Quand « Nevruz » devient une fête turque…

Le 21 mars, se sont déroulées en Turquie les festivités de « Nevruz » mais elles ont pris cette année un tour particulier. Cette fête, aux origines vraisemblablement zoroastriennes, marque le réveil de la nature, au moment de l’équinoxe du printemps, et symbolise le renouveau du cycle de la vie. Célébrée en Iran ainsi que par des communautés musulmanes du Caucase et d’Asie centrale, elle constitue un événement majeur pour les Kurdes turcs (qui l’appellent « Newroz ») et qui en ont fait une expression symbolique de leur différence culturelle. Dans une Turquie fondée sur l’idée d’unité nationale et sur une méfiance consommée pour l’expression des particularismes, cette période, où l’identité kurde acquière une visibilité plus forte, est souvent source de tensions. Régulièrement au cours des années écoulées, « Nevruz » a ainsi été l’occasion d’affrontements, parfois sanglants, entre Kurdes et autorités étatiques.
Cette année pourtant, Nevruz aura été célébrée dans un calme relatif, bien que l’on ait ressenti, quelques jours auparavant, de fortes tensions, comme d’habitude. La décision de renforcer sensiblement les forces de l’ordre dans certaines villes de l’Est et les demandes d’enquêtes des procureurs de Diyarbakır, suite au propos tenus par le leader du DTP (« Demokratik Toplum Partisi », Parti pour une Société Démocratique), Ahmet Türk, sur Abdullah Öcalan, avaient instauré un climat qui ne laissait rien présager de très bon. À l’occasion d’un discours à Diyarbakır, Ahmet Türk avait, en effet, parlé en termes très respectueux de l’ancien leader du PKK (en utilisant notamment le terme « Sayın ») et de l’ancienne députée Leyla Zana. Cela l’avait amené à oser conclure que les Kurdes avaient désormais à leur tête trois leaders : Abdullah Öcalan et les leaders irakiens Jalal Talabani et Massoud Barzani.
Malgré quelques inévitables frictions entre les participants aux festivités et les forces de police, « Nevruz » a toutefois été célébré dans toute la Turquie sans qu’aucun n’incident majeur ne soit à déplorer. Naturellement fêté dans les villes de l’Est où la population kurde est nombreuse, comme Mardin, Batman, Tunceli, Van, Malatya, Adiyaman, Gaziantep, Siirt, et surtout Diyarbakır (où l’évènement aurait réuni, selon le journal « Evrensel » près de 300 000 personnes), « Nevruz » a été célébré dans bien d’autres villes, avec un degré de légalité variable, selon que la complaisance des autorités locales était plus ou moins grande.
Cette absence de violences fut également relevée par la presse turque, non sans une pointe d’étonnement. Le quotidien anglophone « Turkish Daily News » titrait ainsi : « We can indeed have a peaceful Nevruz » (« Nous pouvons en effet avoir un Nevruz paisible ») et les journaux « Evrensel » et « Birgün », connus pour leurs sympathies pro-kurdes, déclaraient respectivement « Le feu de Newroz a brûlé en paix » (« Nevwroz atesi barısiçinde yandı ») et « Newroz a été joyeux » (« Newroz kutlu oldu »).
Une autre particularité de ce « Nevruz », relevée par le célèbre journaliste Mehmet Ali Birand, aura été la faible visibilité du PKK cette année et, à l’inverse, l’omniprésence du DTP qui a su s’approprier cet évènement en l’organisant souvent et en se montrant capable d’en garder le contrôle. À Istanbul, par exemple, où une trentaine de milliers de personnes s’étaient rassemblées à Kazılıçesme à l’appel du DTP, il était possible de constater la présence massive des drapeaux de ce parti alors même les personnes brandissant le portrait du leader du PKK étaient rares. De là à penser que la fête de « Nevruz » est en train de s’institutionnaliser, il n’y a qu’un pas que seul l’avenir nous permettra de franchir. Cette année en tout cas, la fête semblait avoir perdu de son caractère subversif pour tendre à se normaliser.
Il faut dire que les autorités turques plutôt que de continuer à interdire en vain cette fête avaient changé de stratégie en décidant au contraire de faire de « Newroz » une fête traditionnelle turque. En la rebaptisant « Nevruz » (notamment parce que le « w » n’existe pas en turc), elles se sont efforcées en particulier de la doter d’une mythologie puisée dans les profondeurs de la culture turque. Ainsi, des célébrations officielles de « Nevruz » ont pu avoir lieu cette année mais elles ont été largement boudées par les Kurdes.
« Newroz » est en fait devenu un véritable défi pour les autorités turques. En cette période de forte visibilité kurde, il s’agissait pour elles de maintenir vaille que vaille l’unité nationale pour tenter de démythifier la tradition du « Newroz ». Ainsi, les Stambouliotes qui se rendaient aux festivités de Kazlıçesme en tramway ont pu apercevoir en passant par Sultanahmet la célébration officielle de « Nevruz », organisée par le préfet. Très révélateur d’une tentative de récupération de cette fête pour en faire un élément du patrimoine culturel national, le discours du préfet, sur fond d’hymne national, a évoqué le 21 mars comme une journée symbolisant l’unité et la fraternité des Turcs. Des mouvements nationalistes ont certes poussé la récupération plus loin encore, presque pourrait-on dire jusqu’à une négation totale de l’origine multiple de « Nevruz ». Le MHP (Milletçi Harket Patisi, Parti d’action nationaliste), avait apposé, par exemple, une large banderole sur Istiklâl Caddesi pour souhaiter « une joyeuse fête turque de Nevruz » aux habitants du quartier.
À Ankara, en revanche, on a relevé l’effort de modération particulier fait par certains membres du gouvernement, notamment le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Jouant la carte de la détente, ce dernier a tenu un discours des plus poétiques, empreint de références à d’illustres penseurs turcs, comme Nâzim Hikmet, Mevlânâ, et Asık Veysel. S’inspirant de leurs vers, il a rappelé non sans une certaine habileté que la primauté d’une nation n’était pas nécessairement incompatible avec l’expression de certains particularismes.

« Le 21 mars est le jour où la terre se renouvelle, a-t-il dit, et avec toutes nos différences […] nous allons nous attacher de toutes nos forces à cette terre (…), tout comme la nature recherche la richesses avec la variété, nous aussi voulons la richesse par la diversité ».

Cette allusion indirecte à la spécificité kurde aura été un signe encourageant qui incite à croire en la pacification durable d’une fête somme toute peu banale en Turquie. Mais si l’on peut espérer avec Mehmed Ali Birand que ce « Nevruz 2007 » marquera le début d’une ère nouvelle, il y a fort à parier que le 21 mars restera encore un jour pas comme les autres pour les autorités officielles, car il faudra autre chose que des gestes symboliques pour que « Newroz » se confonde définitivement avec « Nevruz ».
Philippe Maurel


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.