Derrière la crise syrienne, la rivalité turco-iranienne…

Alors que la journée de manifestations en Syrie du 8 décembre s’est soldée à nouveau par une quarantaine de morts, Ahmet Davutoğlu a mis Damas en garde.

«La Turquie n’a pas envie de s’occuper des affaires intérieures de ses voisins, mais si une menace apparaît pour la sécurité régionale, elle ne pourra pas se payer le luxe de rester les bras croisés», a dit le chef de la diplomatie turque.

Les dernières semaines ont donc permis d’observer une persistance de la position de la Turquie sur la crise syrienne. Le gouvernement turc dit en substance qu’une intervention extérieure n’est pas à l’ordre du jour, mais qu’en cas d’urgence ou de nécessité, il saura prendre ses responsabilités pour faire face à la situation. On sait que l’initiative turque la plus probable en la matière pourrait être la création d’une zone tampon à la frontière pour faire face à un afflux de réfugiés consécutivement à un accroissement de la répression ou à un basculement de la crise dans une véritable guerre civile (cf. notre édition du 23 novembre 2011). Les manifestations organisées jusqu’à présent ont conservé pour l’essentiel des objectifs pacifiques, mais l’on sait qu’une branche de l’opposition syrienne travaille désormais à la mise sur pied d’une résistance armée. L’agence de presse officielle syrienne a d’ailleurs récemment évoqué un accrochage à la frontière entre des troupes régulières et des éléments armés, appartenant à cette résistance naissante.

 Pour l’heure, le gouvernement turc continue de stigmatiser le régime de Damas. Commentant l’interview récemment donnée par Bachar el-Assad à la chaine américaine CNN et au cours de laquelle le leader syrien avait démenti toute responsabilité dans les massacres qui sont perpétrés par ses forces de sécurité depuis mars dernier, Ahmet Davutoğlu l’a notamment mis au défi de démontrer sa bonne foi, en punissant les responsables de la répression. Toutefois, lors de la conférence du programme des Nations Unies de l’Alliance des civilisations qui se tenait à Doha, au Qatar, ce week-end, Recep Tayyip Erdoğan a voulu donner une autre dimension au soutien de la Turquie au printemps arabe. Alors qu’il n’avait pu honorer ce rendez-vous, en raison de l’opération qu’il a subie récemment et qui le tient toujours en retrait de la vie politique, il s’est pourtant adressé lui-même aux représentants des 130 pays participants, par un discours vidéo enregistré, qui l’a vu affirmer qu’il n’y aurait pas de paix et de stabilité au Moyen-Orient, tant que des dictatures réprimant leurs propres peuples y perdureraient. Mais ce message, qui vise la Syrie voisine, au premier chef, n’a pas empêché le chef du gouvernement turc de fustiger à nouveau Israël et le «terrorisme d’Etat» qui est, selon lui, l’autre fléau qui menace la sécurité de la région.

Ces différentes déclarations résument la ligne de conduite qui est à l’heure actuelle celle de la Turquie au Moyen-Orient. Après ses atermoiements face aux premières révoltes tunisienne et égyptienne, et les déboires de sa politique de bon voisinage en Libye et en Syrie, le gouvernement de l’AKP se pose en principal soutien du changement politique provoqué dans la région par les printemps arabes. Cette attitude signifiée avec force par Recep Tayyip Erdoğan lors de sa tournée en Egypte, Tunisie et Libye, en septembre dernier (cf. notre édition du 17 septembre 2011), rapproche la diplomatie turque des positions américaines et européennes, alors même qu’au printemps dernier, les réticences d’Ankara à une intervention internationale contre le régime de Mouammar Kadhafi, et la prudence de la diplomatie turque à l’égard des premiers développements de la crise syrienne, avaient à nouveau laissé dubitatives certaines capitales occidentales. Cette position pour autant ne permet pas d’envisager une amélioration des relations turco-israéliennes. La Turquie n’a cessé de répéter à ses alliés occidentaux qu’Israël constituerait de plus en plus un fardeau pour eux. Pour sa part, elle entend bien désormais, tout en peaufinant l’attrait qu’elle exerce auprès des peuples de la région, conserver les atouts que lui a conférés une rhétorique anti-israélienne qu’elle cultive depuis le «one minute» de Davos (cf. notre édition du 2 février 2009) et l’affaire du «Mavi Marmara» (cf. notre édition du 31 mai 2010).

Cette ligne tactique turque qui surfe sur le printemps arabe, dénonce Israël, tout en préservant son alliance avec les Etats-Unis, exaspère les Iraniens au plus haut point. L’un des commandants de l’aviation iranienne a ainsi fait savoir, à la fin du mois de novembre, qu’en cas d’attaque de Tel-Aviv ou de Washington, la République islamique n’hésiterait pas à frapper l’OTAN… en Turquie. Cette position a été réitérée, dimanche dernier, par l’un des responsables du parlement iranien, qui a déclaré qu’une telle attaque donnerait à l’Iran le «droit naturel» de frapper les dispositifs du bouclier antimissile américain installés en Turquie. Entretemps, lors d’une réunion de l’Organisation de la Conférence Islamique qui s’est tenue à Djeddah, début décembre, le ministre iranien des affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, a rassuré son homologue turc, en lui expliquant que cette opinion extrême n’engageait pas le gouvernement iranien. Tout en ayant fait part de son malaise à l’égard des menaces formulées à son encontre par certains responsables iraniens, la Turquie se borne pour l’instant à n’entendre que le point de vue officiel de la République islamique et rappelle que le bouclier antimissiles n’est dirigé contre aucun de ses voisins, conformément aux souhaits qu’elle avait émis l’an passé lors de la déclaration finale de la conférence de l’OTAN à Lisbonne (cf. notre édition des 19 et 22 novembre 2010).

 Il reste que dans le contexte actuel, la Turquie et l’Iran sont dans une position de rivalité de plus en plus patente. La chute du régime de Bachar el-Assad, principal allié de l’Iran dans la région, donnerait de nouveaux atouts à la Turquie, qui s’inquiète toutefois comme la plupart des pays arabes de la poursuite du programme nucléaire iranien. Last but not the least… il ne faut pas oublier que les Américains s’apprêtent à évacuer l’Irak, et qu’Ankara et Téhéran apparaissent comme les deux principaux candidats susceptibles de combler le vide laissé par ce départ…

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *