La Turquie aux avant-postes de la reconstruction en Libye

Alors que le bruit des armes ne s’est pas encore tu en Libye, mais que la perspective de la reconstruction se dessine, la diplomatie turque est déjà dans les starting-blocks. Les 23 et 24 août, au moment où les insurgés, entrés dans Tripoli, prenaient d’assaut le compound du colonel Kadhafi, le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu arrivait à Benghazi, pour une visite officielle. Une telle précipitation surprend, quand on se souvient qu’Ankara avait trainé des pieds pour se joindre à la coalition internationale qui, dans le sillage de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité, avait décidé, en mars dernier, d’intervenir militairement en Libye, pour y soutenir le soulèvement populaire. Ces réticences avaient valu un temps au gouvernement turc l’hostilité des rebelles libyens, qui avaient même manifesté contre lui à Benghazi, au cours de la première quinzaine d’avril. La politique de bon voisinage d’Ahmet Davutoğlu paraissait alors subir une dure épreuve de vérité… et la presse turque reprochait au gouvernement de l’AKP d’avoir été pris de vitesse par les Occidentaux (cf. nos éditions des 30 mars 2011, 6 avril 2011, et 11 avril 2011).

Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Sans participer aux frappes aériennes, fidèle donc jusqu’au bout à cette déclaration de Recep Tayyip Erdoğan qui, le 22 mars, avait fait sensation, puisque le premier ministre s’était solennellement engagé «à ne pas pointer d’armes contre le peuple libyen», la Turquie est finalement entrée dans la coalition pour y conduire une action humanitaire appuyée et appréciée. Elle est aussi rapidement parvenue à soustraire la direction militaire de l’intervention internationale à la perspective d’un commandement franco-britannique, pour la voir confiée à l’OTAN dont elle est l’un des membres influents. Et puis, petit à petit, elle s’est employée à corriger sa position initiale neutraliste suspecte, qui lui faisait voir dans la crise libyenne une guerre civile qu’il fallait arbitrer, pour adopter une posture de plus en plus engagée aux côtés de l’insurrection ; ce qui l’a amenée en mai dernier à demander à Mouammar Kadhafi de démissionner, avant de fermer son ambassade à Tripoli et de reconnaître le Conseil National de Transition (CNT) comme le gouvernement officiel de la Libye.

Début juillet 2011, Ahmet Davutoğlu s’est enfin rendu à Benghazi, y succédant certes, sur le tard, à beaucoup de ses homologues européens. Mais, comme dit le proverbe : « Rien ne sert de courir, il faut partir à temps ! ». Car, depuis, la tortue turque s’est hâtée lentement mais sûrement. Laissant à d’autres le soin de courir et de guerroyer, elle s’est en effet attachée à conforter le CNT, c’est-à-dire le gouvernement de la future Libye. Fort habilement, lors de sa première visite à Benghazi, le 3 juillet, Ahmet Davutoğlu avait promis, aux nouveaux dirigeants libyens, 300 millions de dollars dont il n’a pas manqué de livrer rapidement le tiers (soit 100 millions) au CNT en cash, à l’occasion de 4 versements. L’initiative a été hautement appréciée par ses destinataires,  agréablement surpris que l’on puisse ainsi être capable de contourner les obstacles bureaucratiques lourds qui retardent souvent la délivrance des aides internationales. Car ces espèces sonnantes et trébuchantes ont permis au CNT de payer les salaires de l’administration qu’il mettait en place, c’est-à-dire de conforter sa légitimité, au moment où la crise libyenne se dénouait. Avis aux futurs donateurs : on appelle cela maintenant «la méthode turque» à Benghazi où l’on en redemande. C’est d’ailleurs, pour proposer de nouvelles tranches d’aide, à un moment opportun s’il en est, que le chef de la diplomatie turque effectuait une deuxième visite, les 23 et 24 août, dans le fief de l’insurrection libyenne ; une visite au cours de laquelle il s’est même payé le luxe de demander à l’OTAN de poursuivre ses opérations jusqu’à la sécurisation totale de la Libye (alors même que la Turquie n’est pas investie dans les actions militaires de l’intervention), et de presser l’ONU pour qu’elle lève le gel des avoirs libyens à l’étranger. Mais l’organisation internationale pourra-t-elle se hâter et appliquer la «méthode turque» ? Rien n’est moins sûr. Tout se passe ainsi comme si la tortue turque était ainsi en train de coiffer sur le fil les lièvres occidentaux dans la course au gâteau libyen.

