Où en est l’armée turque ?


Depuis la nomination du nouveau chef d’état major, Ilker Basbuğ (photo), les commentaires vont bon train sur le rôle que l’armée entend jouer désormais et, en particulier, sur les relations que son nouveau commandant en chef va entretenir avec le gouvernement de l’AKP.

Dès son discours d’intronisation, le 28 août 2008, Ilker Basbuğ s’est montré très offensif, en ne ménageant pas le gouvernement, alors même que le général qui l’a remplacé à la tête de l’armée de terre avait préparé le terrain, la veille, par des propos particulièrement critiques, à l’égard des évolutions politiques en cours (notre édition du 3 septembre 2008). Par la suite, ces coups de menton ont été confirmés par d’autres comportements comparables. Ainsi, le 3 septembre dernier, le nouveau chef d’état major a envoyé l’un des ses généraux rendre visite à deux anciens militaires de haut rang, emprisonnés dans le cadre de l’affaire «Ergenekon», tandis que le site internet des forces armées confirmait parallèlement le caractère très officiel de cette visite. Certains commentateurs ont alors interprété l’événement comme un message du chef d’état major signifiant au gouvernement qu’il serait beaucoup moins patient que son prédécesseur, pour ce qui est de l’inculpation de militaires dans le cadre de enquête «Ergenekon». Le 16 septembre 2008, lors de la première conférence de presse d’Ilker Basbuğ, l’heure est toujours à la fermeté. Le général annonce notamment que l’armée continuera à accorder au compte-goutte ses accréditations à la presse pour couvrir les événements militaires.

Alors ? Au moment où se développe une nouvelle polémique opposant le gouvernement au premier groupe médiatique du pays et où se poursuivent les inculpations de militaires dans l’affaire «Ergenekon», l’armée s’apprête-t-elle à revenir en force dans le jeu politique, rompant avec le profil un bas qui a été le sien depuis les succès électoraux de l’AKP l’année dernière ? Rien n’est moins sûr. Lors de sa dernière conférence de presse, en dépit de postures martiales, le nouveau chef d’Etat major a manifesté son désir de parler moins mais mieux. En l’occurrence cela signifie qu’il entend éviter d’intervenir systématiquement en matière politique, qu’il désire contrôler étroitement les voix et les voies par lesquelles l’armée s’exprime et enfin qu’il souhaite être plus à l’écoute de la société civile et des citoyens. Réputé pour être un faucon, cet homme froid, que le Président Abdullah Gül a finalement accepté de nommer au commandement suprême, a récemment conduit les opérations de l’armée turque contre les rebelles du PKK en Irak du Nord. Au début du mois de septembre, il a effectué par ailleurs un déplacement remarqué dans le Sud-Est, au cours duquel il n’a pas hésité à aborder la question kurde dans sa globalité, en rencontrant des ONG et en se mêlant même à la population de la ville de Van (notre édition du 9 septembre 2008). De tels comportements laissent ainsi à penser que le nouveau chef d’état major, rodé aux techniques de la communication, semble être un plus fin stratège que son prédécesseur, à qui l’on a souvent reproché de parler un peu trop, un peu trop fort et pas toujours à bon escient.

Dès lors, les récentes postures caricaturales que nous évoquions précédemment peuvent surprendre. Ne sont-elles pas vouées à apparaître comme des coups d’épée dans l’eau, à une époque où les moyens d’intervention politique de l’armée semblent se réduire comme peau de chagrin ? En réalité, si cette attitude offensive surprenante montre que le général ne renie pas bien sûr les principes de base qui régissent le comportement de l’armée turque à l’égard du pouvoir politique, elle semble surtout vouloir préserver l’intégrité des fondamentaux de la relation entre militaires et politiques en Turquie. Le message serait ainsi le suivant : « Certes, l’armée ne peut plus intervenir directement dans le jeu politique, comme elle a pu le faire par le passé, mais elle n’a pas fait pour autant sa complète soumission à l’autorité civile et poursuivra ses interventions en matière politique.» Le chef d’état major continuera donc à s’exprimer lorsque bon lui semble, à accréditer qui bon lui semble, à voir qui bon lui semble, ne serait-ce que pour montrer qu’il peut toujours le faire. Mais ces interventions, pour peu qu’elles soient nécessaires, ne se feront qu’avec parcimonie. De surcroît, elles contribueront à rassurer les troupes sur la détermination et la fermeté de la hiérarchie militaire.

Y a-t-il dans cette manière de voir et de faire les bases d’un nouveau «modus vivendi» avec le gouvernement ? La récente affaire «Eruygur» semble l’indiquer. Cette affaire concerne l’un des généraux emprisonné dans le cadre de l’affaire «Ergenekon» auquel l’état major a officiellement rendu visite, il y a une quinzaine de jours, comme nous l’indiquions précédemment. Le gouvernement, loin de s’en offusquer publiquement, n’a voulu voir dans cette démarche qu’un geste humanitaire. Cette opinion a été confirmée par le général Basbuğ, en personne, lors de sa récente conférence de presse, avant que la libération du général Eruygur intervienne quelques jours plus tard, pour des raisons tenant à la dégradation récente de son état de santé. Faut-il ne voir dans ce dénouement qu’un heureux hasard ? La suite des événements nous le dira mais, pour l’heure, on ne peut manquer d’observer encore que, lors de la conférence de presse du chef d’état major, deux quotidiens pro-gouvernementaux (Yeni Şafak et Star) ont été accrédités pour la première fois.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *