Le procès « Ergenekon » est mal parti

Le 20 octobre 2008, le procès des personnes mises en cause dans le cadre de l’affaire « Ergenekon », s’est ouvert à Silivri, près d’Istanbul. Cette ouverture présentée comme celle du plus grand procès de l’histoire judiciaire turque n’a malheureusement pas tenu toutes ses promesses. En effet, la salle d’audience aménagée au sein de la prison de Silivri, où sont emprisonnés la plupart de 46 suspects dont le procureur a ordonné le maintien en détention (sur 86 au total et 73 présents à la première audience), s’est avérée trop petite pour contenir les accusés, leurs avocats et leurs familles.

Trop exigu et bruyant, ce tribunal particulier est donc immédiatement apparu inadapté à la tâche qui lui était dévolu. Dès le début de l’audience, les avocats ont protesté contre la tenue d’un procès à l’intérieur d’une prison en demandant s’ils se trouvaient en face d’une cour martiale. Ils ont également dénoncé plusieurs lacunes concernant l’organisation matérielle du procès et sa préparation précaire. Le ton des débats est devenu tel dans la matinée qu’eu égard au bruit et au cahos régnant, le président a du suspendre le déroulement de l’audience, qui n’a pu reprendre qu’en début d’après-midi.

Entre temps d’autres problèmes d’organisation sont apparus : caractère laborieux des contrôles de sécurité à l’entrée du tribunal, difficultés pour les journalistes de faire leur travail, absence d’écrans LCD pour permettre le suivi de l’audience à l’extérieur… La présence aux abords du tribunal de plusieurs centaines de militants, venus apporter leur soutien à Doğu Perincek, le leader du parti des travailleurs, inculpé dans le cadre de cette affaire et contre lequel le procureur a requis entre 192 et 417 années de prison, a achevé de donner à l’ouverture de ce procès un aspect quelque peu surréaliste.

Par ailleurs, au moment même où le procès commençait, le ministre de la justice, Mehmet Ali Sahin a dû prendre vigoureusement la défense du procureur général chargé de l’affaire “Ergenekon”, accusé par des milieux laïques et nationalistes, proches des partis d’opposition “de commettre un crime légal et de pervertir la justice”, en instruisant un procès qui serait, selon eux, la revanche sur le coup d’Etat post moderne qui avait provoqué la chute du gouvernement dirigé par l’islamiste Necmettin Erbakan, en 1997.

Personne, à commencer par le principal parti d’opposition, n’a le droit de mettre en cause nos juges et nos procureurs, quand ils exercent leurs responsabilités dans le cadre des fonctions qui leur ont été attribuées”, a dit le ministre de la justice.

Depuis, au cours des deux semaines qui viennent de s’écouler, si la fièvre initiale est totalement retombée, le déroulement du procès déçoit tout autant. La défense a, en effet, exigé que l’intégralité des 2445 pages du rapport d’accusation soit lue en audience. Les 5 premières sessions du procès qui ont eu lieu n’ont permis la lecture que de 443… Cette lecture laborieuse a eu pour effet de vider la salle et de faire provisoirement sombrer le procès dans l’ennui. Seules les réactions intempestives de certains prévenus contestant les thèses développés dans le rapport viennent remettre de temps à autres un peu d’animation et interrompre cette litanie judiciaire épuisante…

L’affaire “Ergenekon” était apparue à ses débuts, ou tout au moins lors de la série d’arrestations à laquelle elle a commencé à donner lieu à partir de janvier 2008, comme la première procédure réellement entreprise contre les activités de “l’Etat profond”. Mais elle a été rapidement perturbée par les tensions politiques intenses du premier semestre 2008 (affaire de la levée de l’interdiction du voile dans les universités et surtout procédure de dissolution engagée contre l’AKP…). La multiplication d’arrestations touchant des personnalités proches de la mouvance laïque ont convaincu un certain nombre d’observateurs des liens existant entre cette affaire et la lutte sourde que se livrent sans discontinuer ou presque, depuis deux ans, le gouvernement de l’AKP et l’establishment. Le bon déroulement du procès est donc crucial pour permettre à l’enquête de tenir ses promesses. Alors même que depuis le début de l’année la rumeur annonce la mise à jour spectaculaire des pratiques de “l’Etat profond”, la montagne “Ergenekon” peut difficilement se permettre d’accoucher d’une souris à Silivri…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.