Existe-t-il un modèle turc ?

À la lumière des révolutions arabes, de nombreux observateurs tendent à présenter la Turquie comme un modèle possible pour des pays en quête de transition. Le « modèle turc », alliant démocratie, islam et croissance économique, est mis en avant comme l’exemple à suivre pour les pays du Moyen Orient. Comment la Turquie a-t-elle acquis cette aura ? Un « modèle turc » existe-t-il, et est-il réellement applicable à des pays aussi divers que la Syrie, l’Égypte ou la Tunisie?

Après le rejet exprimé par différentes populations arabes contre l’autoritarisme auquel elles étaient soumises, de nouvelles problématiques apparaissent : quelle suite donner à la contestation ? Comment accomplir la transition ? Quel régime mettre en place ? À l’heure où de nouvelles constitutions s’écrivent, où de profondes mutations politiques surviennent, une réflexion sur la nature des nouveaux régimes est nécessaire. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la démocratie n’est pas une évidence pour les révolutionnaires arabes, auprès desquels elle ne bénéficie pas nécessairement d’une image positive. Le journaliste franco-algérien Khaled Sid Mohand, libéré le 3 mai dernier après une vingtaine de jours de détention en Syrie, rapporte ainsi que pour les Syriens qu’il a interrogés, la démocratie est associée aux régimes libanais ou irakien et assimilée au désordre, à l’instabilité, aux dissensions. Selon lui « seule la Turquie peut représenter un modèle » pour les révolutionnaires arabes.

D’autres journalistes véhiculent cette image d’espoir, ce rôle de modèle que la Turquie est censée incarner dans certains pays arabes. Ainsi Serge July, directeur du journal Libération, déclarait sur RTL le 13 juin 2011 « ce modèle, qui veut marier la démocratie, la croissance et l’islam, a été l’un des ferments du printemps arabe, de la Tunisie au Yémen où il est en train de s’exporter. » Le 26 juin 2011, le quotidien algérien Al Watan allait jusqu’à désigner la Turquie comme « la nouvelle égérie du printemps arabe ».

Le gouvernement turc s’est montré prudent face à cette image que les médias occidentaux et arabes tentent de lui attribuer. Se targuer de ce rôle de modèle aurait impliqué un soutien ouvert aux révolutions arabes. Or, la réaction turque face aux événements tunisiens puis égyptiens a été tardive et assez timide (cf. notre édition du 30 mars 2011). Les crises libyenne et syrienne ont marqué un engagement légèrement plus franc de sa part, mais la Turquie semble toujours assez mal à l’aise face à ces révolutions arabes qui compromettent sa diplomatie de bon voisinage. Si les dernières semaines ont vu le gouvernement turc affermir sa position quant à la révolution syrienne – en réclamant des réformes immédiates, en ouvrant sa porte aux réfugiés, ou encore en autorisant la tenue d’une réunion de plusieurs  réunions d’opposants syriens à Antalya et Istanbul -, la Turquie reste soucieuse de préserver une certaine stabilité régionale et ne prétend pas s’imposer comme un modèle pour les révolutionnaires.

Le Premier Ministre Reccep Tayip Erdogan a d’ailleurs nuancé cette notion de « modèle » lui préférant celle « d’inspiration ». Il déclarait le 23 février 2011 :

« Nous n’essayons pas d’être un modèle pour qui ce soit, mais on peut être une source d’inspiration (…) car la Turquie a démontré que l’islam et la démocratie peuvent parfaitement coexister »

Si la Turquie a en effet fait la preuve de son aptitude à conjuguer pratique de l’islam et régime démocratique, de ses succès économiques et diplomatiques, peut-on aller cependant jusqu’à parler d’un modèle ? L’utilisation de ce terme sous-entend l’existence d’une recette, d’un « kit » démocratique uniformément applicable aux pays du Moyen Orient. C’est ignorer à la fois les réalités de la politique turque et les spécificités historiques, politiques et économiques des pays arabes.

On peut difficilement comparer la Turquie à des pays comme la Tunisie ou l’Egypte. L’enthousiasme suscité par les révolutions arabes ou les récentes évolutions turques a créé une certaine confusion, laissant croire que ces pays pourtant différents pouvaient suivre les même chemins. Or les conditions qui permettent l’exercice de la démocratie en Turquie sont absentes dans les pays du « printemps arabe ». L’Egypte par exemple n’a pas la même expérience du pluralisme politique ni du débat démocratique que la Turquie. D’autre part, elle est encore loin d’être débarrassée de l’emprise militaire, malgré le départ d’ Hosni Moubarak. De la même façon, la Syrie, soumise à l’autorité de la famille Al-Assad depuis 1970, ne peut du jour au lendemain s’adapter au jeu démocratique. La démocratie telle qu’elle existe aujourd’hui en Turquie est le fruit d’un processus qui dure depuis au moins 80 ans. Ce qu’on appelle aujourd’hui le modèle turc est le résultat d’un long apprentissage des règles de la démocratie, de renégociation et d’appropriation de ses codes.

Même après ce laborieux apprentissage, la démocratie turque est imparfaite. Le rapport de la Commission Européenne en 2010 a pointé les carences en matière de liberté de religion et « les pressions excessives sur les médias », les affaires de corruption agitent régulièrement l’actualité, l’influence de l’armée sur la scène politique est toujours sujet à débat, la question kurde semble dans une impasse… Ce que l’on érige en modèle pour les pays arabes connaît donc ses limites, et pourrait être lui- encore en transition. Les éléments du « modèle » turc sont encore fragiles, inachevés, discutables.

Le modèle turc serait-il finalement une idée européenne, un « produit marketing » promu par l’extérieur? Pour certains observateurs, telle Dorothée Schmid de l’IFRI, la référence au modèle turc serait encouragée par les pays occidentaux pour promouvoir des réformes dans la région, une ligne politique qu’il est difficile pour eux de tenir depuis l’échec américain en Irak. D’autre part, promouvoir ce modèle turc en le présentant comme le résultat du lourd processus de réforme exigé par l’Union Européenne est un moyen détourné pour l’Europe de mettre en avant son propre modèle.

Mais cette idée du modèle turc n’est pas exclusivement promue par l’Europe. Les intellectuels et les médias arabes participent eux aussi à sa diffusion. Cela peut s’expliquer par la volonté de présenter une issue positive pour les révolutions arabes. Alors que les mouvements arabes traversent une phase critique, où il doivent aborder la « reconstruction », tout en évitant les pièges de la récupération, parler d’un modèle turc, d’une synthèse possible entre islam et démocratie, c’est peindre un horizon rassurant pour les révolutionnaires arabes. Cela peut également s’expliquer par la volonté de disposer d’outils pour comprendre et analyser une situation nouvelle. Les révolutions arabes ont ouvert une porte sur l’inconnu. Les analyser sous le prisme d’un modèle préexistant témoigne de la volonté d’expliquer, de décrypter cet inconnu, de se fournir une grille de lecture qui donne une prise sur les événements, voire permet de prédire leur suite.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. chambon dit :

    On esquive l’évolution autoritariste et islamiste constatée depuis les dernières années dans les images de la rue turque, et rejetée par les manifestants dans de nombreuses villes depuis fin mai . Pourquoi ce lundi matin France Culture a-t-elle par deux fois coupé la parole à Nedim Gürsel, et l’a-t-elle effacé de ses rediffusions par internet ? La Turquie actuelle est le pays qui emprisonne le plus de journalistes selon Reporters sans Frontières .Y a-t-il eu un tour de vis aux médias à 6h55 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.