Les relations turco-syriennes : retour à la case départ ?

Le voyage que le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoğlu, doit effectuer le 9 août 2011, à Damas, risque bien de consacrer la fin de la lune de miel que les relations turco-syriennes vivent depuis 3 ans. Lors d’un iftar, samedi 6 août, Recep Tayyip Erdoğan, visiblement excédé, a confirmé que son ministre des affaires étrangères se rendrait dans la capitale syrienne, le mardi 9 août, pour y délivrer un message particulièrement ferme.

« Nous avons été très patients jusqu’à maintenant, en attendant de voir comment nous pourrions résoudre ce problème et comment ils écouteraient ce que nous leur avons dit…. Mais maintenant notre patience touche à son terme… »,

a déclaré le premier ministre, alors que l’armée syrienne, après avoir massacré plus d’une centaine de personnes, dans la ville de Hama, il y a quelques jours, mène des opérations dans le nord-est (Deir ez-Zor) et  dans le centre du pays (plaine de la Houla), qui auraient déjà fait plusieurs dizaines de victimes civiles. La Syrie a rapidement répondu à la mise en garde du gouvernement turc par des propos sans nuances.

« Si Davutoğlu vient pour délivrer un message ferme à la Syrie, il va entendre un message encore plus ferme en ce qui concerne la position turque, qui jusqu’à présent a refusé de condamner les meurtres et les crimes commis par des groupes terroristes armés contre des civils, ou des membres de l’armée et de la police », a déclaré la conseillère à la présidence syrienne, Bothaina Chabaane.

La politique de bon voisinage du gouvernement de l’AKP traverse une passe délicate, depuis que le régime syrien, qui a été le partenaire de référence de cette nouvelle stratégie diplomatique, a déclenché une répression sanglante contre les mouvements de révoltes, qui ont secoué le pays au cours des 5 derniers mois. Dans un premier temps, la Turquie, en rejetant l’idée d’une intervention internationale, comparable à celle lancée en Libye, et en refusant d’évoquer le départ de Bachar el-Assad, comme elle a demandé celui de Mouammar Kadhafi, a cherché à convaincre son voisin syrien de mettre en œuvre des réformes, et de trouver une solution négociée à la crise. Mais, à partir du mois de mai, la poursuite de la répression et son durcissement ont fait comprendre aux dirigeants turcs que leurs homologues syriens n’avaient aucunement l’intention de ne faire des concessions significatives. Au mois de juin, une réunion à Antalya de l’opposition syrienne et l’afflux de plusieurs dizaines milliers de réfugiés syriens sur la frontière turque ont commencé à malmener sérieusement les relations entre les deux pays, Ankara regrettant que le régime baasiste n’engage pas de réelles réformes et qualifiant de « sauvagerie » la répression conduite, tandis que Damas commençait à dénoncer le néo-ottomanisme de la diplomatie turque au service d’un complot ourdi par les grandes puissances occidentales.

Alors même que la mobilisation populaire ne faiblit pas, Damas procède depuis le mois de juillet, à un écrasement méthodique des différents lieux du soulèvement, en profitant de l’impuissance de la communauté internationale. Pourtant, le martyr de la ville de Hama, la semaine dernière, a fait bouger les choses, car pour la première fois, au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, on a vu des pays, formellement opposés à toute résolution sur la crise syrienne, accepter de discuter des derniers développements de celle-ci. William Hague, le chef de diplomatie britannique a, en outre, expressément souhaité qu’en dehors des puissances occidentales, d’autres pays se fassent entendre, et il a appelé son homologue turc, à ce sujet, au début de la semaine. Voici donc la politique de bon voisinage, une fois de plus, sur la sellette, car en dépit des échanges tendus qu’elle a eus avec Damas, ces derniers temps, la diplomatie turque a maintenu ses relations avec son voisin syrien.

Compte tenu de l’ampleur et du tour tragique pris par une répression conduite en pleine période de Ramadan, le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan ne souhaite pas que sa bonne volonté et sa propension à jouer les médiateurs le fasse apparaître comme timoré, voire compromis dans cette affaire. Au moment même où les dirigeants turcs font valoir aux peuples arabes en révolte que l’expérience, qu’ils ont mené à bien, au cours de la dernière décennie, peut constituer une «source d’inspiration» pour les pays actuellement en transition politique, ils ne peuvent se permettre d’être à la remorque des condamnations de la communauté internationale, et plus particulièrement désormais de la Ligue arabe et de nombreux pays de la région. Plus qu’une négociation de la dernière chance pour arrêter la folie meurtrière en cours, c’est donc la possibilité d’exprimer un durcissement de la position turque, qui semble motiver le prochain déplacement d’Ahmet Davutoğlu à Damas.

Ce durcissement est d’autant plus probable qu’une autre raison motive probablement l’ire d’Ankara à l’égard de Damas : l’éventuel renouveau d’un soutien syrien à la guérilla kurde en Turquie. On observe que, lors de sa mise en garde au régime syrien, samedi, Recep Tayyip Erdoğan a répété que la Turquie ne considère pas les événements qui se déroulent actuellement en Syrie, comme un sujet de politique étrangère, mais comme une «affaire intérieure», en rappelant notamment les 850 kilomètres frontières qu’ont les deux pays en commun et une histoire commune qui n’est peut-être pas si ancienne… Car on sait que la Syrie a été jusqu’à 1998 la principale base arrière du PKK, et que les deux voisins sont passés au bord d’un affrontement armé à cet égard, avant que la Syrie ne décide d’expulser Abdullah Öcalan, qui fut livré peu de temps après à la Turquie par le Kenya. Or, une semaine après la tenue en Turquie d’une réunion de l’opposition syrienne, en juin dernier, le président syrien Bachar el-Assad, qui tentait alors de normaliser le statut des Kurdes en Syrie pour en obtenir le soutien, a significativement convié le PKK à participer à une réunion rassemblant les organisations représentatives de cette communauté en Syrie. Plus récemment, le quotidien Zaman du 5 août dernier a évoqué l’existence d’un rapport sur les activités du PKK et la reprise de ses liens avec Damas, qui aurait été présenté par Hakan Fidan, le chef des services secrets turcs (MİT), lors d’une réunion rassemblant le premier ministre, les ministres de l’Intérieur, de la justice et de la défense ainsi que les principaux responsables de l’état-major (chef d’état-major, chef de l’armée de terre et chef de la gendarmerie). Ce rapport du MİT pointerait notamment le fait que parmi les 3800 militants qu’abrite actuellement la base arrière du PKK en Irak du nord (dans les montagnes de Qandil), 1500 seraient des Kurdes d’origine syrienne. Il s’étonnerait aussi du fait qu’en dépit de la situation précaire des Kurdes de Syrie, aucune action du PKK n’ait été conduite sur le sol syrien. Enfin, ce document mettrait aussi en cause le double jeu complice qu’auraient mené Téhéran et Damas à l’égard d’Ankara à propos de la lutte contre la guérilla kurde : promettant une coopération qui n’a jamais été suivie d’actes concrets. Il est donc probable qu’Ahmet Davutoğlu risque aussi d’évoquer cette situation avec ses interlocuteurs syriens, lors de son déplacement à Damas mardi.

La reprise du soutien syrien à la rébellion kurde en Turquie est d’autant plus préoccupante pour Ankara que, depuis 1 an, des affrontements réguliers entre l’armée turque et le PKK se produisent et font régulièrement des victimes, et que le processus de règlement politique de la question kurde est toujours au point mort. L’Iran, pour sa part, inquiet de la montée en puissance de son voisin turc, ne serait pas mécontent par ailleurs de lui faire indirectement quelques misères, en chatouillant, avec la question kurde, le tendon d’Achille du modèle de mariage de l’islam à la démocratie qu’il prétend être. La république islamique soutiendra en tout cas jusqu’au bout son allié syrien, vecteur de son influence au Liban et en Palestine. La survie de l’axe Damas-Téhéran aux révolutions dans le monde arabo-musulman risque, si elle se confirme, d’être plus généralement l’une des données importantes des nouveaux équilibres, qui sont en train de se mettre en place au Proche-Orient.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. ndiaye211 dit :

    Bonjour Mr Jean Marcou.
    j’ai decouvert ce site y a pas longtemps mais j’avoue que le traitement de l’information y est excellent.
    Bon Courage..

  1. 9 août 2011

    […] divorce syro turc pourrait avoir flow effet de durcir la position occidentale. “L’Ouest pourrait en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.