La permanence de la question kurde.


Alors même que le gouvernement s’apprête à demander l’extension de l’autorisation qu’il avait obtenue du Parlement, l’année dernière, pour intervenir en Irak du nord, l’attaque du PKK contre une position militaire turque à Aktütün (sous-préfecture de Şemdinli) a mis la Turquie en état de choc. 17 soldats turcs et 23 rebelles kurdes auraient péri dans cet affrontement qui s’est déroulé, le 4 octobre 2008, en plein jour. Il s’agit de l’incident le plus meurtrier, depuis que la Turquie a décidé de réagir, il y a un an, contre les infiltrations du PKK, en intervenant en l’Irak du nord.

Eu égard à la gravité des pertes, à Aktütün, et dans un contexte où l’on était déjà enclin à faire un bilan mitigé d’un an d’intervention militaire turc en Irak du nord, l’armée est l’objet de sévères critiques, venant en particulier des médias et des partis d’opposition. Depuis 1992, c’est, en effet, la cinquième fois qu’une attaque de ce type est menée contre ce poste militaire. Ce dernier, situé sur l’une des principales voies d’infiltration utilisée par les militants du PKK, a été la cible de 3 attaques, depuis juin 1997, la dernière remontant à mai 2008. La presse s’étonne de la mauvaise localisation de ce poste et des déficiences de sa construction, dans un endroit éminemment dangereux. Le commandant des unités de la région se trouvait à un mariage, au moment de l’attaque et il n’avait pas mis ses troupes en état d’alerte, alors même que les services de renseignements faisaient état de risques d’attaque. Dès lors, les médias évoquent des fautes de commandement, tout en s’interrogeant sur l’efficacité des informations satellitaires fournies par les Américains que l’autorité militaire a souvent mis en exergue pour convaincre de sa parfaire maîtrise de la situation. L’armée se défend en insistant sur le fait que la plupart des pertes humaines (13 morts sur 15) ont été causées par des bombardements à l’arme lourde effectués depuis l’Irak du nord. Elle dément que des problèmes de communication puissent exister avec les services américains, mais annonce l’examen d’un redéploiement de ses forces dans la région.

Cette rentrée politique et parlementaire atteste donc que la question kurde reste plus que jamais le premier problème auquel est confronté la Turquie contemporaine. Avant même l’attaque d’Aktütün, la permanence des accrochages et des opérations militaires dans le sud-est en attestait amplement. Le 25 septembre notamment, alors que l’aviation turque bombardait des positions du PKK en Irak du nord, dans la région des monts Qandil, un affrontement armé avait fait sept morts (6 rebelles kurdes et un soldat turc) dans la province de Siirt. L’armée a fait état, par ailleurs, de plus de 120 incidents armés (explosions de mines ou de bombes, tirs de harcèlement contre des forces de sécurité, actes terroristes divers…) pour la seule période du mois de septembre. La persistance de cette situation d’insécurité qui mobilise les forces de sécurité turques, montre les limites des opérations militaires engagées, depuis 2007.

Pourtant, si les partis d’opposition kémaliste (CHP) et nationaliste (MHP) manifestent actuellement leurs réticences à la prorogation de l’autorisation d’intervention dans le nord de l’Irak, ce n’est pas pour réclamer la recherche d’une solution politique, mais pour demander au contraire une intensification des opérations militaires. Le leader du CHP s’en est pris à l’ancien chef d’état major, Yaşar Büyükanıt. On se souvient qu’une querelle avait opposé les deux hommes, à la fin de l’intervention des forces terrestres en Irak du nord, le 29 février dernier. Le parti kémaliste avait alors reproché au gouvernement et à l’état major de s’être retirés trop tôt d’Irak, en cédant à des pressions américaines. “Nous ne sommes pas contre une autorisation de prorogation, mais nous espérons que le gouvernement s’en servira plus judicieusement”, avait déclaré, avant même l’attaque d’Aktütün l’un des leaders du CHP au Parlement, Mustafa Özyürek, tandis que le MHP abondait dans le même sens, en soulignant toutefois que le principal problème demeurait, selon lui, les actes terroristes commis en Turquie même. Deniz Baykal a encore surenchéri cette semaine, en demandant une intervention musclée en l’Irak du nord et la mise en place d’une zone tampon. Le gouvernement, pour sa part, a pris la défense de l’armée en déclarant qu’elle avait toujours veillé à la sécurité du pays. Le parti kurde DTP, actuellement sous le coup d’une procédure devant la cour constitutionnelle, visant à sa dissolution, a pour sa part annoncé sans surprise que, comme l’an dernier, il n’apporterait pas son soutien à une autorisation d’intervention armée dans le nord de l’Irak. Les débats parlementaires sur la prorogation de cette autorisation promettent donc d’être chauds.

Le 9 octobre se tiendra en outre une réunion du Haut Conseil de lutte contre le Terrorisme qui doit réexaminer la stratégie adoptée à l’égard de la question kurde. On y attend une pressante demande de l’armée pour remettre en application l’état d’urgence (en vigueur entre 1987 et 2002), alors même que tous les experts s’accordent à reconnaître que la répression n’est pas une solution durable. De nombreux observateurs s’interrogent sur l’efficacité de pouvoirs d’exception supplémentaires qui seraient à nouveau donnés dans la région à l’armée qui dispose déjà de compétences très étendues et, dénonçant la démission à ce sujet des partis politiques, ils estiment en réalité que la question kurde est un problème trop important pour être laissé à l’appréciation des seuls militaires. Le recours à de tels moyens juridiques remettrait en cause également la libéralisation réalisée, ces dernières années, dans le cadre du processus d’intégration européenne ; ce que le ministre de la justice, Mehmet Ali Şahin a exclu, en disant que « la Turquie n’était pas dans une position où elle avait à choisir entre liberté et sécurité. »

Il faut signaler, en dernier lieu, que ces tensions politiques et militaires ont été aggravés par des incidents qui se sont récemment produits dans l’ouest du pays. Le 30 septembre dernier, en effet, dans la petite ville balnéaire d’Altınova (sous-préfecture d’Ayvalık, province de Balıkesir), qui a déjà été le théâtre de conflits ethniques par le passé, des affrontements se sont déroulés entre Turcs et Kurdes. Partis, semble-t-il, d’une querelle entre deux familles, ces incidents ont fait deux morts (parmi les Turcs) et ont été suivis d’actes de vandalisme contre des biens appartenant à des Kurdes (incendie de magasins notamment) et de manifestations de rue anti-kurdes. Appelant la population d’ Altınova à surveiller ses jeunes, le gouverneur de la province a estimé, pour sa part, que cette situation, très localisée, découlait principalement de la concurrence économique et commerciale existant entre les deux communautés, dans une ville très touristique. Il reste que nombre de commentateurs n’ont pas manqué de faire observer que ce type d’incidents est inquiétant et qu’il ne peut que se nourrir d’un pourrissement de la situation dans le sud-est ; à plus forte raison, si les réformes ne progressent pas sur le plan politique, au niveau national, et si une stratégie exclusivement répressive est privilégiée.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.