Les conséquences stratégiques de la loi française pénalisant la négation des génocides

Après la tempête sur les relations franco-turques provoquée par le vote en première lecture le 22 décembre, par l’Assemblée nationale, de la proposition de loi pénalisant la négation des génocides, les esprits semblent progressivement s’apaiser en Turquie. Le Conseil de sécurité nationale (organe rassemblant régulièrement les plus hautes autorités civiles et militaires de l’Etat), qui s’est réuni le 28 décembre (photo), a néanmoins promis de nouvelles sanctions contre la France, si ce texte est définitivement adopté. On se souvient que la semaine dernière, Ankara avait annoncé une série de mesures symboliques : rappel de son ambassadeur à Paris pour consultation, gel des activités militaires conjointes entre les deux pays, interdiction aux bâtiments de guerre français de visiter les ports turcs, limitation de l’usage de l’espace aérien turc pour les appareils militaires français… Aux dires des experts, ces décisions, qui touchent pour l’instant principalement les relations militaires franco-turques, auront concrètement un effet limité, car ces relations ont déjà été fortement entamées par les précédentes brouilles entre les deux pays.

Pour ce qui est de nouvelles sanctions, la marge de manœuvre reste en fait étroite pour la Turquie. Intégrée à la mondialisation et fortement liée au marché européen, l’économie turque pâtirait, en effet, de mesures unilatérales de rétorsion. Paris par ailleurs a rappelé à Ankara les obligations qui sont les siennes dans le cadre de l’OMC et de l’accord d’Union douanière avec l’UE. La présidente de la TÜSIAD (organisation du grand patronat turc), Ümit Boyner, quant à elle, a estimé que même un boycott des produits français ne serait pas «une si bonne idée». Il est cependant probable que les grands marchés publics turcs d’équipement (nucléaire, transports publics…), déjà peu accessibles aux entreprises françaises, leur seront interdits désormais pour un certain temps.

Le caractère limité des sanctions prises explique sans doute la vivacité des réactions verbales officielles. Les responsables turcs ont tenu à compenser les effets contenus des mesures prises par un durcissement de ton, afin de signifier leur mécontentement extrême. Toutefois même sur ce terrain là, on relève une évolution, depuis quelques jours. Intervenant lors d’une réunion de TÜBITAK (Türkiye Bilimsel ve Teknolojik Kurulu, le Conseil scientifique et technologique de Turquie, équivalent turc du CNRS français), Recep Tayyip Erdoğan a mis en garde ses compatriotes contre les propos belliqueux ou agressifs à l’égard des pays qui reconnaissent le génocide arménien, et souhaité que l’on réponde aux «politiciens populistes» (qui selon lui sont derrière ces reconnaissances) par des arguments «guidés par l’histoire et la science.»

En réalité, ce n’est pas tant par des mesures formelles décidées unilatéralement par la Turquie que l’impact de cette nouvelle brouille turco-française risque de se faire sentir que par des mutations stratégiques plus globales. Avec les révolutions arabes, le départ des Américains d’Irak, l’évolution difficile de la situation en Afghanistan, le dossier nucléaire iranien, la méditerranée orientale et le Moyen-Orient forment une zone en pleine recomposition. Boostée par ses succès économiques, sa popularité dans le monde arabo-musulman, et sa diplomatie de plus en plus active, la Turquie est devenue face à l’Iran la grande puissance montante de la région. Il est possible que Paris pense pouvoir se passer de cette influence en tablant sur les relations traditionnelles qu’elle entretient avec le monde arabe, et sur les doutes qui commencent à travailler certains gouvernements arabes quant à la trop forte omniprésence d’Ankara. Ce n’est ainsi pas Chypre qui aurait été réticente à la présence de la Turquie, lors de la récente réunion européenne sur la crise syrienne, mais bien l’Egypte, inquiète de la montée en force de son puissant voisin. Pourtant, en dépit de l’épisode libyen, l’influence et la crédibilité de la France ne sont plus tout à fait ce qu’elles ont pu être, auprès de capitales arabes, de surcroît plus préoccupées par des problèmes intérieurs que par le souci de leur rayonnement international…

Dans un tel contexte, la Turquie reste l’un des liens fort du monde occidental avec le Proche-Orient. C’est sous cet angle aussi qu’il faut envisager le différend durable qui vient de s’établir entre la France et la Turquie. Au cours des derniers mois les relations turco-européennes n’ont cessé de se distendre du fait de l’enlisement de la candidature turque. Depuis un an et demi, aucun  chapitre n’a été ouvert dans le processus de reprise de l’acquis communautaire. Alors que les chances de règlement du conflit chypriote sont faibles, la prise de la présidence tournante européenne par Nicosie, en juillet prochain, risque d’ébranler à nouveau les relations entre Ankara et Bruxelles. Parallèlement cette Europe, qui ferme ses portes à la Turquie,  traverse la plus grave crise de son existence, et devient en fait de moins en moins attractive pour un pays émergent en plein développement, qui diversifie ses débouchés économiques et regarde vers d’autres horizons.

Pourtant, contrairement à ce qui a été parfois annoncé, Ankara ne s’est pas détournée de l’Occident. Depuis l’année dernière on observe en fait un assouplissement de la stratégie néo-tiers-mondiste qui, en mai 2010, avait vu la Turquie s’allier avec le Brésil, afin de proposer une solution alternative (aux sanctions américaines) pour résoudre le dossier nucléaire iranien. Au cours des derniers mois, le maintien de l’ancrage stratégique occidental de la Turquie a été essentiellement signifié par son acceptation du bouclier antimissile américain, d’abord difficile lors du sommet de l’OTAN en novembre 2010, avant de devenir explicite avec la décision d’installer un dispositif déterminant de ce système de protection, sur le territoire turc, en septembre 2011. Cette dernière décision semble avoir restauré la relation turco-américaine, atteinte l’an dernier par l’accord tripartite (Brésil, Turquie, Iran) de Téhéran, mais elle a provoqué l’ire de la République islamique dont certains responsables ont même récemment menacé la Turquie de frappes sur son territoire, en cas d’attaque américaine ou israélienne.

En réalité, le différend franco-turc, récemment ravivé, risque d’accentuer la détérioration des rapports de la Turquie avec l’Europe continentale. Entretenant également des liens difficiles avec l’Allemagne d’Angela Merkel, autre grand pays de l’UE, la Turquie n’en conserve pas moins une relation forte avec l’Occident, mais cet Occident est principalement anglo-saxon. Dans une Union européenne en crise, alors que la portée des soutiens italien et espagnol de la candidature turque est considérablement atténuée par les difficultés économiques que connaissent Rome et Madrid, la Grande-Bretagne apparaît comme le principal allié d’Ankara sur le continent européen. La récente visite d’Abdullah Gül à Londres, dont la presse turque a fait le plus grand cas, a bien montré l’importance particulière que la Turquie accorde à sa relation avec ce pays. Mais la crise actuelle de l’Euro et le refus des Britanniques d’entrer dans le processus de fédéralisation budgétaire, proposé par Berlin et Paris, indique que le Royaume Uni sera désormais aux marges de l’UE et qu’en fait, n’étant ni dans l’espace Schengen, ni dans la zone Euro, il risque de ne conserver avec Bruxelles à terme qu’une relation principalement économique et commerciale, assez proche finalement de celle dont jouit la Turquie depuis l’accord d’union douanière…

JM


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. wobebli dit :

    Le différent franco-turc sur le génocide arménien est du principalement au refus de la Turquie de reexaminer son histoire. Le conflit du Kurdistan est du au refus de la Turquie d’accepter l’existence du peuple kurde. Les chances de règlement du conflit chypriote sont faibles parce que Ankara refuse de rembarquer ses colons et son corps expéditionnaire, de rendre les biens spoliés, de restituer les corps des chypriotes grecs exterminés et de juger les coupables de ces crimes de masse. Les minorités alévi, chrétiennes et yesidi seront un problème pour le gouvernement turc tant qu’il n’aura pas renoncé à les traiter comme des ennemis. Bref, c’est le caractère oppressif de l’État turc qui est la cause principale de la froideur française, grecque, arménienne, bulgare, syrienne à son égard. Les lois française sur la Vérité historique n’en sont pas moins attentatoire à la Liberté d’expression.

  1. 2 janvier 2012

    […] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } ovipot.hypotheses.org – Today, 10:59 […]

Répondre à wobebli Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.