Le nouveau chef d’état-major turc se montre très offensif lors de son discours d’intronisation.


Le Général Büyükanıt a passé le témoin au Général Başbuğ, lors d’une cérémonie officielle qui s’est tenue, le 28 août 2008, au QG de l’armée turque, à Ankara. À cette occasion, le nouveau chef d’état-major a dévoilé la ligne qui sera la sienne, au cours de son mandat (d’une durée de deux ans). Se montrant particulièrement offensif et regrettant notamment que la laïcité ait, selon lui, subi à nouveau des atteintes notables, ces derniers temps, il a clairement voulu faire comprendre que l’armée n’avait pas renoncé à intervenir dans la vie politique.

Nommé en début de mois, le général İlker Başbuğ est donc officiellement entré en fonction, le 28 août 2008, en prononçant un discours d’investiture devant les acteurs politiques majeurs du pays. En dépit des tensions latentes pouvant exister entre eux, le président Abdullah Gül, le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, le président du parlement Köksal Toptan, le président de la Cour constitutionnelle Haşim Kılıç ou le leader du CHP Deniz Baykal, étaient tous là, en compagnie d’un parterre de députés, ministres, généraux, amiraux, magistrats et hauts fonctionnaires.

Celui qui a la réputation d’être un faucon kémaliste a commencé son exposé par un rappel de la situation géopolitique particulière de la Turquie. «Tout au long de l’histoire, la Turquie a été au centre de régions en crise et cela ne changera pas. Ne pas comprendre ou nier les dangers ou ne pas aboutir à des solutions pour les écarter n’est pas satisfaisant si on souhaite s’en préserver. C’est pour cela que nous devons avoir conscience que la Turquie est confrontée à une série de menaces », a-t-il déclaré. Il a estimé également que, compte tenu de ces menaces (par la suite identifiées), la Turquie ne pourrait préserver son territoire et ses intérêts nationaux qu’en suivant la voie ouverte par Atatürk et les principes qui sont ceux de la République.

Il n’a pas hésité, par ailleurs, à dénoncer le péril que représente selon lui la montée en force du religieux, s’en prenant notamment à «une culture et à un mode de vie fortement influencée par l’islam» qui sont actuellement, selon lui, en pleine recrudescence. Il a aussi mis en exergue les inquiétudes d’une partie de la société face aux efforts de certains groupes d’influence qui cherchent à remettre en cause la laïcité. «Ces inquiétudes doivent être prises en considération. C’est le fait que les valeurs religieuses prennent de l’importance dans notre vie sociale qui les alimentent aujourd’hui», a-t-il ajouté. «Je suis désolé de dire, même si certains cercles ne l’acceptent pas, que la menace réactionnaire atteint des proportions alarmantes… des tentatives intentionnelles, constantes et systématiques sont faites pour saper les acquis de la révolution kémaliste», a poursuivi le général Başbuğ, avant de conclure : «Transformer la religion en idéologie la politiserait, et la religion serait alors la plus grande perdante». Ces propos ont été interprétés comme un avertissement implicite à l’AKP, qui n’a évité que de justesse sa dissolution, par la Cour constitutionnelle, il y a un mois (notre édition du 1er août 2008).

Un autre point important de ce discours a été la lutte contre le terrorisme et les activités du PKK. Le nouveau chef d’état major a déploré le fait que, selon lui, le nationalisme ethnique se dissimule dans l’ombre d’un terrorisme séparatiste, qui est le fait du PKK. Rappelons que le général Başbuğ s’est fait connaître en conduisant les opérations militaires menées, depuis la fin de l’année dernière, contre les rebelles kurdes, dans les montagnes du sud-est. «Ce mouvement vise la structure même de l’Etat-nation. Cela doit être clairement compris par tout le monde», a-t-il précisé en parlant du PKK, avant de faire part de son intention de poursuivre la lutte contre les bases dont il dispose, dans le nord de l’Irak.

