Les «amis européens» de la Turquie se mobilisent pour relancer sa candidature

Alors que la commission européenne vient de rendre une fois de plus un rapport annuel d’évaluation mitigé (cf. notre édition du 17 octobre 2007) sur la candidature turque, et que se profile à l’horizon du second semestre 2012, avec la première présidence européenne chypriote, le risque d’un gel des relations entre Ankara et Bruxelles, la visite de Carl Bildt, le ministre suédois des affaires étrangères, en Turquie, le 17 octobre 2011, a été l’occasion d’évoquer une relance du processus de négociations d’adhésion. Le chef de la diplomatie suédoise qui a rencontré notamment Abdullah Gül et Ahmet Davutoğlu, lundi dernier, leur aurait notamment présenté un plan de relance de la candidature de la Turquie, soutenu par les Etats membres de l’Union européenne (UE) qui y sont favorables, c’est-à-dire, outre la Suède, la Finlande, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne (auxquels s’ajouteraient l’Irlande, la Pologne, la Slovénie et la Hongrie). Ce plan s’articulerait autour de la poursuite de 3 objectifs principaux : ouvrir le plus rapidement un nouveau chapitre du processus de négociation, parvenir à une réunification de Chypre avant que Nicosie ne prenne la présidence tournante de l’UE en juillet 2012, débloquer les 4 chapitres que la France a gelés après l’élection de Nicolas Sarkozy, en 2007, parce qu’ils impliquaient à terme l’adhésion inéluctable de la Turquie.

Cette initiative suédoise montre qu’en dépit des oppositions majeures allemande, française et autrichienne ou des réticences affichées par d’autres Etats membres, il existe aussi un noyau dur de pays favorables à l’adhésion de la Turquie à l’UE. Toutefois, la feuille de route que ce «groupe de fans» s’est assignée est particulièrement ambitieuse. L’ouverture rapide d’un nouveau chapitre est certes le premier pas à réaliser pour marquer une relance du processus de négociations dans lequel la Turquie s’est engagée en octobre 2005, car aucun chapitre n’a plus été ouvert depuis la dernière présidence européenne espagnole, au premier semestre 2010. Ce premier pas n’est pourtant pas la tâche la plus ardue qui attend les «amis européens de la Turquie». En effet, le second objectif qui concerne un conflit chypriote fossilisé depuis plus de 35 ans risque de s’avérer particulièrement difficile à atteindre. Les négociations entre les deux communautés chypriotes piétinent depuis 2008, en dépit de l’espoir qu’avait fait naître, cette année-là, l’élection de Demetris Christofias à la présidence grecque alors même que l’un de ses amis de jeunesse, Mehmet Ali Talat était encore président de la partie turque de l’île. Rappelons que le conflit chypriote a déjà failli être fatal aux négociations turco-européennes, et qu’il a conduit au gel de 8 chapitres en 2006… Quant au troisième objectif, il compte sur un changement de présidence en France, à l’occasion des élections qui doivent se tenir au printemps prochain. En 2007, après son élection, Nicolas Sarkozy, sans bloquer totalement le processus de négociation, avait néanmoins gelé 4 chapitres qui, comme celui de l’Union économique et monétaire, conduisaient, selon lui, à terme à une adhésion pleine et entière de la Turquie. Les chances d’atteindre cet ultime objectif restent très incertaines, car même si l’actuel président français devait ne pas être réélu, il n’est pas sûr que son successeur lève totalement les réticences actuelles de Paris à la candidature turque. Lors du débat de l’entre-deux-tours qui l’a opposé à sa rivale Martine Aubry, le 12 octobre dernier, François Hollande, le candidat qui a finalement été élu lors des primaires pour représenter le parti socialiste, ne s’est pas montré franchement enthousiaste à l’égard de la Turquie, en expliquant qu’il fallait lui «dire la vérité», que la négociation engagée «serait très longue» et que «tant que le problème de Chypre se posait, la situation était bloquée.»

Carl Bildt a donc du souci à se faire s’il veut atteindre les objectifs qu’il s’est fixé d’ici l’année prochaine. Et ce d’autant plus que le contexte économique actuel, en particulier la crise de la dette souveraine et les risques de banqueroute grecque, ne se prête guère à une relance de la candidature de la Turquie. Sur le plan économique, celle-ci pourtant peut regarder de haut beaucoup de pays-membres de l’UE. L’annonce, il y a deux jours, que le taux turc du chômage était descendu à 9,1% au mois de juillet dernier, après une croissance record du PIB de 11% au premier trimestre de l’année 2011, a confirmé la bonne santé économique d’un pays qui remplirait désormais les critères pour entrer dans la zone euro, mais qui, comme l’a dit récemment le ministre turc de l’économie, Ali Babacan, n’y consentirait probablement pas à l’heure actuelle, même si tous les Etats membres de l’UE le lui demandaient.

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 2 novembre 2011

    […] Article original publié sur le blog de l’OViPoT le 18 octobre 2011 sous le titre : « Les « amis européens » de la Turquie se mobilisent pour relancer sa candidature&nb… […]

  2. 22 janvier 2012

    […] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.