Turquie : le gouvernement surmonte le conflit avec l’armée en douceur.

Après la démission des principaux généraux de l’état-major de l’armée turque le 29 juillet dernier (cf. notre édition du 30 juillet 2011), le Conseil militaire suprême (YAŞ – Yüksek Askeri Şura) a terminé ses travaux le 4 août, en pourvoyant à ces défections par de nouvelles nominations. Comme prévu, le général Necdet Özel, l’ex-chef de la Gendarmerie, qui était resté en dehors du mouvement de démission de la semaine dernière, et qui avait été nommé chef d’état-major intérimaire, a été confirmé dans son nouveau poste. Le chef de l’armée de terre sera le général Hayrı Kıvrıkoğlu et le chef de la Gendarmerie, le général Bekir Kalyoncu. Quant à la promotion des 14 généraux emprisonnés, que le gouvernement souhaitait voir rejetée, elle a finalement été gelée pendant un an, le temps de voir si ces personnels s’avèrent ou non coupables des faits qui leur sont reprochés. Comme il est peu probable que les procès pour complot dans lesquels ces généraux sont impliqués soient achevés dans un an, la plupart des observateurs estiment que le gouvernement a finalement reculé pour mieux sauter l’année prochaine.

La fin du YAŞ 2011 s’inscrit donc tout à fait dans la logique de l’attitude que le gouvernement avait adoptée au début de ce nouvel affrontement avec les militaires : éviter de s’installer dans le conflit, le nier même, et normaliser au plus vite la situation. Il y a eu là indiscutablement une volonté délibérée de minorer le statut politique de l’armée, en montrant à celle-ci que désormais ses gestes d’humeur et ses caprices ne provoquaient même plus de crises. Toutefois, on peut s’étonner de l’empressement du gouvernement à clore cette affaire à moindres frais, et à ne pas pousser plus loin son avantage politique, pourtant patent dans les jours qui ont suivi ce jet d’éponge de la vieille garde du commandement.

Car, en dépit du revers majeur pour l’armée que constitue cette nouvelle affaire, les autorités militaires conservent une position nettement plus en vue que celle qui est la leur dans les systèmes européens ou nord-américains. Certes, on peut concevoir que le gouvernement ne puisse remettre en cause, en quelques jours, les privilèges et la situation d’exception d’une armée turque longtemps surpuissante. Le fonds de pension militaire OYAK reste un conglomérat industriel et financier gigantesque, la justice militaire conserve son autonomie et n’est pas encore sous le contrôle total d’un pouvoir judiciaire unifié, le MGK (Milli Güvenlik Kurulu, Conseil de Sécurité Nationale) demeure influent sur les décisions gouvernementales en matière de sécurité et de défense, malgré les réformes importantes dont a été l’objet cette instance, qui rappelons-le avait été initialement instaurée par la Constitution de 1982, pour être une sorte de gouvernement-bis.

En fait, le gouvernement en procédant aux nominations des principaux chefs de l’état-major et même du chef d’état-major lui-même, au cours de la semaine qui vient de s’écouler, n’a pas bouleversé la course aux honneurs internes qui préside à la structuration du commandement militaire. Il s’est contenté de bousculer les us et coutumes et de dérégler les pratiques établies. Et finalement, il n’est pas allé jusqu’à jeter dehors les militaires emprisonnés… Certains parmi les partisans de l’AKP se disent déçus. En réalité, il semble que Recep Tayyip Erdoğan ait choisi de se hâter lentement, car, en début de législature, comptant sur un processus d’affaiblissement inéluctable de l’armée, il pense probablement que le temps travaille pour lui.

L’armée qui contrôle étroitement la formation de ses cadets, qui définit l’avancement des ses cadres, qui dispose de crédits automatiquement reconduits chaque année et qui fait bénéficier ses personnels d’avantages notables, reste à bien des égards un monde clos que les autorités civiles ne peuvent investir et transformer du jour au lendemain. En saisissant l’occasion que lui a donné la démission du général Koşaner, le premier ministre a pris seul la présidence du YAŞ et donc fait un acte d’autorité symbolique et déterminant. Il a définitivement confirmé un processus de démilitarisation lancé depuis la crise présidentielle de 2007. Mais il faudra attendre encore plusieurs années pour que cet acte d’autorité produise tous ses effets, en provoquant des changements moins spectaculaires, mais plus concrets, dans le fonctionnement quotidien des forces armées. Il est probable qu’une telle remise en cause sera facilitée par la nécessité d’adapter l’armée aux nouvelles tâches qui seront les siennes à l’avenir. Passé les crises politiques et les événements qui en ont résulté, c’est le nouveau cadre politique, économique et stratégique de la Turquie qui devrait faire la différence en douceur et transformer l’armée en profondeur.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.