Recep Tayyip Erdoğan joue les leaders «néo-tiers-mondistes» à l’Assemblée générale des Nations Unies.

Recep Tayyip Erdoğan a terminé, comme prévu, sa semaine américaine, le vendredi 23 septembre 2011, par un discours à l’Assemblée générale des Nations Unies. Après un mois de forte activité diplomatique qui ont vu le leader turc durcir sa position comme jamais à l’égard de l’Etat d’Israël, accomplir une tournée remarquée dans les pays des printemps arabes, mais aussi confirmer sa participation au bouclier antimissile américain et tenir un véritable sommet avec le président Obama à New York, ce discours était bien sûr très attendu. Et force est de constater que Recep Tayyip Erdoğan a placé la barre très haut pour répondre à cette attente.

Les propos du premier ministre turc ont en effet d’abord concerné le système international dans son ensemble. De fait, son intervention a tranché par rapport à celles des chefs d’Etat et de gouvernement qui sont intervenus au même moment à l’Assemblée générale de l’ONU, puisqu’elle a mis en exergue d’emblée l’actuelle catastrophe humanitaire en Somalie. Cette initiative n’est pas étonnante, lorsqu’on se souvient que Recep Tayyip Erdoğan a fait de la lutte contre la famine dans la Corne de l’Afrique l’un de ses chevaux de bataille, en se rendant, cours de l’été à Mogadiscio, accompagné de son épouse et de sa fille. Fort de cette démarche et des ambitions internationales qu’il a affichées au cours des dernières semaines, il a donc voulu se faire, à l’ONU, le porte-parole des pays les plus pauvres de la planète, en déclarant notamment : «Dans un monde où l’on n’entend pas la détresse de la Somalie, on ne peut pas parler ni de justice, ni de civilisation.» Dénonçant les méfaits de la colonisation passée, il a estimé que l’injustice perdurait avant de s’en prendre au système des Nations Unies :

«Je le dis sans ambages, l’ONU est incapable aujourd’hui de faire preuve de leadership». Ce constat l’a conduit à prôner une réforme de l’Organisation «pour protéger les droits de toute l’humanité, plutôt que pour agir selon les intérêts et sous la tutelle de certains pays

Pour autant ce discours très universalisant n’a pas délaissé un certain nombre de situations particulières. Et là est peut-être toute son ambiguïté. Certes, une nouvelle condamnation de l’Etat d’Israël «qui use de bombes au phosphore et qui dispose de la bombe atomique» pouvait difficilement ne pas accompagner de tels propos, comme un soutien appuyée à la cause palestinienne, au moment où Mahmoud Abbas était sur le point de déposer sa demande de reconnaissance d’un Etat. Mais le premier ministre turc n’a pu s’empêcher d’en venir à des crises régionales. La condamnation sans appel de la répression en Syrie où «chaque goutte de sang creuse l’écart entre la population et le régime» ne diminuait en rien, dans le contexte actuel, la portée internationale de ses propos. En revanche, la leçon à peine voilée qu’il a tentée d’administrer aux pays occidentaux sur la Libye «dont les richesses appartiennent aux Libyens» passait nettement moins bien. On se souvient, en effet, des préoccupations très prosaïques qui ont aussi animé Ankara en Libye, au cours des derniers mois (voire au cours des dernières années) et du temps qu’a mis la diplomatie turque pour apporter son soutien au CNT libyen. Le discours de Recep Tayyip Erdoğan s’est égaré par la suite sur des sujets concernant beaucoup plus spécifiquement (trop ?) la Turquie : la question des forages gaziers de Chypre pour appeler l’ONU à faire cesser cette « irresponsabilité » ou le non règlement de la situation au Haut-Karabakh pour demander que soit mis un terme à «l’occupation» de territoires azerbaïdjanais. Car, ce faisant, le premier ministre a ramené son propos à des questions beaucoup plus régionales où la Turquie est trop impliquée, ce qui a atténué quelque peu la portée initiale globalisante de son discours.

Ce cheminement du discours de Recep Tayyip Erdoğan de l’infiniment grand à l’infiniment plus petit, ainsi que le grand écart de la politique étrangère turque des derniers jours, entre une tournée arabe et une revue américaine (cf. notre édition du 22 septembre 2011), ont atténué sans doute la portée du message qu’il entendait faire passer à l’ONU, et que finalement les médias internationaux ont peu relayé. Le quotidien pro-gouvernemental Yeni Şafak estimait néanmoins, vendredi, que «jamais la voix des opprimés ne s’était autant exprimée» qu’à l’occasion de ce discours, mais le chroniqueur Mehmet Ali Birant, tout en saluant les ambitions du propos du chef du gouvernement turc, s’étonnait qu’il n’y ait pas eu plus de leaders arabes dans les travées de l’Assemblée au moment où il s’est exprimé…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.