İlker Başbuğ a ensuite adressé un avertissement à l’UE, en prédisant la fin totale de son influence au Moyen Orient, si elle refuse l’entrée de la Turquie. Rejetant vivement les critiques émanant de Bruxelles, il a défendu le droit pour l’armée de participer aux affaires politiques et sociales du pays. Rappelons que l’UE a invité la Turquie à normaliser le statut de l’armée, en soumettant définitivement celle-ci au pouvoir civil. «Bien que l’armée prône l’adhésion à l’UE comme un résultat, elle estime que l’harmonisation des législations empêche les militaires de mener une guerre efficace contre le terrorisme. Avec ce genre de discours, l’armée a démontré, en fait, qu’elle ne souhaitait pas réellement être membre de l’UE», a commenté Beril Dedeoğlu, professeure de relations internationales à l’Université du Bosphore d’Istanbul. Certains observateurs voient, dans ce scepticisme militaire à l’égard de l’Europe et dans le refus de ce qui apparaît comme une forme de modernisation politique, un aveu de faiblesse et surtout une étroitesse d’esprit qui rend l’armée incapable de saisir l’importance que peut avoir le positionnement de la Turquie sur la scène mondiale. Dans une interview accordée au quotidien en ligne «Today’s Zaman», İhsan Dağı, un professeur de relations internationales à l’Université technique du Moyen-Orient d’Ankara s’est dit très déçu par cette intervention, selon lui, en grande partie hors sujet. «Le général a délivré pour l’essentiel un message à usage interne, au lieu de se tourner vers les nouvelles menaces existant dans la région», a-t-il déploré, avant d’expliquer «qu’au lieu de critiquer le postmodernisme et la mondialisation», le nouveau chef d’état major aurait du se concentrer sur«les dangers qui apparaissent aux frontières du pays», pour évoquer la «préparation de l’armée, sa puissance et sa capacité à répondre à ces défis». Le professeur Dağı en conclut que «l’armée devrait en revenir à son principal devoir, qui est de défendre le pays».

Le discours du général Başbuğ a fait écho à celui prononcé, un jour plus tôt, par le général Işık Koşaner, qui l’a d’ailleurs remplacé au poste de commandant en chef des forces terrestres. Lors d’une cérémonie d’intronisation comparable, ce dernier a parlé en des termes similaires, rappelant les effets nocifs de la mondialisation sur l’Etat-nation et la nécessité pour l’armée de défendre résolument la laïcité. «La diversité ethnique est devenue une menace pour l’unité nationale et pour la sécurité, face à la multiplication de mouvements socioculturels transnationaux», a ainsi déclaré le nouveau chef de l’armée de terre, avant d’affirmer que «l’Etat nation, considéré par beaucoup comme le plus important obstacle à la mondialisation» était menacé par «les pressions économiques et les provocations micro-ethniques». Par une conclusion au ton alarmiste, le général Koşaner a enfin dénoncé les réseaux de propagande, conçus par des puissances mondiales et composés de post-institutions de la société civile, d’universitaires, de groupes d’investissements et des médias nationaux (qui, selon lui, poursuivent une stratégie consistant à diluer les valeurs nationales), avant de déplorer le fait que les Etats nations soient «poussés à la disparition et à la division, au nom de la démocratie et des droits de l’homme ».

Fort de cette préparation musclée, le nouveau chef d’état-major a donc voulu redire sans détour que les forces armées avaient toujours défendu, et défendraient toujours l’Etat nation, l’unité de l’Etat et l’Etat laïque. Compte tenu des tensions qui perdurent entre le gouvernement et «l’establishment», il n’est pas étonnant que ce discours attendu ait été très commenté. Mais la ligne dure adoptée par İlker Başbuğ n’a pas réellement surpris les observateurs. Dans ce contexte de crise quasi permanente, le nouveau chef d’état major a choisi d’être offensif, en prononçant un discours de faucon, qui ne laisse en aucune manière entrevoir une remise en question de la magistrature d’influence que l’armée exerce sur l’échiquier politique. L’armée est, semble-t-il, déterminée à faire front pour préserver, pense-t-elle, l’héritage d’un kémalisme des plus orthodoxes, même si cela doit se faire aux dépens des relations avec l’UE et du développement de la démocratie. Reste à savoir si l’autorité militaire a encore les moyens politiques de mener une telle stratégie.
Bastien Alex


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.