L’Iran et la Turquie face aux «révolutions arabes» (I)

Dans le sillage de l’article publié hier sur la Turquie et la crise syrienne, le Blog de l’OVIPOT publie un article de Jean-Paul Burdy, qui fait le bilan des positions politiques et stratégiques turque et iranienne face aux «révolutions arabes». Cette contribution est livrée en deux temps. La première partie, qui paraît dans notre édition d’aujourd’hui, revient sur les analyses différentes qu’ont fait les deux pays des «printemps arabes», avant d’évaluer les impacts que ce dernier à pu avoir pour Ankara et Téhéran. La seconde partie de cet article, qui sera prochainement publiée par notre Blog, fera le bilan des relations turco-iraniennes, à l’issue des soulèvements arabes, qui se sont produits, en Afrique du nord et au Proche-Orient, depuis 6 mois.

La Rédaction du Blog de l’OVIPOT.

Volet 1/ Des analyses et des impacts divergents

Entre le 2 et le 12 juillet 2011, la tournée moyen-orientale du ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, a paru quelque peu improvisée, ce à quoi la diplomatie turque ne nous a guère habitué : les étapes et le programme des rencontres ont été annoncés au fur et à mesure; certaines étapes initialement prévues, et non des moindres, ont été annulées -Manama et Damas (il s’était déjà rendu dans ces deux capitales le 15 mai dernier); et une autre a été ajoutée in extremis -Téhéran. Après un passage au Caire le 2 juillet, le ministre s’est donc rendu à Benghazi le 3 juillet, puis à Riyad  les 9 & 10 juillet, et enfin à Téhéran les 11 et 12 juillet. Au menu, bien sûr: les bouleversements en cours dans le monde arabe et, pour l’essentiel actuellement, la Libye et la Syrie.

Au-delà des habituels et très convenus communiqués diplomatiques, cette tournée fournit l’occasion de faire un point d’étape sur les positions turque et iranienne au bout de six mois de « printemps arabes » qui ont rebattu les cartes. Comme l’ont largement souligné les observateurs, ces  « printemps arabes » – et particulièrement l’évolution des crises libyenne et syrienne-, ont certes déstabilisé la « nouvelle diplomatie » menée ces dernières années par Ankara au Moyen-Orient. Mais il ne faudrait pas oublier non plus qu’après un enthousiasme initial auto-entretenu par Téhéran pour les soulèvements arabes, le régime iranien s’est retrouvé confronté au risque majeur de perdre son point d’appui principal au Proche-Orient avec le soulèvement populaire contre le régime de son allié Bachar el-Assad.

Si l’on cherche à faire le départ entre les perceptions turque et iranienne des « printemps arabes », c’est sans doute autour du futur souhaitable des mouvements en cours, et des actions à entreprendre, que les divergences apparaissent clairement.

 Deux analyses divergentes du sens des « printemps arabes »

Ankara estime que les mouvements populaires arabes correspondent à une aspiration démocratique légitimes de la part des populations, qui implique que les régimes encore en place, ou à venir, conduisent de profondes réformes de démocratisation et de libéralisation. Dans la mesure du possible, la Turquie dit privilégier une mise en œuvre de ces réformes par les régimes actuels, plutôt que de devoir en passer d’abord par une phase de renversement des régimes, qui retarderait d’autant les changements : c’est, par exemple, le sens des pressions exercées pendant des semaines, entre mars et mai, sur « l’ami Bachar el-Assad » (cf. notre chronique de Jean Marcou du 15 mai 2011, sur ce site). En direction des populations, nous avons, depuis  plusieurs mois déjà, souligné les limites du concept de « modèle turc », généreusement mis en avant par le premier ministre Erdoğan après les épisodes tunisien et égyptien. On sait que les évolutions ultérieures –épisodes libyen et syrien-, ont montré les limites dudit « modèle » dans sa dimension de politique étrangère, théorisée puis mise en œuvre par Ahmet Davutoğlu : la « nouvelle diplomatie » du « bon voisinage » et du « zéro conflit ».

