L’une des premières féministes turques bientôt sur les billets de 50 TL.


Une femme pour la première fois sur les billets de banque en Turquie… la nouvelle ne réjouit pas tout le monde et attise déjà une polémique ! Ce «lifting» annoncé des billets de banque turcs fait suite au remplacement, en 2005, de la livre turque par la «nouvelle livre turque» (YTL – Yeni Türk Lirası). Comparable au passage des anciens aux nouveaux francs, dans les années 60, cette opération avait permis, après des années d’érosion monétaire, de supprimer 6 zéros sur les billets et les pièces, un million de livres turques devenant 1 YTL. L’affaire étant désormais entendue, la Banque de Turquie, souhaite revenir plus simplement à l’appellation d’origine «livre turque» (TL) et, au passage, tant qu’à refaire de nouveaux billets, elle se propose de changer un peu leur aspect.

Qu’on se rassure, il ne s’agit de faire disparaître Atatürk, ce dernier demeurera donc sur le côté-face de tous les billets. Mais, de l’autre côté, figurera une autre personnalité turque, en remplacement d’une formule qui met actuellement en exergue des monuments ou lieux célèbres (Le mausolée d’Atatürk à Ankara, Éphèse ou le palais d’Ishak Paşa à Doğubayazit). Devraient ainsi apparaître au dos de ces nouveaux billets turcs, le scientifique Aydın Sayılı (billet de 5 TL), le matématicien Cahit Arf (billet de 10 TL), l’architecte Kemaleddin Bey (billet de 20 TL), le compositeur Buhurizade İtri (billet de 100 TL) et le poète Yunus Emre (nouveau billet de 200 TL). Cette initiative et ces choix ne font pas vraiment l’unanimité, mais c’est surtout le billet de 50 TL qui pose problème car, en l’occurrence, l’heureuse élue est Fatma Aliye (photo).

A priori, pourtant, cette féministe de la première heure, qui fut en son temps une véritable intellectuelle, a plutôt le profil de l’emploi. Née en 1862 et considérée comme la première grande écrivaine turque, Fatma Aliye a commencé à publier bien avant la fin du XIXème siècle, un constat qui réjouit beaucoup de féministes en Turquie qui voient là l’opportunité de rappeler la précocité de leurs luttes, mais qui indispose le camp laïque qui flaire une nouvelle manœuvre gouvernementale tendant à minorer l’importance de la rupture qu’a constituée l’instauration de la République, en valorisant des mutations qui lui ont été antérieures. On sait que le sujet est particulièrement sensible et qu’il alimente actuellement toute une controverse sur l’importance et l’influence des réformes conduites au cours du second «Meşrutiyet» (seconde période de monarchie constitutionnelle ottomane, 1908-1912) dans lequel les kémalistes se refusent à voir une époque annonciatrice des réformes républicaines. Ces derniers auraient, on s’en doute, préféré la désignation d’une égérie du féminisme officiel des années 30. Et, à tout prendre, même les laïques les plus orthodoxes se seraient satisfaits du choix d’Halide Edip Andıvar, dont le nationalisme et les combats pendant la guerre d’indépendance contribuent à faire oublier un engagement féministe presque aussi ancien que celui de Fatma Aliye, suspectée par ces mêmes milieux d’avoir eu, en outre, une trop forte sympathie pour l’islam.

Mais, pour nombre de militantes féministes en Turquie, on ne saurait faire de Fatma Aliye une islamiste et sa présence sur les nouvelles coupures de 50 TL écornera une vision de l’histoire avant tout masculine qui a de longue date ignoré une lutte des femmes turques qui ne date pas d’hier.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.