Démission de l’état-major de l’armée turque : Erdoğan prend le commandement

Malgré la démission le 29 juillet dernier de la majorité des principaux responsables de l’état-major de l’armée turque (cf. notre édition du 31 juillet 2011), le YAŞ (Yüksek Askeri Şura – Conseil militaire suprême) a pu ouvrir ses travaux, comme prévu, le 1er août 2011. Le maintien de ce «timing» est très révélateur de la volonté du gouvernement de minorer la portée des démissions récentes, et de ne pas accréditer l’idée selon laquelle ces dernières auraient ouvert une crise entre l’armée et le pouvoir civil. Commentant le départ des principaux chefs de l’armée turque, samedi, le président de la République, Abdullah Gül, a déclaré, d’ailleurs, de façon significative : « Personne ne doit considérer cela comme une crise de quelque nature que ce soit, ni comme un problème persistant en Turquie… les événements d’hier créent à coup sûr une situation extraordinaire en soi, mais tout est en bonne voie. »

On ne peut pas dire pour autant que le Conseil militaire suprême qui vient de s’ouvrir, comme chaque année, pour examiner les promotions et les nominations nouvelles dans l’armée, soit une réunion de routine. Il s’agit bien d’un conseil historique. D’abord dans sa forme, l’institution est pour la première fois présidée par Recep Tayyip Erdoğan seul. Il y a là tout un symbole, car habituellement cette instance siégeait sous la double présidence du chef d’état-major et du premier ministre, et il faut bien dire que, jusqu’à l’année passée, les chefs de gouvernement avaient pris l’habitude de ne pas s’éterniser dans une enceinte exclusivement dominée par des militaires, dont ils ne faisaient qu’entériner les décisions.

Pourtant, en 2010, le YAŞ avait été marqué par la présence quasi-permanente de Recep Tayyip Erdoğan aux côtés du général İlker Başbuğ, le chef d’état-major de l’époque, alors même que se déroulait un véritable bras de fer entre le gouvernement et l’armée, pour la nomination du chef de l’armée de terre et du chef d’état-major (cf.nos éditions des 6 et 7 août 2010). Ce marquage à la culotte inhabituel du commandement militaire par le gouvernement avait été amplement médiatisé par la diffusion massive de la photo du duo atypique, qui présidait désormais aux destinées des carrières militaires. Un an plus tard, alors que l’armée turque n’a plus qu’un chef d’état-major intérimaire, la solitude du premier ministre à la présidence du YAŞ reflète la victoire sans bavure sur l’autorité militaire qu’il a remportée depuis. Et l’événement est encore plus médiatisé bien sûr !

La symbolique des préséances en politique est loin d’être une affaire de détail, mais elle ne fait pas tout, car une session aussi extraordinaire mérite, comme il se doit, un ordre du jour hors du commun. Il est vrai que formellement le Conseil va, comme les années précédentes, procéder à des nominations ou à des promotions, mais les procédures qu’il  va suivre et les résultats auxquels il va aboutir seront tout sauf habituels.

En réalité, trois enjeux dominent le présent YAŞ. Le premier concerne le remplacement des généraux démissionnaires. Le gouvernement aura du mal à se trouver de farouches partisans au sein des prétendants pressentis, mais pour la première fois, il va remettre en cause le cursus honorum scrupuleusement respecté par l’armée jusqu’alors, et exercer un choix. Le second enjeu concerne l’avenir des militaires de la vieille garde, notamment de ceux qui ont des ennuis actuellement avec la justice, voire qui sont carrément derrière les barreaux. Près de 10% des généraux turcs seraient aujourd’hui dans ce cas… La volonté du gouvernement de mettre ces personnels à la retraite ou de les licencier purement et simplement, serait à l’origine de la démission du chef d’Etat major et de ses adjoints, le 29 juillet. Ceux-ci auraient estimé en effet la décision du gouvernement injuste, jugeant que si leurs collègues étaient effectivement inculpés, ils n’étaient pas pour autant condamnés. Le gouvernement a persisté dans ce choix, prenant le risque de se mettre définitivement à dos toute la frange la plus capée des militaires turcs qui ne lui est de toute façon pas acquise, sans doute parce qu’il pense que cela peut lui permettre de faire place nette en faveur d’une nouvelle génération. Car le troisième enjeu du présent YAŞ concerne la promotion de militaires subalternes. Si les sanctions s’appliquent et décapitent la vieille garde, il faudra bien trouver de «Jeunes Turcs» susceptibles d’occuper les postes laissés vacants. Et le gouvernement se dit peut-être aussi que cette nouvelle vague, bien que formée à la vieille école, appréciera de prendre la place des vieux pachas, et lui en sera de toute façon redevable.

Pourtant, au-delà des promotions en cours, c’est une réforme profonde qui se prépare pour adapter l’institution militaire turque aux exigences actuelles : réduction de la conscription pour alléger des effectifs nombreux et inefficaces, remise en cause d’un avancement se faisant presque exclusivement à l’ancienneté au profit d’un avancement au mérite, création de corps de professionnels notamment pour combattre le PKK, modernisation de l’armement pour faire face à de nouvelles missions (projections extérieures…) ou à de nouvelles responsabilités (extension du bouclier antimissiles…), production par le pays de ses propres armements… Le gouvernement pense aussi restructurer les régions militaires, en supprimant, par exemple, la région égéenne, dans la mesure où la Grèce n’est plus considérée comme une menace pour la Turquie, dans les documents officiels de sécurité. Enfin, les récents déboires des forces armées turques face à la guérilla kurde, notamment, le 14 juillet dernier, lors de l’embuscade de Silvan, où 13 soldats ont trouvé la mort, seront largement utilisés par le gouvernement pour justifier cette reprise en main d’envergure, auprès de l’opinion publique. Dans cette dernière affaire, des sanctions ont d’ailleurs été prises contre un lieutenant et un major, la semaine passée. C’est la première fois que cela se produit en pareil cas, et ce n’est pas un hasard.

Avec le présent YAŞ, ce n’est donc pas seulement l’influence politique de l’institution militaire qui est en train d’être remise en cause, mais aussi sa structuration, son fonctionnement et ses missions. Dans le contexte actuel, on comprend aussi que l’assignation de nouveaux objectifs à l’armée ne peut que contribuer à dépassionner les débats, en leur donnant une tonalité plus technique.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 6 août 2013

    […] en question au premier ministre qui l’exerça effectivement seul pour la première fois (cf. notre édition du 3 août 2011). Les deux YAŞ de 2010 et de 2011, par des tours de passe-passe ou des accidents, ont donc permis […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.