 Néanmoins, si l’on considère le « modèle turc » dans sa dimension spécifique de trajectoire politique dans la dernière décennie, et toutes limites posées (évolutions inquiétantes en matière de liberté de la presse ; poursuites judiciaires persistantes contre des intellectuels et écrivains, ou contre les mineurs kurdes; non résolution de la question kurde, etc.), on peut estimer qu’il garde une certaine pertinence, y compris aux yeux d’une partie des populations arabes, intéressées par les succès économiques de la Turquie (Comme l’a montré le très intéressant sondage réalisé en septembre 2010 par le centre de recherche turc TESEV dans 7 pays arabes : cf. la chronique de Jean Marcou, OVIPOT, le 12 février 2011): démocratisation réelle d’un grand pays musulman (Le facteur laïque n’étant guère perceptible et perçu qu’en Tunisie, héritage du bourguibisme oblige); affaiblissement effectif du rôle de l’armée dans la vie politique ; élections régulièrement tenues, sans contestation du résultat des urnes ; intégration de la mouvance islamiste proche des Frères musulmans dans le jeu parlementaire (à travers l’exemple de l’AKP), etc. C’est là la grille d’analyse initiale des politiques, des diplomates et de la majorité des éditorialistes turcs.

Le soutien de Téhéran aux « révolutions islamiques »

L’analyse du régime iranien a été évidemment très différente, et ce dès le début des évènements. Dès le 4 février, dans un prêche en persan puis en arabe, le Guide suprême Ali Khamenei avait appelé à une insurrection générale des peuples musulmans, sur le modèle de la révolution iranienne de 1979, avec comme objectif la généralisation de régimes islamiques. Le 11 février, jour du départ forcé du président Moubarak, le régime de Téhéran avait organisé une grande manifestation de soutien à « la juste lutte des peuples arabes…pour l’instauration de régimes islamiques, anti-américains et anti-sionistes, et pour le soutien au peuple palestinien » (cf. notre analyse du 16 février sur le Blog de l’OVIPOT). Ces deux épisodes ont fixé une position iranienne restée constante depuis lors, et fondée à la fois sur un projet politique affirmé depuis 1979 (généraliser la révolution islamique) et, pragmatiquement, sur des gains diplomatiques prometteurs pour la realpolitik régionale de la puissance iranienne: le soutien à des « révolutions arabes »  traduisant un réveil de l’islam révolutionnaire, susceptible de renverser des régimes « tyranniques et arrogants » soutenus par les Etats-Unis, et ayant pour certains signé des accords de paix avec Israël.

Le renversement du président Moubarak (Washington a été contraint de lâcher son pilier arabe d’ancrage au Proche-Orient) ; la déstabilisation profonde de la monarchie sunnite au Bahreïn (par une opposition majoritairement chiite, donc supposée favorable à l’Iran) ; l’agitation plus limitée (et qui se révèlera provisoire) contre d’autres régimes monarchiques pro-américains (la Jordanie, où les Frères musulmans sont descendus dans la rue ; le sultanat d’Oman) : autant d’épisodes, en février-mars, qui ont conforté Téhéran dans l’espoir (ou l’illusion) d’un possible basculement dans le sens souhaité par le Guide suprême et par le président Ahmadinejad. On remarque qu’au même moment, par ailleurs, ce dernier est très contesté et affaibli en politique intérieure par des ultra-conservateurs partisans du Guide, certains de ses ministres et de ses conseillers sont démis par le Majlis, majoritairement acquis aux ultras. De surcroît, certains articles de la Constitution de 1981 (art.3 & 154) ont été rappelés pour l’occasion, qui donnent mandat à la République islamique de « protéger les damnés de la terre », et de « soutenir les luttes légitimes des opprimés contre les arrogants, où que ce soit sur terre »…

Des changements de politique imposés à Ankara : la Libye, la Syrie

 Ankara a d’abord pensé que ses conseils, ses représentations, puis ses exhortations de plus en plus vigoureuses à mettre en œuvre des réformes de démocratisation indispensables, seraient suffisantes à convaincre conjointement le colonel Kadhafi et le président Bachar el-Assad. Constatant le refus obstiné de ces deux dirigeants à aller dans ce sens, et que les propositions de médiation et de « feuilles de route » qu’elle avançait sur le cas libyen ne recueillait pas l’assentiment de ses alliés (voire suscitaient leur franche hostilité), se retrouvant devoir construire sur sa frontière des camps pour plus de 12000 réfugiés (mi-juillet) fuyant la répression sanglante du régime syrien, la Turquie a radicalisé son discours, et fait évoluer ses choix diplomatiques et militaires : le site questions d’orient/questions d’occident (www.questionsdorient.fr) et le blog OVIPOT en ont largement rendu compte au fur et à mesure.

