La Russie, un pays que la Turquie ne peut ignorer


La venue de Sergueï Lavrov (photo à gauche), le ministre russe des affaires étrangères, le 2 septembre 2008, à Istanbul, semble avoir donné à la Turquie quelques raisons d’espérer que les tracasseries administratives, que ses exportations vers la Russie affrontent depuis le 16 juillet dernier, se résorbent progressivement. La veille, le ministre turc du commerce extérieur, Kürşat Tüzmen, avait annoncé que son gouvernement avait décidé de prendre des mesures de rétorsion à l’encontre des exportations russes en Turquie, une menace qu’Ankara brandissait depuis plusieurs jours. Mais, au dernier moment, le porte-parole du gouvernement turc avait démenti, en disant vouloir donner sa chance à la négociation (notre édition du 2 septembre 2008).

À l’issue de la visite du chef de la diplomatie russe, le ministre turc des affaires étrangères, Ali Babacan (photo à droite), a affiché un optimisme mesuré, en déclarant :

«Nous sommes convaincus que cette question sera surmontée avec la flexibilité et la coopération que nous attendons de la partie russe.»

Quant à Sergueï Lavrov, il a en retour, de façon significative, décerné un satisfecit à la Turquie pour sa «façon responsable de gérer la crise dans le Caucase», en estimant qu’elle remplissait ses engagements internationaux. On aura compris, en l’occurrence, que la Russie apprécie l’initiative turque de plateforme de sécurité et de stabilité dans le Caucase et les efforts d’Ankara pour faire actuellement respecter à la lettre la réglementation du Traité de Montreux, sur le passage dans les détroits, des navires de guerre de pays non-riverains de la mer Noire. Pour autant, bien que la Russie ait affirmé sa volonté de ne pas discriminer la Turquie en matière commerciale et son souhait de résoudre les blocages douaniers actuels, le cauchemar que vivent les exportateurs turcs n’est pas encore terminé. Car il est clair que, même si un processus visant à résoudre cette crise commerciale s’engage dans les prochaines semaines, Moscou entend encore user de ce moyen de pression pour inciter Ankara à se démarquer d’un soutien sans réserve aux positions de ses alliés de l’OTAN.

Dans la presse quotidienne turque, puis de Syrie, où il se trouvait pour participer au sommet quadripartite (Syrie, France, Turquie, Qatar), Recep Tayyip Erdogan a d’ailleurs souligné que la Russie, étant le premier client de la Turquie et son premier fournisseur d’énergie, «il n’était pas question de l’ignorer». Ainsi, pour le premier ministre turc, dans le contexte des tensions régionales actuelles, «la Turquie imposera un équilibre dans le cadre de ses intérêts.» En réalité, le message est clair. Depuis les débuts de la crise dans le Caucase, la Turquie a pris ses responsabilité face à la Russie, en disant son attachement à l’intégrité territoriale de la Géorgie et en suscitant, à son encontre, quelques gestes d’humeur de Moscou. Mais Ankara ne peut aller au-delà et prendre plus de risques en s’alignant purement et simplement sur les positions américaines et européennes prises à l’égard de la Russie. Par le passé, la Turquie a souvent dû pâtir des conséquences de conflits qui se sont déroulés dans son environnement proche. En 1990-91, lors de la Guerre du Golfe, elle avait été la première victime (tourisme sinistré, perte de l’un de ses premiers clients…) de l’intervention militaire déclenchée contre l’Irak de Saddam Hussein qui prétendait annexer le Koweït, même si son appui sans réserve à la coalition internationale lui avait permis de restaurer son image de pays stratégiquement important, que la fin du monde bipolaire venait d’entamer.

Aujourd’hui, la position que la Turquie adopte dans la crise géorgienne montre qu’Ankara, de par la dimension économique et politique qu’elle a acquise dans la région, ces dernière années, dispose d’une marge de manœuvre plus forte pour faire valoir ses intérêts. Il est vrai que cette situation n’est pas exempte de faiblesses, l’instrumentalisation par les Russes de l’imbroglio commercial en cours le montre, mais l’on voit bien aussi que la Turquie peut mettre en concurrence les différentes pressions qui s’exercent sur elle pour essayer de les neutraliser et même d’en user à bon escient. Car, au bout du compte, dans le contexte des tensions actuelles et au moment même où Abdullah Gül s’apprête à effectuer un voyage historique en Arménie, personne n’a intérêt à déstabiliser un pays qui gère de façon satisfaisante la circulation dans les détroits de la mer Noire, qui abrite de nouveaux couloirs énergétiques de première importance, qui constitue une base économique majeure pour les entreprises souhaitant investir dans la région et qui peut parler avec tout le monde ou presque au Proche-Orient, dans les Balkans et dans le Caucase.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.