Turquie : l’autre «victoire» de la fête de la Victoire


En Turquie, la fête de la Victoire (Zafer Bayramı) commémore, chaque année, le 30 août, la fin de la Guerre d’Indépendance, qui vit en 1922 l’armée de Mustafa Kemal l’emporter sur les Grecs et reconquérir l’Anatolie, avant de fonder un an plus tard la République. Cette année pourtant, cette fête a pris une dimension particulière, pas seulement parce qu’elle coïncide avec l’Aïd el Fitr, ou comme disent encore les Turcs le Şeker Bayramı, autre fête religieuse, qui intervient, elle, à la fin du Ramadan, mais surtout parce qu’elle a marqué une nouvelle étape dans le processus en cours de démilitarisation du système politique turc.

En effet, pour la première fois, c’est le président de la République et non le chef d’état major des armées qui a reçu les vœux des corps constitués, et présidé aux cérémonies qui les ont entourés. Cet événement, annoncé dimanche par Abdullah Gül, aurait été, selon ce dernier, le résultat d’une proposition du nouveau chef d’état-major, Necdet Özel, en personne. Il n’en reste pas moins qu’il consacre avec éclat les reculs successifs auxquels l’armée a du consentir face à un pouvoir civil de plus en plus sûr de sa légitimité et de son bon droit. On y verra, certes, une évolution plutôt symbolique, mais l’on sait à quel point dans l’exercice du pouvoir la symbolique et les préséances sont importantes. Plusieurs événements de ce type ont d’ailleurs marqué les défaites successives de l’establishment politico-militaire, depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP. Qu’il me soit ici permis de rappeler quelques tournants mémorables…

En 2007, après son arrivée à la présidence de la République, Abdullah Gül prend l’habitude d’organiser deux cérémonies dans sa résidence pour la fête nationale, le 29 octobre. L’une d’entre elles est réservée aux dignitaires de l’armée et a pour caractéristiques de se tenir sans épouses. Cette absence de présence féminine entend éviter aux militaires d’avoir à supporter, dans la résidence présidentielle d’Atatürk à Çankaya, la vue des épouses voilées des dignitaires de l’AKP, à commencer par celle du président, Hayrünnisa Gül. Et puis, les années passant et les acrimonies s’atténuant, l’an dernier, le président a décidé de ne tenir qu’une seule cérémonies en y conviant les épouses bien sûr.

Autre exemple symbolique du changement des temps et des mœurs… En 2007, après l’élection du président Gül et l’arrivée au parlement de 20 députés kurdes, l’état-major décide de boycotter le discours du chef de l’Etat qui, chaque année à la Grande Assemblée nationale, marque le début de la rentrée parlementaire. Mais finalement, après avoir consenti une exception à ce boycott de l’hémicycle parlementaire pour venir y écouter le président américain Barack Obama, en avril 2009, les militaires assistent finalement au discours présidentiel à la rentrée parlementaire de l’automne 2009 (cf. notre édition du 3 octobre 2009).

Plus significative est encore l’évolution de la présidence effective du YAŞ (Conseil militaire suprême) qui chaque année procède aux nominations et aux promotions dans l’armée. Alors même que pendant longtemps cette instance avait été délaissée par les premiers ministres, qui se contentaient d’enregistrer a posteriori les résultats de cet exercice de cooptation interne, le YAŞ 2010 avait été marqué par la présence quasi-permanente de Recep Tayyip Erdoğan aux côtés du général Başbuğ qui était alors chef d’état-major (cf. notre édition du 2 août 2010). Un an plus tard, après la démission collective de l’état-major, le YAŞ 2011 a été présidé par le seul Recep Tayyip Erdoğan, le nouveau chef d’état-major n’étant pas encore officiellement nommé (cf. notre édition du 3 août 2011)

Ainsi vont les préséances et autres petites postures combien significatives des évolutions plus profondes de l’exercice du pouvoir et en l’occurrence du déclin inéluctable de l’influence politique de l’armée turque. Mais, comme pour donner plus de sens encore à cette symbolique déjà amplement significative, l’état-major a consenti très récemment un autre geste important, qui reflète bien les transformations politiques en cours. Le 29 août 2011, l’armée a retiré en effet de son site officiel, le texte du mémorandum qui y avait été publié, le 27 avril 2007, au soir du 1er tour de l’élection présidentielle au cours duquel Abdullah Gül avait bravé la dissuasion que l’establishment politico-militaire déployait depuis plusieurs semaines, à l’égard de sa candidature à la présidence de la République (cf. notre édition du 29 avril 2007). Ce e-mémorandum fut alors qualifié par certains observateurs de « e-Coup d’État », car il reprenait très largement le contenu et l’argumentation qui avaient été ceux des coups d’Etat réalisés antérieurement par l’armée, avec l’intention de voir finalement le candidat de l’AKP renoncer à se présenter, pour ne pas mécontenter l’autorité militaire suprême. On connaît la suite : le gouvernement tança vertement les militaires, Abdullah Gül persista dans sa candidature même après la dissolution du parlement, et fut finalement élu le 28 août 2007 par les députés sortis des urnes lors d’élections législatives anticipées tenues un mois auparavant.