On ne soulignera ici, à titre d’exemple, que l’évolution sur le cas libyen, puisqu’il a constitué l’essentiel de la première partie de la tournée de M. Davutoğlu. On sait que la Turquie a pris acte de l’évolution de la crise libyenne, et assume désormais, aux côtés de ses alliés, ses engagements d’intervention sur les plans militaires et humanitaires. A Benghazi le 3 juillet, le ministre, en reconnaissant le Conseil national de transition comme « représentant légitime du peuple libyen »,  a clairement signifié que la Turquie avait tourné la page de Kadhafi. Ankara a rappelé définitivement son ambassadeur à Tripoli, même si il n’y a pas encore parallèlement d’ouverture immédiate d’une ambassade à Benghazi. Au même moment, le Journal Officiel turc a publié un décret traduisant en droit national les sanctions internationales décidées en février contre le colonel Kadhafi et ses proches, sanctions auxquelles la Turquie s’était opposée dans un premier temps, avant que le premier ministre Erdoğan ne finisse par demander  le départ du colonel, avec lequel il entretenait avant le crise de bonnes relations.

Il est clair que ces évolutions contraintes ont remis en cause, côté turc, nombre d’acquis diplomatiques de ces dernières années. Ankara a su maintenir certaines dimensions de sa « nouvelle diplomatie » : voyages incessants de M. Davutoğlu, organisation de tables-rondes et de conférences bilatérales ou régionales, propositions de médiation, etc. Mais, en juin-juillet, on constate de manière significative que la Turquie accueille, par exemple, des comités de coordination de la coalition intervenant contre le colonel Kadhafi, des délégations du CNT libyen arrivant de Benghazi, ou encore des réunions successives des opposants à Bachar el-Assad (à Antalya, puis à Istanbul)… Le « bon voisinage » et le « zéro conflit » sortent pour le moment lessivés par des « révolutions arabes » par définition déstabilisatrices de la sécurité régionale. Les craintes sont grandes par exemple, en Turquie et dans la région, d’une relance des conflits kurdes, liée à la crise syrienne ; et éventuellement activée par le régime syrien pour exercer une pression indirecte sur un voisin turc jugé à Damas, ces deux derniers mois, beaucoup trop interventionniste dans les « affaires intérieures » syriennes[1]  On se rappelle qu’avant l’embellie de leurs relations bilatérales depusi 2007, la Turquie et la Syrie avait frôlé la guerre en 1998, Ankara estimant insupportable le soutien multiforme que Damas accordait au PKK. L’une des conditions de la normalisation des relations avait été l’expulsion de Syrie du dirigeant du PKK, Abdullah Öcalan, ce qui devait aboutir à l’arrestation de ce dernier.

Un impact économique négatif pour la croissance turque

 Au plan économique également, comme chaque fois qu’il y a un conflit chez l’un de ses voisins (le souvenir de l’Irak après 1991, puis après 2003, reste vif en Turquie), la Turquie risque de perdre plusieurs points de croissance en 2011 du fait de la réduction de la réduction, voire de la fermeture, de plusieurs marchés arabes aux entreprises turques. Certains observateurs expliquent d’ailleurs les grandes réticences initiales de la Turquie à une intervention contre la Libye par la hauteur de ses engagements industriels, financiers et humains dans ce pays. Il y aura, certes, un retour des touristes libyens à Istanbul, et un marché de la reconstruction que l’Etat-rentier libyen pourra financer –ce qui explique d’ailleurs que, lors de sa visite à Benghazi le 3 juillet, M. Davutoğlu ait été accompagné de dirigeants d’entreprises pétrolières et aériennes turques venus préparer l’avenir. Mais en attendant, la politique de « bon voisinage », en partie fondée sur le développement des échanges économiques (ouverture des frontières irakiennes et syriennes) est dans une passe difficile, les chantiers libyens, syriens, yéménites, sont arrêtés, et des dizaines de milliers de Turcs en subissent directement les conséquences.

Des déconvenues et un risque pour Téhéran : Bahreïn, la Syrie

Téhéran, sans changer de position générale de soutien aux « révolutions arabes », a été confronté à plusieurs contradictions rendant aléatoire la crédibilité de son discours dans le monde arabe (au-delà du fait que celui-ci est pour le moins traditionnellement méfiant à l’égard de la puissance persane et chiite qu’est l’Iran). Tout d’abord, il est apparu assez vite, dès les épisodes tunisien et égyptien, que les enjeux centraux des mouvements arabes n’étaient pas déterminés par des questions de politique régionale ou internationale (l’impérialisme, l’Occident et les Etats-Unis, Israël et la Palestine, etc.), mais que les priorités étaient d’abord nationales, socio-économiques (le chômage, le paupérisme, la kleptocratie des clans ou familles au pouvoir) et politiques (la démocratie, les élections libres, la dignité, etc.). A l’exception, peut-être, de quelques groupes chiites radicaux au Bahreïn, mais marginaux car non institutionnels, le modèle de la révolution islamique iranienne n’a été évoqué par personne, et surtout pas sur l’agora démocratique symbolique qu’a été la place Tahrir, au Caire, depuis janvier.