Car c’est bien de cela dont il s’agit désormais. Alors que l’heure de la reconstruction est en train de sonner, la Turquie entend retrouver dans ce pays ses investissements antérieurs, mis à mal par plusieurs semaines de guerre. L’insurrection armée, et l’intervention internationale qui a suivi, ont en effet mis en suspend l’une des coopérations les plus réussies de la Turquie avec le monde arabe, obérant près de 30 milliards de dollars de contrats juteux et obligeant à un départ précipité les 25 000 expatriés turcs installés en Libye. Cinq mois après et sans avoir combattu, la Turquie est de retour, et elle ne sera pas la dernière servie.

En effet, elle a décidé de jouer les premiers rôles dans l’établissement d’un nouveau régime en Libye. À peine rentré de Benghazi, Ahmet Davutoğlu a accueilli, le 25 août 2011, à Istanbul, une réunion du groupe de contact, qui supervise politiquement l’intervention internationale, et dont la Turquie assure actuellement la présidence. Insistant sur la vertu de la «méthode turque» d’acheminement des fonds en cash, cette réunion a notamment pressé l’ONU et les pays concerné de lever le gel des avoirs libyens, pour permettre au CNT d’exercer au plus vite et au mieux l’administration du pays. Il s’agit en réalité d’éviter une dérive «à l’irakienne» de la période de transition dangereuse que vit actuellement la Libye. La Turquie a d’ailleurs recommandé au CNT de ne pas détruire l’Etat et l’Administration (comme avaient pu le faire les Irakiens sur les conseils de l’administration Bush en 2003) pour rapidement mettre ce qu’il en reste au service du régime qui est en train de naître. Mais pour ce faire, il faut que le nouveau gouvernement libyen dispose, dès maintenant, des moyens lui permettant de payer des fonctionnaires, d’assumer les principales tâches régaliennes de l’Etat et de montrer concrètement qu’il a pris en main destinées du pays. En s’investissant dans la reconstruction de la Libye, la Turquie, qui n’a pas participé aux opération militaires, se positionne résolument en puissance de stabilisation dans la région, capable de jouer un rôle déterminant pour résoudre les problèmes qui s’y posent, et surtout susceptible de réussir une transition politique que les Occidentaux ne sont pas parvenus à promouvoir en Irak ou en Afghanistan.

Si la diplomatie turque réussit ce pari, elle réalisera aussi, en Libye, un rétablissement inespéré, quand on se souvient de la position compromise qui semblait être la sienne au début de l’intervention internationale. Dans cette entreprise, Ahmet Davutoğlu entend aussi confirmer la viabilité de sa politique de bon voisinage, malmenée par les développements libyen et syrien des printemps arabes. À cette fin, la diplomatie turque mise manifestement sur son pragmatisme (capacité à apporter concrètement une aide immédiate au CNT) et sur la sympathie qu’elle a su susciter par son soft power (action humanitaire, influence culturelle des feuilletons télévisés turcs…). Mais elle joue également de sa relation avec l’Occident. À cet égard, la crise libyenne a montré l’importance de la relation entre la Turquie et l’OTAN, au moment même où Ankara est au plus mal avec Bruxelles, sa candidature n’ayant pas avancé d’un pouce depuis plus d’un an. En prenant sa place dans l’Alliance, sans nécessairement la suivre systématiquement, en bref en jouant un jeu qui fut un peu celui de la France dans les années 1960, la Turquie tempère les positions occidentales et leur permet d’être mieux acceptées en Orient. Mais, d’un autre côté, en demeurant dans cette alliance, la Turquie montre aussi à ses voisins que stratégiquement elle joue dans la cour des grands et que son potentiel diplomatique est important.

Reste à savoir si cette leçon de pragmatisme fera jusqu’au bout la preuve de son efficacité en Libye et surtout permettra de surmonter la crise syrienne toujours latente qui risque, pour la diplomatie turque, d’être encore plus difficile à négocier que le défi libyen.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.