La mort d’Engin Ceber repose en Turquie le problème de la torture

Le 14 octobre 2008, le ministre de la justice, Mehmet Ali Şahin (photo) a solennellement présenté des excuses au nom du gouvernement et de l’État, à la famille d’Egin Ceber, un militant d’extrême-gauche décédé en détention, la semaine dernière, suite aux tortures et mauvais traitements infligés par des policiers et des membres de l’administration pénitentiaire. Mehmet Ali Şahin a annoncé, également, que 19 fonctionnaires avaient été suspendus et que toute la lumière serait faite dans cette affaire.

L’attitude du ministre a été saluée par les médias et par les organisations de défense des droits de l’homme qui, depuis plusieurs jours, demandaient à ce que la mort d’Egin Ceber ne reste pas impunie, en rappelant au premier ministre et au ministre de la justice leurs engagements récents, quant à une tolérance zéro à l’égard de la torture. « C’est la première fois qu’un ministre s’excuse de la sorte », a souligné Ahmet Hakan, un journaliste du quotidien Hürriyet. Mais, au-delà de ce premier pas encourageant, la presse et les ONG demandent au gouvernement et à la justice d’agir avec plus de détermination contre la torture. Le père de la victime, pour sa part, a estimé que les excuses du ministre ne suffisaient pas et demandé à ce que les responsables ne soient pas seulement suspendus mais sévèrement sanctionnés.

Les autorités turques sont régulièrement montrées du doigt dans des affaires de torture ou de mauvais traitements trop souvent classées sans suite. La Turquie a pourtant ratifié la Convention européenne des droits de l’homme depuis 1954 et en particulier la disposition de cette Convention qui permet de saisir individuellement la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg. L’usage encore fréquent de la torture dans les commissariats de police, les mauvais traitements dans les prisons, les disparitions et décès inexpliqués ont régulièrement été dénoncés par des rapports accablants d’institutions internationales ou d’organisations non-gouvernementales. Cette situation explique pourquoi la Turquie est actuellement encore, de loin, le pays le plus souvent mis en cause devant la Cour de Strasbourg. Récemment cette Cour a d’ailleurs eu à connaître d’un cas proche de l’affaire Egin Ceber : la mort en garde à vue du syndicaliste, Süleyman Yeter, en mars 1999. Là aussi des sanctions avaient d’abord été prises, mais l’échec des procédures judiciaires engagées avait amené la famille de Süleyman Yeter à porter l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme. Cette dernière a condamné l’État turc en estimant qu’il n’avait pas permis à la justice d’être rendue.

Selon une récente enquête de l’IHD (Insan Hakları Derneği, Association des droits de l’homme), en Turquie, 678 personnes ont porté plainte, en 2007, pour tortures et mauvais traitements infligés par la police et la gendarmerie. Ce chiffre était de 708, en 2006, 825, en 2005 et 1040, en 2004. Une certaine amélioration de la situation a été relevée par les organisations de défense des droits de l’homme depuis les réformes juridiques effectuées pour permettre à la Turquie d’ouvrir des négociations. Mais la clef du problème semble maintenant plutôt résider dans une refonte complète de la formation des membres de différents services concernés de la police et de l’administration pénitentiaire. Plus que le droit, c’est la pratique qu’il faut changer pour faire entrer l’État de droit dans les commissariats et dans les prisons.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.