Une autre contradiction du régime iranien, majeure, a immédiatement été soulignée par sa propre opposition, le mouvement Vert : comment le régime du Guide et du président Ahmadinejad peut-il vouloir soutenir les manifestations populaires pour la démocratie au Machrek, et réprimer depuis l’été 2009 les manifestations populaires se réclamant de cette même démocratie en Iran même ? Et le problème a été exacerbé quand la contestation démocratique a touché la dictature syrienne,  alliée stratégique de l’Iran, et dont la chute affaiblirait radicalement la capacité d’intervention de Téhéran dans les affaires du Proche-Orient via ses affidés plus ou moins directs, le Hezbollah libanais, et le Hamas palestinien.

Du coup, Téhéran a du développer un distingo entre les bonnes et les mauvaises révolutions. Les « vraies révolutions arabes » étant celles qui affaiblissent les régimes pro-occidentaux ; les autres –la Syrie- n’étant qu’un complot international, de l’Occident et du sionisme. On sait que Téhéran a, sur la base de cette analyse, et fort des compétences acquises lors de la répression de la protestation de masse contre la réélection contestée du président Ahmadinejad le 12 juin 2009, envoyé des éléments de la force d’intervention al-Qods, le bras armé extérieur des Gardiens de la Révolution, participer à la répression qui ensanglante la Syrie depuis quatre mois. Tout en dénonçant haut et fort l’agression impérialiste et à visée pétrolière contre le colonel Kadhafi. On admettra, certes, que l’intervention internationale et de l’OTAN en Libye est d’une autre ampleur que celle des spécialistes ès répression d’al-Qods envoyés prêter main-forte aux moukhabarates et autres tortionnaires du régime syrien…

Autre déconvenue, passée relativement inaperçue, mais ayant du sens à l’échelle régionale : Téhéran misait sur la dimension largement chiite du « Printemps de Manama » pour avancer ses pions dans le Golfe face à l’Arabie saoudite, aux autres pétro-monarchies, et aux Américains. Mais, on le sait, c’est justement l’Arabie saoudite qui a sifflé la fin de la partie en envoyant le 14 mars, sous couvert du Conseil de coopération du Golfe, un contingent militaire épauler l’écrasement du mouvement démocratique au Bahreïn (Cf. nos chroniques des 15 & 22 mars sur le site Questions d’Orient/Questions d’Occident). D’autre part, les chiites bahreïnis n’ont eu de cesse d’affirmer depuis le 14 février (date du début du mouvement de la place de la Perle, à Manama) que leur mouvement de contestation était national, s’inscrivait dans le mouvement démocratique arabe général, et n’avait rien à voir avec les appels de Téhéran à une révolution islamique et à l’établissement d’une république (Cf. nos chroniques des 3 & 14 juillet sur le site Questions d’Orient/Questions d’Occident). Le principal parti politique chiite bahreïni, al-Wefaq, allant jusqu’à vanter, début juillet (donc après des mois d’une répression brutale), la nouvelle constitution marocaine, la capacité la monarchie sunnite chérifienne du roi Mohammed VI à évoluer vers une monarchie constitutionnelle, et à démocratiser les institutions, en particulier en désignant un premier ministre sur la base de la majorité parlementaire sortie des urnes (Cf. notre chronique du 17 juillet sur le site Questions d’Orient/Questions d’Occident) !

L’Iran, nettement moins impacté que la Turquie ?

Pour autant, l’Iran (Etat chiite assumé) apparaît comme moins impacté que la Turquie (considérée comme puissance sunnite) par les tourmentes arabes. Plusieurs raisons à cela. La République islamique est habituée, depuis 1979, à évoluer dans un contexte qui lui est régionalement et internationalement hostile ; et à absorber des coups autrement plus violents que les revers politiques locaux comme l’affaire du Bahreïn (la guerre imposée par l’Irak en 1980, par exemple). Les normes démocratiques ne déterminant pas la politique intérieure et étrangère du régime, Téhéran peut tenir des discours à usage extérieur totalement contradictoires avec ses propres pratiques à l’intérieur ; et recourir à des moyens de covert power (la force al-Qods) pour soutenir des régimes dont il importe peu que ce soit des dictatures (la Syrie), au nom d’une realpolitik régionale des plus classiques. Elle peut compter, pour cela, sur ces régimes qui ont tout à perdre à la démocratisation (la Syrie), ou sur des forces politiques dont la cohérence idéologique et les moyens militaires relatifs sont, jusqu’à preuve du contraire, particulièrement solides (le Hezbollah libanais). Etant entendu, par ailleurs, que la probabilité d’une opération militaire internationale du type libyen contre le régime de Damas est des plus réduites.

