Visite de Massoud Barzani en Turquie

Le président de la région autonome kurde d’Irak du Nord, Massoud Barzani, a effectué une visite officielle en Turquie, du 3 au 5 novembre derniers, dans un contexte de sérieuses tensions, suite aux attaques d’Hakkari, le 19 octobre (cf. notre édition du 22 octobre 2011), et à la nouvelle vague d’arrestations de l’enquête sur le KCK, le 28 octobre (cf. notre édition du 5 novembre 2011). Au cours des entretiens qu’ils ont eus avec le leader kurde, le président de la République, le premier ministre et le ministre des affaires étrangères turcs ont à nouveau sollicité son appui dans la lutte qu’ils mènent contre le PKK.

Depuis 2007, la diplomatie turque a noué des relations de plus en plus étroites avec la région kurde d’Irak du nord qu’elle se refusait auparavant à considérer comme un interlocuteur officiel. Par la suite, les relations économiques et politiques  entre la Turquie et la région nord irakienne se sont intensifiées. Des instances conjointes de travail ont été mises en place. Plusieurs membres du gouvernement turcs se sont rendus à Erbil (cf nos éditions du 6 novembre 2009 et du 29 septembre 2010), y compris le premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, qui y a été accueilli au printemps dernier, pour la première fois. Pour sa part, Massoud Barzani est venu en Turquie l’an passé, au début du mois de juin (cf. notre édition du 3 juin 2010), dans un contexte, déjà tendu, qui faisait suite à l’attentat du PKK contre la base navale d’Iskenderun au moment même de l’arraisonnement meurtrier du Mavi Marmara par un commando israélien. La concomitance des deux événements avait incité certains commentateurs à évoquer alors une possible convergence d’intérêts entre le PKK et Israël, ce qui ne s’est pas confirmé. À l’époque, Massoud Barzani avait plaidé contre la violence, et incité à la recherche d’un règlement politique, tandis qu’Ahmet Davutoğlu, qui s’était respectueusement adressé au leader kurde en l’appelant Kak Massoud, lui avait déjà demandé son appui dans la lutte contre le PKK.

La recrudescence des attentats et des embuscades dans le sud-est ont conduit les autorités turques à accroître leur pression depuis sur l’Irak, et les autorités kurdes d’Irak du nord, car les bases arrière du PKK se trouvent dans leur région autonome, plus précisément dans les montagnes de Qandil. Certes, les officiels irakiens et ceux de la région kurde d’Irak du nord ont souvent condamné les actions du PKK. Mais après les attaques d’Hakkari, qui viennent de faire 24 morts dans les rangs de l’armée turque, celle-ci a lancé en Irak une offensive terrestre (engageant notamment des commandos et de l’artillerie) qui était à la limite des opérations de poursuite transfrontières habituellement tolérées. Parallèlement, le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoğlu, recevant à Ankara, après l’affaire d’Hakkari, tant le vice-président kurde d’Irak du nord Nechirvan Barzani que le vice-président irakien, Tarek El-Hashemi (photo à gauche), leur a demandé carrément de choisir leur camp, en estimant que désormais une neutralité bienveillante n’était plus possible et en annonçant que la Turquie ne continuerait pas à tolérer la présence de base-arrière du PKK derrière la frontière irako-turque.

Avant de venir en Turquie, Massoud Barzani a également effectué un séjour à Téhéran, dimanche dernier, au cours duquel il a rencontré le «guide suprême» Ali Khamenei et admis que les deux pays devaient coopérer pour sécuriser leurs frontières. Massoud Barzani ne devait venir en Turquie qu’après le Kurban Bayrami (Aïd el-Kebir) mais son séjour a été avancé à la demande expresse de Recep Tayyip Erdoğan. Cela montre à quel point les pressions se sont accrues, ces derniers temps, sur la région kurde d’Irak du nord. Mais son leader a une longue expérience de la négociation, tant avec ses voisins qu’avec les multiples factions irakiennes.

Arrivé en Turquie le 3 novembre, Massoud Barzani, a pu rencontrer le ministre des affaires étrangères et le président de la République, avant de s’entretenir pendant deux heures avec le premier ministre, le 5 novembre. Surtout, il a tenu, le 4 novembre, une table ronde avec des journalistes turcs, ce qui lui a permis de faire connaître sa position et de répéter que, s’il condamne la lutte armée du PKK, il n’envisage pas d’agir contre lui militairement.

Deux raisons peuvent expliquer cette position qui a initialement déçu Ankara. En premier lieu, le président de l’Irak du nord estime qu’il est impossible de vaincre une guérilla. Invoquant son expérience personnelle, il a expliqué que la guerre à laquelle l’armée turque est confrontée n’est pas «une guerre frontale», et qu’il était quasiment impossible de déloger le PKK de ses positions en Irak du nord. En second lieu (même si le leader kurde ne s’est pas exprimé à ce sujet ouvertement), il est probable qu’il est conscient qu’une opération militaire conjointe de ses peshmergas et de l’armée turque, serait très mal accueillie par les Kurdes irakiens. Dès lors, il a de nouveau plaidé pour une solution politique, en prenant l’initiative d’appeler le PKK à déposer les armes, tout en précisant qu’il n’avait pas été chargé par le gouvernement turc de jouer un rôle de médiation.

Toutefois, ce rejet préalable d’une coopération militaire avec l’armée turque n’a pas vidé de sa substance la rencontre qu’il a eue avec Recep Tayyip Erdoğan, samedi. Car, à côté des propos bienveillants échangés de part et d’autre, on retiendra deux prises de position du leader kurde qui ont leur importance : d’une part, il condamne la poursuite de la lutte armée par le PKK, et d’autre part, il pense que les Kurdes depuis l’ouverture démocratique ont les moyens politiques de faire valoir leur droits en Turquie. Pour sa part, à l’issue de cette rencontre, le premier ministre turc s’est montré moins pressant quant à l’assistance que pourraient fournir les Kurdes irakiens dans la lutte contre le PKK, en déclarant qu’il espérait toujours un soutien militaire de leur part mais seulement «s’ils sont en mesure de l’apporter.» Il a également fait écho aux déclarations de Massoud Barzani en appelant le PKK à abandonner les armes, avant d’affirmer que le règlement du problème kurde devait être politique et être débattu dans l’enceinte du parlement.

De toute évidence, les deux leaders ont donc voulu préserver leurs relations à l’issue de cette réunion, et ce souci renvoie sans doute à des préoccupations stratégiques beaucoup plus larges. Recep Tayyip Erdoğan a apparemment compris qu’il ne pourrait obtenir un soutien militaire direct des peshmergas. Mais le président de la région kurde d’Irak du nord, pour sa part, mesure à quel point les dernières attaques du PKK placent le gouvernement turc dans une position délicate, en ce début de législature où le parlement s’apprête à débattre d’une nouvelle constitution et dans un contexte géopolitique particulièrement instable. Plus qu’un soutien militaire, c’est finalement un appui politique que le gouvernement turc attend sans doute de Massoud Barzani pour convaincre le PKK d’abandonner la lutte armée. Or, on peut penser que le leader kurde irakien serait d’autant plus prêt à endosser en l’occurrence un rôle de médiation qu’il souhaite par ailleurs pouvoir compter sur la Turquie et ses multiples appuis occidentaux et orientaux, dans l’ère nouvelle qui va s’ouvrir en Irak, après le départ des troupes américaines prévue pour la fin de cette année.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.