La Russie intensifie ses pressions sur la Turquie


Depuis le 16 juillet dernier, la Russie a placé la Turquie sur la liste des pays à haut risque en ce qui concerne les problèmes de contrebande. Loin de n’être qu’une péripétie douanière, les conséquences de cette décision sont actuellement très préoccupantes pour les exportations turques en Russie. En effet, depuis plusieurs semaines, des centaines de camions turcs sont bloqués à la frontière russe et doivent subir une inspection minutieuse de leurs chargements. À cela s’ajoutent un accroissement sensible des formalités administratives ainsi qu’une augmentation de 15 à 20% des droits de douanes suivant les types de produits. Ces mesures, qui frappent exclusivement la Turquie et qui tournent à un embargo déguisé, ne devaient initialement durer qu’un mois, mais elles ont été prolongées et viennent d’être étendues aux produits turcs venant d’Europe. Beaucoup de compagnies turques ont en fait délocalisé, en Chine ou en Inde, une production qui est ensuite emballée et réexportée à partir de pays d’Europe de l’Est. C’est notamment souvent le cas pour les compagnies textiles, particulièrement victimes de cette crise commerciale russo-turque.

Les responsables politiques et économiques ont rapidement fait le lien entre ces mesures russes intempestives et la situation politique créée par le conflit en Géorgie. En effet, même si le nouveau contexte international n’est pas la seule cause de cette crise, il est probable qu’il explique son ampleur, sa durée et son intensité. La Russie est le plus important partenaire commercial de la Turquie avec des échanges évalués, l’an passé, à plus de 28 milliards de dollars. Les entreprises turques exportent massivement vers ce pays et y réalisent des investissements très importants, qui ont dépassé 5 milliards de dollars, en 2007. De ce fait, on comprend que la Russie ait les moyens d’exercer en retour de fortes pressions sur son voisin turc. Pour le ministre turc du commerce extérieur, Kursat Tüzmen (photo), les mesures appliquées par les douanes russes aux produits turcs et leur extension récente doivent être considérées comme de véritables « barrières non tarifaires ».

Depuis un mois, les mises en garde adressées par Ankara à Moscou sont restées lettre morte et une réunion du gouvernement turc tenue le 1er septembre, à ce propos, a montré que celui-ci hésitait encore à soumettre les importations russes à un régime comparable à celui que subissent les produits turcs. Toutefois, la Russie exporte peu de produits manufacturés vers la Turquie et il est peu probable qu’une telle riposte soit véritablement efficace. Les organisations professionnelles d’industriels turcs (y compris la très pro-gouvernementale MÜSIAD) ont déjà dit leur scepticisme à l’égard des mesures de rétorsion envisagées par leur pays, en estimant qu’elles ne risquaient que d’aggraver la situation et en prodiguant des conseils de modération à leur gouvernement, notamment dans son approche de la situation caucasienne. Certains analystes ont fait remarquer que la réaction turque pourraient être prise plus au sérieux si Ankara décidait de reconsidérer sa position sur la candidature russe à l’Organisation Mondiale du Commerce, mais, comme le dit un expert, malgré tout, cela resterait « le combat d’un cure-dent contre une batte de baseball. »

Car, en tout état de cause, ce sont les Russes qui se trouvent aujourd’hui en position de force. En effet, pour ce qui concerne ses approvisionnements énergétiques, la Turquie dépend fortement de Moscou qui lui fournit près de 65% du gaz qu’elle consomme. Les experts du gouvernement turc planchent déjà sur le scénario d’une coupure des approvisionnements russes en gaz, cet hiver, et leurs conclusions indiquent que les solutions alternatives seraient bien minces. La Turquie, ne pourrait être « secourue » par l’Azerbaïdjan qui n’est pas en mesure d’intensifier sa production dans l’immédiat. Si l’on envisage d’autres hypothèses, la solution iranienne n’est guère plus convaincante, les résultats de la récente visite de Mahmoud Ahmadinejad à Istanbul ayant été, comme par hasard, décevants sur le sujet (notre édition du 21 août 2008). Officiellement, l’Iran, dont les besoins domestiques sont de plus en plus importants, refuse de garantir à la Turquie un approvisionnement constant pour l’hiver à venir. Quant à la manne gazière turkmène, elle est loin d’être encore totalement exploitable. De surcroît, le Turkménistan entretient actuellement de bonnes relations avec Moscou… Dès lors, il est clair que, face à la Russie, la Turquie aura du mal à desserrer le carcan que constitue sa dépendance énergétique et les gênes subies par ses exportations.

Le ministre russe des affaires étrangères arrive le 2 septembre, en Turquie, pour discuter de la crise géorgienne, mais aussi pour évoquer les relations bilatérales entre les deux pays (notre édition du 30 août 2008). Il est probable que la question de la présence navale de l’OTAN en mer Noire sera également abordée. Bien que l’OTAN démente avoir l’intention de renforcer cette présence et qu’Ankara déclare vouloir faire scrupuleusement respecter le traité de Montreux qui régit le passage dans les détroits, Moscou s’inquiète de l’arrivée de bateaux occidentaux en mer Noire (notre édition du 25 août 2008) et entend faire connaître son mécontentement à la Turquie. Il est vrai que d’autres questions dépassant largement le seul domaine des relations russo-turques sont désormais en jeu.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.