Au final, si le régime syrien survit à l’épreuve actuelle, on peut estimer que Téhéran aura objectivement marqué des points. Nous avons ainsi signalé que la chute du président Moubarak avait d’ores et déjà donné à l’Iran quelques gains diplomatiques, symboliques et réels : traversée du canal de Suez par des navires de guerre iraniens ; ouverture du terminal égyptien de Rafah qui atténue le blocus israélo-égyptien de Gaza jusque-là en vigueur ; perspective annoncée, à défaut de s’être déjà concrétisée, d’un rétablissement des relations diplomatiques irano-égyptiennes, rompues en 1980 , etc (Cf. notre chronique du 5 avril 2011 sur le site Questions d’Orient/Questions d’Occident). Certains analystes estiment que l’incapacité de la coalition internationale à se débarrasser du colonel Kadhafi au bout de 4 mois (19 mars-19 juillet), s’ajoutant à l’échec de la coalition internationale en Afghanistan que signe l’annonce d’un retrait pour 2014, sont deux éléments qui ne peuvent que dissuader ceux qui pensaient possible une  intervention militaire contre l’Iran nucléaire. Il se dit aussi que la République islamique, dont les navires circulent de plus en plus en mer Rouge, qui disposerait de facilités portuaires à Assab, en Erythrée, et dont des convois mal identifiés traversent parfois le Soudan, ne serait pas totalement étrangère à l’activation de la rébellion chiite zaïdite du nord du Yémen, dans le contexte de fragmentation que connaît actuellement ce pays.

Au plan économique enfin, à l’inverse de la Turquie, l’Iran n’a pratiquement rien à perdre à la situation actuelle. Au contraire, les crises actuelles ont fait monter le prix du baril de pétrole, au grand bénéfice du budget du président Ahmadinejad…

À suivre…


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Tigou dit :

    Analyse tres decevante. Des guillemets qui temoigne d’un mepris qui n’a rien a voir dans une analyse lucide. Des associations libres d’idees qui renvoie au prejuges de l’auteur plus qu’a toute autre chose. Un sous-titre sur l’Iran, mais les paragraphes qui suivent sont sur la Turquie, …..

  2. Je pense que toute personne un peu réfléchie avait compris
    depuis le début !!!

    Le comble, c’est que certains sont partisans de l’entrée de la
    Turquie dans ce  » grand machin  » qu’est l’Europe.

     » Plus fou que cela, tu meurre « 

    • Si vous êtes la référence de ceux qui auraient « compris » et des personnes « réfléchies », je crois bien qu’en fait c’est vous qui ne comprenez rien!
      C’est article n’a absolument rien à voir avec l’adhésion ou non de la Turquie à l’Union qui, faut-il le rappeler, est tout aussi hésitante que la Turquie sur l’attitude à adopter et n’a aucune cohérence dans ses options politiques et militaires comme elle le montre dramatiquement en Libye.
      Le Net fourmille de gens comme vous qui sautent sur chaque occasion pour venir exprimer ce qui n’est rien d’autre que de la xénophobie viscérale.
      La Turquie fait déjà partie de toutes les institutions européennes, excepté l’UE, que vous le vouliez ou non elle est Européenne. Si elle finit par en remplir les conditions, elle sera membre. Il n’y aucune raison de la traiter différemment des autres candidats.
      Le « machin » européen a des défauts mais a le mérite d’exister et grâce à lui qui vous méprisez profondément apparemment les conflits ont quasiment disparu en Europe rien qui pour cela, c’est un succès. Je ne parle pas des liens qu’il a permis de tisser entre citoyens européens, je regrette par contre l’indigence du travail des politiques pour développer le sentiment d’appartenance à cette supranationalité – Quand ils ne font pas en plus le contraire donnant l’UE comme responsable de tous les problèmes et ne parlant jamais de ses succès.

  1. 5 septembre 2017

    […] avec les FM à la faveur de l’opportunité politique des « Printemps » (voir nos éditions des 2 et 5 août 2011), la relation de confiance avec le Qatar est un phénomène ancien38. Comme leurs […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *