Quatre questions à Diego Mellado, directeur de de la section des affaires politiques de la Délégation européenne à Ankara


Créée en 1974, la Délégation de la Commission européenne (véritable Ambassade de l’Europe) à Ankara suit aujourd’hui les négociations d’adhésion et constitue le relais politique privilégié de l’UE en Turquie. Sa section des affaires politiques s’occupe principalement du dialogue politique entre les deux parties et surveille le respect du premier des critères de Copenhague (être une démocratie et un État de droit). Elle est ainsi en contact avec de nombreux acteurs (partis politiques, syndicats, associations…) et remplit également une mission d’explication et d’information. Bastien Alex a rencontré, à la mi-septembre, Diego Mellado, le directeur de cette section. Il nous livre ici les passages le plus significatifs de cette interview.

Bastien Alex : Comment la Délégation, et plus particulièrement la section des affaires politiques que vous dirigez, a-t-elle réagi en apprenant l’ouverture d’une procédure de dissolution contre l’AKP, en mars dernier ?

Diego Mellado : Il y a eu immédiatement des réactions très directes, très vives et très concrètes de la part de plusieurs dirigeants européens comme le commissaire à l’élargissement Oli Rehn, le président de la Commission et bien entendu des hommes politiques des différents Etats-membres (chefs d’Etats, parlementaires, ministres). Ces réactions ont démontré que l’UE s’intéressait particulièrement aux développements de l’actualité politique turque. Il faut voir là une conséquence directe de l’ouverture des négociations d’adhésion. L’issue de la procédure lancée par le procureur général de la Cour de cassation a permis de démontrer aux Européens, mais aussi aux Turcs, que l’adhésion a changé la donne, et en particulier les rapports entre l’UE et la Turquie. Ainsi, lorsqu’il y a des convulsions politiques aussi fortes que celles-là dans ce pays, c’est le devoir et l’intérêt de l’UE de s’impliquer dans les débats internes, comme cela a été le cas pendant cette procédure d’interdiction, qui a fait la une des journaux pendant plusieurs semaines. L’aspect européen a donc été pris en compte. Il y a eu sans cesse des références aux standards, aux critères européens, à la Commission de Venise, ou à des cas de fermetures de partis politiques dans des pays de l’UE (même s’ils sont extrêmement rares). Cette discussion a véritablement permis de prendre en compte la dimension européenne du problème, ce qui est particulièrement important. L’Europe ne peut plus se tenir à distance. Bien évidemment, il y a un aspect purement juridique qui concerne l’indépendance des tribunaux turcs, qu’il faut respecter. D’ailleurs, dans ce cas précis, eu égard aux critères européens, nous n’avons pas franchi de ligne rouge. Nous sommes maintenant dans une nouvelle phase. J’espère que l’opinion publique turque aura également perçu ce changement de façon positive, car il est fondamental que nos amis turcs n’aient plus de doutes sur la sincérité de l’intérêt que l’UE porte à la Turquie et à sa future adhésion.

BA : Ne pensez-vous pas que la candidature turque ait été désavantagée lors l’attribution des fonds IAP (Instrument d’Aide de Préadhésion), qui sont très faibles, quand on prend en compte l’importance de la population de la Turquie et ce qui a été accordé à d’autres pays plus petits comme l’ARYM (Ancienne République de Macédoine) ?

DM : Avec des statistiques, il est possible de faire passer n’importe quel message. Si vous prenez la proportion des fonds alloués à la Turquie par rapport à l’ensemble des fonds disponibles, cela devient pourtant assez intéressant. On parle quand même de la moitié ou de plus de la moitié du total pour la période 2010-2011, où il y a une sérieuse augmentation du volume d’aide financière. Quand vous ajoutez en plus les fonds de la banque européenne d’investissements, qui sont des prêts à des taux extrêmement concessionnels, qui reviennent à de l’assistance financière pure et dure, on arrive à des sommes encore plus significatives. D’un autre côté, il faut aussi tenir compte de la question de la capacité d’absorption de ces fonds. Avec de nouveaux Etats membres comme la Pologne ou la Hongrie, il y a eu des disputes permanentes sur les fonds attribués. Mais lorsque ceux-ci étaient attribués, les pays attributaires n’étaient pas toujours capables de les absorber. Même après leur entrée dans l’UE, ces pays rencontraient et rencontrent toujours, des difficultés pour absorber ces fonds, malgré des négociations et un travail préparatoire de plus de quinze ans… Nous travaillons actuellement avec la Turquie pour améliorer les conditions d’absorption de ces fonds, notamment grâce à un système de responsabilisation totale qui implique une décentralisation extrêmement poussée, à travers la création de mécanismes similaires aux fonds structurels, comme le FEDER (Fonds Européen de Développement Régional). Nous sommes en train de mettre en place ce mécanisme, et cela prendra quelques années encore. Enfin, le troisième commentaire que je voudrais faire à ce propos, concerne le soutien à l’harmonisation législative et l’augmentation des capacités des administrations publiques, dont le coût n’est pas forcément astronomique. On ne parle pas ici d’aide au développement. On ne peut pas comparer l’aide au développement qui est offerte aux pays pauvres avec l’aide que reçoit la Turquie. La Turquie est un pays développé, un pays européen où l’on est en train de mettre à niveau les administrations publiques, pas à un niveau de pays développé mais à un niveau européen, qui va au-delà. La formation des fonctionnaires est donc un des objectifs principaux, et ce sont plus de 500 experts de l’UE qui y travaillent chaque jour.

BA : De nombreux observateurs, dont le président français Nicolas Sarkozy (voir notre édition du 6 mai 2007) sont sceptiques sur les bienfaits de l’adhésion de la Turquie, notamment à cause du déplacement des frontières de l’UE qui en résulterait, et qui pourrait avoir une incidence sur l’intégrité du territoire et la sécurité des citoyens européens. Que leur répondez-vous ?

DM : La question des frontières de l’Europe n’est pas un débat nouveau. Je pense que nous avons commencé à nous poser cette question dès les débuts de la CEE. Vous savez, je suis espagnol, et lorsque l’on parlait de l’adhésion de l’Espagne à cette époque, on répondait que l’Europe commençait au nord des Pyrénées, ce qui excluait donc la péninsule ibérique. Entre-temps, l’Espagne est devenue membre de l’UE et cela n’a pas causé de grands drames. Je pense qu’il y a beaucoup de gens en Europe qui ont toujours défendu une union en la fondant sur des valeurs ou sur un héritage historique et politique commun, plus qu’un ensemble où l’on essaierait d’établir des frontières physiques et géographiques. C’est dans cette Europe là que la Turquie à sa place, et même un grand rôle à jouer. Mais revenons sur les frontières. En ce qui concerne le Caucase, l’Iran ou l’Irak, l’Europe a, d’une façon ou d’une autre, déjà des frontières avec ces régions. Lorsqu’il y a des conflits, des convulsions ou des tensions, l’Europe et son territoire sont quelque part concernés, soit par une menace directe, soit parce que, en tant que voisins, nous sommes susceptibles d’être touchés par divers trafics (êtres humains, armes ou drogues) mais aussi d’être affectés par des mouvements de population. Il en va de la préservation de nos intérêts stratégiques. Ce qui se passe hors des frontières de l’Europe affectera un jour ou l’autre notre sécurité, et cela, la diplomatie européenne l’a parfaitement compris. Je pense que la présence de la Turquie au sein de l’UE aura des avantages extrêmement intéressants, notamment au niveau de la sécurité et de la stabilité régionale. Il n’y a qu’à voir le rôle diplomatique que la Turquie a pris récemment dans la région (conflit géorgien, sommet quadripartite de Damas…) pour s’en convaincre.

BA : Un changement constitutionnel apparaît à beaucoup comme le meilleur moyen de régler certains problèmes politiques turcs récurrents, comme la dissolution des partis politiques ou encore la question du rôle de l’armée. Cependant, dans le contexte de tensions actuelles, il semble difficilement réalisable. Comment appréhender cette question ?

DM : Quand nous essayons d’expliquer à nos amis turcs ce que représente le fait d’être membre de l’UE, et que nous expliquons comment d’autres pays en sont devenu membres, il y a un mot que nous utilisons de manière incessante, c’est le terme «consensus». Nous expliquons que l’UE est finalement une gigantesque machine à fabriquer du consensus. Les mauvaises langues diront qu’à force de faire des compromis, on finit par ne s’accorder que sur le plus petit dénominateur commun, ce qui donne une satisfaction minimale aux différents Etats-membres. Force est pourtant de constater qu’on a abouti à des réalisations extrêmement importantes, comme l’Euro ou encore l’espace Schengen. La recherche du consensus permet donc d’aller extrêmement loin. C’est peut être ce qu’il manque un peu à la vie politique turque. Développer davantage cette culture du consensus pourrait permettre à la Turquie d’envisager plus sereinement les réformes constitutionnelles et législatives nécessaires à l’harmonisation et l’alignement sur l’acquis communautaire. Ce qu’il faut également, c’est un compromis sur l’objectif final de l’adhésion. On a parfois l’impression, en Turquie, qu’il y a encore un débat à ce sujet. Des réticences importantes se sont exprimées à cet égard encore récemment. N’oublions pas que l’engagement turc est fondamental pour atteindre l’objectif final. Cet engagement doit procéder d’une vie et d’un système politiques stables et d’un consensus sur les grands principes, y compris celui de l’adhésion à l’UE. Au-delà de cette convergence de base, il peut y avoir bien sûr, comme partout ailleurs, un choix politique multiples et des opinions très diversifiées.

(Propos recueillis par Bastien Alex, septembre 2008)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.