35 villageois kurdes tués par une frappe aérienne

35 villageois kurdes ont été tués mercredi soir par des frappes aériennes de l’armée turque qui les aurait  pris pour des rebelles du PKK. Ces villageois, originaires d’Uludere, une municipalité frontalière de la province de Şırnak, se trouvaient en territoire irakien au moment des faits, car ils faisaient de la contrebande, une pratique répandue dans cette région, et connue des autorités civiles et militaires turques. Les causes de ce drame sont encore mal établies. Ce dernier n’en constitue pas moins un événement sans précédent, car ce bilan très lourd de 35 morts est en réalité l’un des bilans journaliers de victimes civiles les plus élevés, depuis le début du mouvement armé de rébellion dans le sud-est de la Turquie, en 1984.

Les réactions officielles ont été prudentes dans un premier temps. Le vice-président de l’AKP, Hüseyin Çelik, s’est exprimé le lendemain, en reconnaissant que les victimes de ce raid n’étaient pas des rebelles du PKK, en présentant ses condoléances à leurs familles, en annonçant l’ouverture d’enquêtes, et en promettant que personne ne serait couvert dans cette affaire. L’état-major a expliqué qu’étaient visées en l’occurrence des voies habituelles de passage utilisées par le PKK, et il a fini par présenter lui aussi ses condoléances. Pourtant dès jeudi, le leader du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu s’interrogeait sur l’origine inexpliquée de cette tragédie, et appelait le gouvernement à présenter publiquement des excuses. Devant l’ampleur de l’émotion provoquée, alors même qu’avaient lieu les obsèques des victimes, ce vendredi, ce sont le premier ministre et le président de la République en personne qui sont intervenus afin d’essayer de ramener un peu de sérénité.

Qualifiant cette tragédie de «malheureuse» et de «triste», Recep Tayyip Erdoğan a d’abord cherché à répondre aux accusations très dures, formulées par certains organes de presse, notamment le quotidien Taraf, qui a titré vendredi : «L’Etat bombarde son propre peuple.»  Le premier ministre a expliqué que «cela avait pu se produire dans le passé, mais que ce ne pouvait plus être le cas sous l’empire de son gouvernement.» Depuis sa création, à la fin de l’année 2007, on sait que Taraf a souvent dénoncé les erreurs ou les manipulations de l’armée dans la lutte qu’elle mène contre la rébellion kurde (cf. notre édition du 18 octobre 2008) . Les révélations fracassantes du quotidien libéral, en affaiblissement l’état-major, ont régulièrement fait le jeu du gouvernement de l’AKP. Or, au cours des deux dernières années, l’armée n’a cessé de reculer et de devoir se soumettre au pouvoir civil. C’est ce qui explique qu’aujourd’hui le gouvernement se retrouve aussi mis en cause au premier chef dans cette affaire.

Recep Tayyip Erdoğan a donc essayé d’expliquer l’origine de la méprise qui aurait été commise mercredi soir. Elle résiderait, selon lui, principalement dans le fait que les villageois formaient un groupe compact au moment des frappes, alors même qu’ils passeraient habituellement la frontière de façon beaucoup plus dispersée. Ainsi, les autorités militaire auraient cru avoir affaire à une unité du PKK s’apprêtant à attaquer un poste militaire, comme cela s’est produit en octobre dernier (cf. notre édition du 22 octobre 2011). Le premier ministre a démenti qu’une erreur d’appréciation ait été commise par le MİT (Milli İstihbarat Teşkilati, les services secrets turcs), ce que Taraf affirmait toujours vendredi, en expliquant que ce serait une information erronée fournie par un agent infiltré au sein du PKK, qui aurait été à l’origine de ce véritable massacre. Le procureur spécial de Diyarbakır a finalement ouvert une enquête, vendredi. Mais l’absence d’explications convaincantes depuis deux jours, et la lenteur des autorités à réagir ont favorisé le développement d’un climat lourd de rumeurs et suspicions contradictoires, allant de l’erreur basique au complot, en passant par les provocations provenant de chacun des principaux protagonistes de la question kurde…

Quoi qu’il en soit, cette affaire est le reflet de ce qu’est la question kurde en Turquie dans ce qu’elle peut avoir de plus dérisoire et de plus cruel. Les victimes sont pour l’essentiel de très jeunes gens, qui faisaient de la contrebande pour vivre dans une région où il n’y a pas grand’chose d’autre à faire pour gagner sa vie. La plupart d’entre eux appartenaient à la même famille et portaient le même nom. Quelque soit le résultat de l’enquête, le drame d’Uludere confirme en réalité que ce sont finalement les civils et les jeunes qui restent les principales victimes de la situation de guerre larvée que connaît le sud-est de la Turquie depuis bientôt 30 ans.

Le drame d’Uludere tombe mal pour le gouvernement. L’échec de sa politique d’ouverture kurde en 2009 a été suivi en 2010 par une reprise des violences armées dans le sud-est du pays. Ces dernières se sont encore intensifiées, au cours de l’été et de l’automne derniers. Pourtant, depuis le tremblement de terre de Van, on avait l’impression qu’une pause dans cet engrenage infernal était intervenue. Des rumeurs faisaient état de contacts, voire de négociations secrètes avec le PKK. Et surtout, le gouvernement essayait de convaincre qu’il avait résolument opté pour une nouvelle méthode plus souple et plus humaine dans sa lutte contre la rébellion. Symbole de cette nouvelle donne,  la photo d’un soldat turc, prêtant sa parka à un jeune militant du PKK arrêté, avait fait le tour des rédactions, à la mi-décembre. C’est désormais l’image des obsèques des 35 victimes du bombardement de mercredi qui risque de hanter pour longtemps les populations des provinces du sud-est de la Turquie…

JM


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. D Bro dit :

    Pourquoi faites-vous, vous aussi, silence sur les vagues d’arrestations qui ne cessent de se succéder dans les milieux militants, de la presse, les milieux universitaires, kurdes…?
    Mustafa Özer, photographe AFP ?
    Zeynep Kuray, photo-journaliste franco-turque ?

    Je démarre la liste avec eux 2 car ils ont des liens avec la France, et vous laisse le soin de la compléter et l’analyser.
    Le ferez-vous ?

    • anne dit :

      Bonjour

      Je voulais juste apporter quelques informations.

      En ce qui concerne Mustafa Özer le photographe de l’Agence France Presse, arrêté lors d’une rafle contre le KCK d’abord : il a été libéré depuis et aucune charge n’a été retenu contre lui (35 autres journalistes ont été incarcérés par contre ) Bien évidemment, la question des raisons de sa garde à vue se pose.

      Pour revenir à votre billet. Il souligne que ce massacre d’Uludere est celui qui a fait le plus de victimes civiles en 30 ans de conflit. En 1994 des villages de la province de Sirnak, encore elle,avaient été bombardés par l’armée : résultat 37 victimes civiles.
      Il me semble que des députés CHP s’étaient ensuite rendus sur les lieux.

  1. 5 janvier 2012

    […] la contrebande, en les confondant avec des rebelles du PKK (cf. notre édition du 31 décembre 2011 35 villageois kurdes tués par une frappe aérienne). Quelles qu’en soient les causes (erreur, négligence…), le drame d’Uludere, qui a fait 35 […]

  2. 8 février 2012

    […] de l’air bombarder une colonne de villageois qu’elle avait prise pour des rebelles (cf. notre édition du 31 décembre 2011 […]

  3. 8 juin 2012

    […] de surmonter en si peu de temps. Revenant sur la bavure de l’armée de l’air à Uludere (cf. notre édition du 31 décembre 2011), Şahin avait tenté de l’excuser, en estimant que les autorités militaires avaient pu avoir des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.