Une nouvelle clef de lecture pour les prochaines élections présidentielles turques


Participant le 27 mars avec son épouse Emine à une conférence sur « le Conseil féminin dans les gouvernements locaux », le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a encore une fois émis des propos politiques très orientés qui ont polarisé l’attention de la presse quotidienne turque :

« La République turque est laïque mais cela n’est pas suffisant, a-t-il déclaré, il y a eu beaucoup d’Etats laïques dans l’Histoire. L’Allemagne de Hitler était aussi laïque. Nous, nous sommes un Etat de droit démocratique, laïque et social. »

Alors même qu’il est actuellement l’objet de vives critiques venant de ses propres rangs et en particulier de ceux qui souhaitent que l’AKP fasse enfin connaître le nom de son candidat officiel pour les élections présidentielles, Recep Tayyip Erdoğan persiste, signe et n’hésite pas à décocher quotidiennement des flèches en direction de « l’establishment politico-militaire ». Cela lui permet, entre autres, de se maintenir sur le devant de la scène politique pour parer à toute éventualité. Il semble, en effet, que le leader de l’AKP hésite encore entre son maintien à la tête du gouvernement, ce qui lui permettrait de poursuivre les réformes déjà entreprises, et un mandat présidentiel qui satisferait surtout son ego. S’il réalisait ce rêve d’entrer à Çankaya, il serait non seulement le premier Président issu de l’islam politique turc (bien qu’il s’en défende aujourd’hui) mais aussi le premier Président à avoir une femme voilée, ce que, semble-t-il, les militaires et plus généralement l’élite administrative de l’Etat ne sont pas prêts à accepter.
S’il devenait président, Recep Tayyip Erdoğan serait, après Turgut Özal et Süleyman Demirel, le troisième Premier ministre turc à accéder à la magistrature suprême essentiellement grâce aux voix des parlementaires de son propre parti. En 1993, l’élection de Süleyman Demirel à la Présidence de la République avait été peu contestée du fait de la normalisation des relations de celui-ci avec l’institution militaire. En 1989, l’élection de Turgut Özal, en revanche, avait été précédée d’une incertitude qui n’est pas sans rapport avec celle à laquelle on assiste actuellement car le fondateur de l’ANAP avait été le grand artisan du retour de la Turquie à la démocratie après le coup d’État militaire de 1980 et, à ce titre, entretenait des relations parfois orageuses avec l’autorité militaire, en particulier avec le Général Evren. Mais, aujourd’hui face à une classe politique extrêmement critique et un Etat-major militaire que le leader de l’AKP ne cesse de pousser dans ses derniers retranchements, la situation est beaucoup plus tendue qu’à l’époque d’Özal où la question laïque n’était pas un véritable enjeu politique ou tout au moins, ne l’était pas à ce point. C’est en effet surtout avec ses déclarations intempestives sur ses origines kurdes et ses comportements atypiques que le « Président croyant » avait fini par indisposer l’appareil militaire. La querelle entre le gouvernement actuel et les militaires sur la laïcité au sommet de l’Etat est quant à elle un conflit profond et durable qui a commencé, le 29 octobre 2003, peu après l’arrivée de l’AKP au pouvoir, lorsqu’Ahmet Necdet Sezer, l’actuel Président, a refusé de convier les épouses de ministres voilées (très nombreuses à ce moment-là) à la célébration officielle de la République, au Palais présidentiel de Çankaya. À l’époque ce refus avait entraîné le boycott de la réception par les députés AKP mais il a également initié un différend sur le port du voile au plus haut niveau qui pèse, on s’en rend compte aujourd’hui, de tout son poids dans la formulation des candidatures à la présidence. Ainsi est-ce peut-être au bout du compte une question symbolique qui va barrer la route de Çankaya au leader de l’AKP, chez qui on sent poindre un sentiment à peine contenu d’amertume et de colère.
Le Professeur Hikmet Özdemir qui répondait à ce propos aux questions du quotidien Milliyet, le 12 mars 2007, rappelait que « La Turquie est un pays qui vit avec des symboles » et que « depuis Atatürk, le choix du successeur de ce dernier à Çankaya relève de la raison d’Etat. » Car « on recherche le consensus.» Si la raison d’Etat, le consensus et les symboles ont effectivement toujours une telle importance dans ce pays, il n’est pas excessif de dire que l’une des clefs de lecture de la prochaine élection présidentielle turque est sans doute à rechercher dans la coiffure des épouses des candidats potentiels.
EK et JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.