Ségolène Royal favorable à la candidature turque à l’UE

Dans « Maintenant », un ouvrage qu’elle vient de publier chez Hachette et dont « Le Monde » et « Associated Press » ont eu la primeur, Ségolène Royal se déclare en principe favorable à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne. Présenté sous la forme d’entretiens avec Marie-Françoise Colombani, l’éditorialiste du magazine féminin « Elle », l’ouvrage s’emploie à dévoiler la personnalité de la candidate et à faire connaître tant ses goûts personnels que ses projets pour la France pour crédibiliser sa stature de présidentiable.
La déclaration de la candidate socialiste est donc importante car on souvient qu’au cours des débats qui avaient précédé les élections primaires du parti socialiste, on lui avait reproché de n’avoir pas pris clairement parti sur la question turque en s’en remettant à la décision du peuple français appelé à se prononcer par référendum. Sans abandonner l’idée d’un référendum « dont le résultat dictera la position que le chef de l’Etat aura mission de défendre », Ségolène Royal se prononce, cette fois, en faveur de la candidature de la Turquie, en utilisant des arguments de fond qui ne sont pas sans rappeler ceux qu’avait invoqués Dominique Strauss Kahn, il y a quelques mois, pour justifier une position similaire.
Rejetant l’argument géographique (« l’Europe n’est pas un territoire mais un projet politique ») et l’argument religieux (« un pays dont la majorité de la population est musulmane a parfaitement sa place dans une Europe qui n’est pas un club de nations chrétiennes et compte depuis des siècles, dans les pays de l’Est et des Balkans qui l’ont rejointe, des millions de musulmans pleinement européens »), la candidate socialiste met en valeur l’intérêt géostratégique que revêt la candidature turque pour l’Europe. Certes, la Turquie devra satisfaire aux critères d’adhésion mais Ségolène Royal pense que cette exigence peut aider ce pays et ses citoyens dans leur marche vers la démocratie et l’État de droit.

« Beaucoup de solides raisons militent donc, pense-t-elle, pour accueillir dans l’Union un pays qui est membre depuis longtemps du Conseil de l’Europe ».

Si Ségolène Royal prend néanmoins le soin de préciser qu’elle n’est pas favorable à une intégration rapide de ce pays, c’est pour des raisons « qui, dit-elle, ne tiennent pas à la Turquie mais à l’Europe ». Celle-ci, en effet,

« a besoin d’une pause et d’un temps de stabilisation de ses frontières, car, aujourd’hui, la plupart de ses habitants ne savent plus où elle commence et où elle s’arrête, à quoi elle sert et où elle va ».

Cette prise de position de Ségolène Royal confirme en fait des déclarations qu’elle avait faites, le 15 mars, lors de l’émission « A vous de juger », sur France 2 . Estimant que « ce serait une erreur de rejeter la Turquie parce que c’est la Turquie », elle avait notamment souhaité que ce pays puisse « s’arrimer aux valeurs humanistes de l’Europe ». Et, au moment même où sa campagne électorale prend un tour très républicain et où elle fait chanter la Marseillaise dans ses meetings, la candidate socialiste n’avait pas hésité à rappeler que la Turquie était « un grand pays laïque ».
Ces déclarations basées désormais sur une conviction argumentée feront date et elles pourraient ramener la question turque sur le devant de la scène de la campagne pour les présidentielles. On sait, en effet, que la plupart des autres candidats en vue affichent des positions très hostiles à la candidature turque.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.