Erdoğan s’énerve sur l’alcool, la presse du groupe Doğan dénonce l’influence croissante de l’AKP sur les instances publiques de décision


La confrontation Erdoğan-Doğan est, ces jours-ci, propice à une réactivation de la querelle de «l’agenda caché». Le gouvernement de l’AKP est-il en train d’arriver à ses fins, en accroissant progressivement ses pressions sur la République laïque et son influence sur la société turque ? C’est la question que se posent souvent actuellement, les journaux du groupe Doğan.

ll faut dire qu’en cette période de Ramadan, Recep Tayyip Erdoğan, leur tend des perches. Participant le 9 septembre dernier à un iftar (repas de rupture de jeûne pendant le Ramadan) de son parti à Kadiköy, le premier ministre n’a pas pu s’empêcher de sonner une nouvelle charge contre l’alcool. Un rapport officiel a récemment révélé qu’en Turquie, au cours des trois dernières années, les points de vente d’alcool ont diminué de 12%. La nouvelle intervient au moment où plusieurs municipalités (Kadıköy, Üsküdar, Bursa, Ankara…) sont pointées du doigt pour des cas de restrictions de vente d’alcool, découlant de la mise en application d’une loi controversée limitant la vente d’alcool aux mineurs.

Plus spécialement, Kadıköy et Moda, quartiers de la partie asiatique d’Istanbul, sont régulièrement le théâtre d’incidents concernant la consommation d’alcool. En effet, la mairie du grand Istanbul a récemment confié la gestion du port de Kadıköy à l’une de ses sociétés «Beltur», qui s’est empressée d’interdire la consommation d’alcool alentour. Depuis, tous les vendredis, des gens ont pris l’habitude de venir consommer de l’alcool, à cet endroit, en guise de protestation. Dans ce contexte passablement tendu, Recep Tayyip Erdoğan n’a pourtant pas mâché ses mots, lors de l’iftar du 9 septembre dernier, en disant qu’à son avis, ce sont ceux qui ne boivent pas qui subissent les pressions les plus fortes.

« Je dis à ceux qui boivent, je ne bois pas, laissez-moi tranquille. Ils disent non et veulent que je sois avec eux. Mais quel genre de mentalité est-ce là ? Ils croient qu’ils peuvent me dicter ma conduite… Ces gens ne me voient qu’à travers une bouteille ou quoi ? Faisons attention à ceux qui veulent nous entrainer dans des conflits et des polémiques sans fin», a-t-il dit, en particulier.

La tirade a provoqué de nombreuses réactions médiatiques, notamment celle d’Ertuğrul Özkök, le très kémaliste rédacteur en chef du quotidien Hürriyet (groupe Doğan), amateur de vins fins, nommément mis en cause par ce discours, et dont ce n’est pas le premier accrochage avec le premier ministre au sujet de l’alcool. Le journaliste a estimé que le premier ministre ne devrait pas refuser de participer en Turquie aux réunions où il y a des gens qui boivent de l’alcool.

«Il lève bien son verre avec les étrangers dans les meetings internationaux… alors pourquoi refuse-t-il de le faire avec son peuple ? », a-t-il conclu.

Un autre point d’achoppement concerne, à l’heure actuelle, le développement de l’influence de l’AKP au sein des institutions publiques, en particulier des institutions administratives indépendantes, comme la Commission des marchés de capitaux (SPK), le Conseil supérieur des universités (YÖK), l’Autorité de régulation du marché de l’énergie (EDPK) ou le Conseil suprême de la Radio et de la Télévision (RTÜK). La moindre indépendance des ces instances tiendrait, d’une part, aux nominations nouvelles qu’y a effectuées l’AKP depuis qu’il maîtrise toutes les instances exécutives (en particulier la présidence) et, d’autre part, à des interventions et pressions intempestives dont le parti majoritaire aurait pris la fâcheuse habitude depuis quelques mois. Sont notamment évoqués la prise de position du nouveau président du YÖK en faveur du foulard à l’université, l’intervention du gouvernement dans l’attribution de canaux de télévision aux dépens de la compétence de RTÜK, et bien sûr la récente révélation d’Aydın Doğan racontant que le Premier ministre lui aurait dit avoir «réservé», sur le site stratégique de Ceyhan la construction d’une raffinerie au groupe Çelik avant même que l’EPK se soit prononcé.

On peut certes faire remarquer que le camp laïque est loin d’avoir toujours donné l’exemple en la matière. L’année dernière, le YÖK et son ancien président, comme d’ailleurs nombre d’organes de presse du groupe Doğan, étaient intervenus dans le déroulement des élections présidentielles, en soutenant l’exigence du quorum de 367 députés (notre édition du 7 avril 2007). Toutefois, on observe que ces polémiques illustrent les inquiétudes d’une partie de la société turque, à l’approche des municipales. Alors que des sondages révèlent que l’AKP demeure très influent et que les élections municipales se profilent à l’horizon, la crainte d’un développement des pressions religieuses sur la société et d’un contrôle par le parti majoritaire des administrations publiques tant nationales que locales est couramment évoquée actuellement au sein des classes moyennes.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.