Quatre ans plus tard, la fête de la Victoire 2011 est donc aussi la fête de la “victoire” d’Abdullah Gül et de l’AKP sur la vieille garde de l’armée, définitivement mise au pas. Signe des temps et d’un apaisement des relations de l’armée avec les civils : l’AKP n’a même pas exploité la révélation par une publication sur Dailymotion, la semaine dernière, de propos tenus par l’ancien chef d’état-major, Işık Koşaner, où ce dernier confessait notamment les erreurs du commandement militaire dans sa lutte contre le PKK (cf. notre édition du 28 août 2011). Les responsables du parti gouvernemental ont au contraire fait mine d’apprécier qu’un ancien commandant en chef soit désormais capable de faire son autocritique, comme ils ont d’ailleurs toujours salué les reculs de l’armée au cours de la dernière décennie.

Mais à l’occasion de la fête de la Victoire cette année, le président et le gouvernement semble savourer également la suprématie qui est désormais la leur sur l’institution militaire. Reste à savoir si toute cette institution a compris la leçon et l’a admise. Nul doute qu’il faudra encore quelques Zafer Bayramı pour que la “victoire” du gouvernement civil soit définitivement entrée dans les mœurs… des militaires.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Clermont dit :

    Vous semblez vous réjouir de l’affaiblissement du rôle de l’armée en Turquie. La “leçon” dont vous parlez est donnée par un gouvernement islamiste qui a jeté en prison et continue d’emprisonner des centaines de journalistes, militaires, responsables politiques,magistrats, tous attachés à la laïcité et à la démocratie. Aujourd’hui tous ces gens sont en prison pour rien, les islamistes sont à la fête, tout le monde a peur de parler. Comment ne pas être révolté quand même le dirigeant d’un parti politique est emprisonné? imaginez que Sarkozy accuse Martine Aubry de complot contre l’Etat et la fasse emprisonner…imaginez que tous les journalistes anti- sarkozy soient en prison, tous les magistrats, les officiers…
    Imaginez que tous ceux qui soutiennent l’action passée du général de Gaulle, tous les gaullistes soient suspectés…
    Aujourd’hui c’est ce qui se passe en Turquie dans le miaulement complaisant des intellectuels européens comme vous.Cette situation me révolte et me désole.

    • Jean Marcou dit :

      Je ne me réjouis, ni ne me lamente, j’essaye simplement d’analyser et de comprendre ce qui se passe actuellement en Turquie. Il me paraît difficile d’y parvenir en usant des méthodes que vous utilisez, à savoir le raisonnement par assimilation et la simplification hâtive. Car convenez que l’on pourrait facilement retourner les comparaisons auxquelles vous vous livrez pour dire l’inverse : “imaginez” qu’avant l’élection présidentielle que l’armée française (comme l’a fait l’armée turque en 2007) dresse le profil du candidat idéal ; “imaginez” qu’au soir du premier tour cette même présidentielle le Chef d’Etat-major des Armées (CEMA) en France publie sur son site internet (comme l’a fait le CEMA en Turquie en 2007) un mémorandum de mise en garde adressé au gouvernement ; “imaginez” enfin que les cérémonies du 14 juilllet soient présidées par le CEMA en question en lieu et place du président de la République… Le général de Gaulle (puisque vous l’invoquez !) a-t-il accepté en 1961 qu’un “quarteron de généraux à la retraite” se soulève contre le pouvoir civil ?
      Permettez-moi aussi d’attirer votre attention sur le caratère pour le moins réducteur de certaines de vos comparaisons. Je ne sache pas que des personnalités turques de la stature de Martine Aubry soient actuellement emprisonnées en Turquie. Plus généralement, le bilan de la situation des libertés en Turquie que vous dressez me semble inexact. Mais je ne peux ici entrer dans les détails…
      Il reste que la fin d’un système où l’armée était un véritable acteur politique et surtout la force des moyens (non seulement électoraux mais administratifs et étatiques) accumulés par le parti au pouvoir, posent de sérieux problèmes à la démocratie turque. Je ne pense pas avoir négligé le risque d’un phénomène de confiscation du pouvoir dans mes articles, et vous renvoie entre autres aux publications des 21 février, 6 mars, 7 juin et 9 juin 2011… La transition politique que vit actuellement ce pays nécessite une analyse en profondeur. Et, si pour y procéder, il ne s’agit pas de miauler de façon complaisante, je doute fort qu’aboyer de manière indignée, soit plus intéressant et plus instructif.
      JM

Répondre à Clermont Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.