Le quotidien “Zaman” reconnaît l’intérêt des instituts de recherche étrangers pour la politique européenne de la Turquie

L’intégration de La Turquie dans l’Union Européenne est-elle toujours d’actualité ?

Traduction de l’article de S(h)ahin Alpay dans le quotidien Zaman du 10 décembre 2011, avec son aimable autorisationifea1

L’UE doit actuellement faire face à la plus grande crise de son histoire. Par ailleurs, certains de ses membres sont plutôt réticents à l’entrée de la Turquie. Il n’est pas étonnant dans ces conditions qu’Ankara ait quelque peu perdu de son enthousiasme à l’idée de candidater avec pour effet secondaire malheureux le ralentissement certain du processus de réforme démocratique en Turquie. Doit-on pour autant en conclure que le processus d’intégration à l’UE n’est plus d’actualité ? Je ne le crois pas.

La crise actuelle ne va remettre en question ni la monnaie commune, ni le principe de l’union elle-même. En revanche, ce qui ressort de la décision prise hier, c’est que l’UE n’a pas d’autre choix pour sortir de cette crise financière que de favoriser l’intégration. Dès lors l’UE peut tendre vers une Europe à grande vitesse et à une intégration progressive, ce qui pourrait favoriser l’adhésion de la Turquie. Dans une UE en pleine crise (Allemagne incluse), le fait que 11 ministères des affaires étrangères aient pu s’exclamer que

“l’accession de la Turquie à l’UE revêt une importance politique et économique cruciale pour la Turquie et pour l’UE…”

n’est pas anodin. D’autre part, ni Ankara ni la population turque ne seraient prêts à renoncer à devenir membre. En effet, malgré le contexte défavorable, la moitié de la population souhaite toujours que la Turquie intègre l’UE.

Certes, les négociations concernant la candidature de la Turquie sont au point mort, mais le processus d’accession à l’UE se poursuit. A ce titre, le dialogue entre les sociétés joue sans aucun doute un rôle des plus importants dans le rapprochement de la Turquie et de l’Europe. A cet égard, la part des Organisations non Gouvernementales est véritablement très importante. J’ai du mal à comprendre le discours du premier ministre Erdoğan qui, il y a peu, parlait d’abord “des associations allemandes”, puis d’une “association” et enfin “d’un fonds lié à une association” qui auraient versé de l’argent aux municipalités du CHP et BDP (les médias ayant déformé l’information en révélant abusivement que l’argent allait au PKK). Ce que je sais et ce que je constate, c’est que les associations allemandes (Ebert, Adenauer, Böll et Naumann) qui fonctionnent sous le contrôle des autorités officielles turques et qui dépendent des lois turques, jouent un rôle non négligeable dans le rapprochement turco-européen grâce aux conférences qu’ils organisent et aux recherches qu’ils encouragent.

L’Institut de recherche Suédois (pour plus de détails : www.srii.org), dont je suis de près les activités, est un autre lieu de recherche basé à Istanbul qui favorise le rapprochement Turquie/Europe par ses conférences, ses recherches, les bourses qu’ils accordent et ses publications sur l’histoire et la société turques. Cet institut, fondé en 1962, a récemment restauré entièrement l’immeuble central de Tünel, la représentation diplomatique suédoise la plus ancienne à l’étranger, et a également inauguré un immeuble moderne qui peut accueillir une vingtaine de chercheurs et leur permettre de loger et de travailler confortablement. Elisabeth Özdalga, directrice de l’Institut jusqu’à récemment, aussi connue pour ses précieux travaux dans le domaine de la sociologie politique de la Turquie, a repris son poste à METU (Middle East Technical University) .

L’Institut Français d’Etudes Anatoliennes (IFEA), actif depuis 1930, est un autre lieu important pour le dialogue Turquie-Europe. Ses nouvelles publications ont récemment été présentées en la présence de Laurent Bili, l’actuel ambassadeur de France qui a le mérite de parler le turc. L’institut organise par ailleurs des séminaires et des conférences à un rythme intense qui favorisent les liens entre les scientifiques turcs et français. Il assure également la publication en turc de travaux originaux menés en français sur la Turquie. Enfin, il facilite la recherche des jeunes chercheurs en leur accordant des bourses de courte durée et en mettant à leur disposition sa bibliothèque de 30.000 ouvrages (pour plus de détails : www.ifea-istanbul.net). On peut d’ailleurs dire que de toutes les fondations européennes scientifiques et culturelles à Istanbul, l’IFEA est actuellement la plus active, grâce notamment à sa directrice depuis 3 ans, Nora Şeni, de double nationalité franco-turque. Madame Seni, connue pour ses recherches en histoire, en histoire et anthropologie de la ville, a publié entre autres: Les Camondo, Seni Unutursam Istanbul, Oryantalizm ve Hayırseverliğin ittifakı.

J’espère vivement avoir pu contribuer, à travers cet article, à rendre l’hommage qu’ils méritent aux établissements européens, si importants pour le rapprochement entre la Turquie et l’Europe.

Isabelle Gilles

Chargée d'édition numérique et des projets de numérisation Webmaster

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.