années. Afin d’assurer la diversification de ses approvisionnements énergétiques, Ankara désire par ailleurs, obtenir de Khartoum un accès privilégié à l’exploitation de ses ressources pétrolifères.

« Ces dernières années, le continent (africain) est devenu le point de mire de plusieurs pays tels que la Chine, l’Inde et le Japon, en raison de ses vastes ressources énergétiques et minières »,

a fait valoir un responsable du ministère turc des affaires étrangères.

Sur le plan diplomatique, l’un des enjeux du sommet était la question de l’attribution des deux sièges de membre non permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU, qui sera décidée en octobre prochain. La Turquie compte sur le soutien des pays africains pour obtenir l’un d’eux, ce qui lui permettrait d’avoir une tout autre dimension sur le plan international. La perspective de la prochaine vacance de ces sièges donne lieu à une véritable campagne des postulants potentiels depuis deux ans.

«Nous sommes très heureux que la grande majorité de nos amis africains aient déjà accordé leur soutien à notre candidature… Si la Turquie est élue au Conseil de Sécurité, elle sera particulièrement attentive aux priorités et aux difficultés africaines»,

a déclaré le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, poursuivant cette opération de séduction, lors d’un déjeuner officiel, dans le cadre du sommet. À ce sujet, le premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, s’est montré rassurant en estimant que l’Afrique serait probablement derrière la candidature d’Ankara. La Turquie dispose actuellement de 12 ambassades sur le continent africain et prévoit de porter ce nombre à 27, avant la fin de l’année prochaine.

Ce soutien des pays africains n’est d’ailleurs pas anodin, si l’on observe parallèlement l’évolution rapide, sur tous les plans, des relations entre la Turquie et l’Afrique. Depuis le lancement du plan d’action de 1998, Ankara a ouvert trois agences régionales de la TIKA (Turkish International Cooperation and Development Agency, Agence internationale turque pour le développement et la coopération) en Éthiopie, au Sénégal et au Soudan, et commence à devenir un véritable acteur de l’aide au développement pour les PMA (Pays les moins avancés, la plupart se situant en Afrique). Ainsi, le montant de l’aide distribuée par la Turquie aux pays africains, ces trois dernières années, a oscillé entre 600 et 750 millions de dollars par an, une estimation qui atteint une fourchette se situant entre 1,1 et 1,7 milliard par an, si l’on ajoute l’aide non gouvernementale, selon les dires du premier ministre lui-même. En outre, une aide de 50 millions de dollars, pour les cinq ans à venir, est prévue depuis mars dernier. Cet effort devrait soutenir une accélération des échanges entre la Turquie et le continent africain. «Nous avons également encouragé nos hommes d’affaires à développer le commerce avec les pays africains», a tenu à préciser M. Erdogan.
Dans un discours prononcé, le 19 août 2008, Abdullah Gül a voulu montrer que son pays était très sensible aux préoccupations qui sont actuellement celles de l’Afrique.

«L’importance de la coopération turco-africaine concerne aussi les crises alimentaires et les épidémies qui touchent l’Afrique et que nous observons avec beaucoup d’attention» a-t-il déclaré.

Par une série de développements assez convenus, que l’on retrouve maintenant dans tous les sommets internationaux, le président turc a également évoqué la crise environnementale mondiale et le problème du réchauffement climatique pour regretter que les nations africaines en soient les premières victimes et pour souligner la nécessité de développer des coopérations dans des domaines tels que

«l’environnement, la désertification, les terres humides, la biodiversité et la préservation de la faune et de la flore».

Ce sommet turco-africain semble donc avoir répondu aux principales attentes de ses organisateurs. Il reste que la présence d’Omar Al Bashir a été généralement perçue de façon négative à l’étranger. La précédente visite du président soudanais, à Ankara, il y a quelques mois, avait d’ailleurs déjà provoqué les critiques de Washington. Des associations arméniennes qui militent pour la reconnaissance du génocide de 1915 ont, de leur côté, vigoureusement réagi, montrant du doigt la rencontre entre un président accusé de crimes contre l’humanité et le leader d’un pays qui, selon elles, n’a toujours pas accompli son devoir de mémoire. Interrogé sur la possibilité que la Cour pénale internationale émette un mandat d’arrêt contre le président soudanais, alors même que ce dernier se trouvait à Istanbul, le ministère turc des Affaires étrangères a refusé officiellement de spéculer sur l’attitude qu’adopteraient les autorités turques dans cette hypothèse.

«Bashir a été invité au sommet en tant que dirigeant d’un pays africain et il n’existe pas de mandat d’arrêt contre lui en ce moment. S’il y a des demandes, nous aviserons alors», a indiqué un haut fonctionnaire à l’agence Reuters.

L’avenir dira si les résultats du sommet auront eu véritablement à pâtir de la présence du président soudanais. Pour l’heure, on attend la publication de la «déclaration d’Istanbul», qui a été adoptée, à l’issue du déroulement du sommet, pour en faire la synthèse.

Bastien Alex


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.