Erdoğan vole au secours du soldat Özel

Le mouvement est inhabituel. Lors de la traditionnelle réunion hebdomadaire de son groupe parlementaire, mardi dernier, Recep Tayyip Erdoğan a pris la défense du chef d’Etat major, Necdet Özel, qui s’est estimé insulté par le co-leader du parti kurde BDP, Selahattin Demirtaş.

Le début de l’affaire remonte à la semaine dernière, et notamment à une interview du général Özel, parue dans le quotidien Milliyet du 5 janvier. Interrogé sur le récent drame d’Uludere, le nouveau commandant en chef de l’armée turque s’est exprimé plus largement sur la question kurde et, tout en affirmant son désir de voir même dans les membres du PKK, non des «terroristes», mais des «concitoyens trompés», il s’est dit opposé à ce que l’éducation initiale puisse être assurée à l’avenir en langue kurde dans les provinces du sud-est de la Turquie. Ces propos sur la question kurde en Turquie ont entrainé une vive réaction de Salahattin Demirtaş qui a affirmé que, pour lui, cette opinion du chef d’état-major n’avait pas plus d’importance que celle d’un «caporal».

Cette prise de position n’a pas été appréciée par l’intéressé et par ses collègues qui, au début de la semaine, ont déposé une plainte contre le leader kurde. Mardi, lors de la réunion de son groupe parlementaire, Recep Tayyip Erdoğan est monté au créneau et n’a pas résisté à l’envie de surenchérir, en déclarant : «Apostropher le chef d’état-major et l’insulter avec l’objectif de s’en prendre à notre nation, c’est de l’arrogance. Dans ce pays être un sous-officier est une source d’honneur et de dignité. Demandez aux chef militaires, ils vous parleront de sous-officiers héroïques.» Pour sa part, le leader kurde a expliqué qu’en qualifiant le général Özel de «caporal», il n’avait pas eu pour intention de l’insulter, mais qu’il avait essentiellement voulu signifier qu’un militaire n’avait pas à s’exprimer sur des affaires politiques et que s’il le faisait son opinion n’avait pas à être prise en compte par les élus du peuple, même si elle émanait du commandant en chef de l’armée turque.

La polémique pourrait apparaître futile, si elle ne révélait pas la modification en cours de la nature des relations entre l’armée et le gouvernement. En effet, depuis que l’AKP est arrivé au pouvoir on a pas souvent vu les dirigeants du parti majoritaire soutenir l’armée lorsqu’elle est l’objet de critiques des médias ou des hommes politiques. Auparavant, le plus souvent l’AKP  joignait sa voix à ces critiques ou, au moins adoptait une réserve qui n’en laissait pas moins transparaître une hostilité latente à l’égard de l’institution militaire. Or, ces dernières semaines on a souvent pu observer que ce genre de posture gouvernementale était en train d’évoluer.

Après le fiasco d’Uludere, le gouvernement et l’AKP ont fait front commun avec l’armée pour répondre aux critiques et aux condamnations des médias et des hommes politiques. La situation est apparue inédite, car lors de précédentes bavures militaires dans le sud-est, comme par exemple celle d’Aktütün en 2008 (cf. notre édition du 18 octobre 2008), l’armée et le gouvernement ne paraissaient pas faire partie du même camp. En l’occurrence l’armée, réputée être un Etat dans l’Etat, et mener sa propre politique dans le sud-est, en marge de l’action gouvernementale, faisait généralement figure de première accusée. Or, dans l’affaire d’Uludere, on a pu voir qu’au contraire c’est désormais essentiellement le gouvernement qui a tenu la place de principal responsable.

Cette évolution est révélatrice du recul qu’a connu l’armée au cours des dernières années et particulièrement au cours des derniers mois, depuis le Conseil militaire suprême YAŞ de 2011, qui a vu le gouvernement intervenir dans la nomination et les promotions des membres de l’état-major, ce qui étaient naguère la chasse gardée de l’autorité militaire (cf. notre édition du 3 août 2011). Dès lors que l’armée a perdu l’autonomie dont elle disposait dans le système constitutionnel sécuritaire antérieur, dès lors qu’elle se retrouve de plus en plus sous l’autorité du gouvernement, il est logique que ce dernier assume ses bavures et défende ses chefs lorsqu’ils sont mis en  cause.

Un autre exemple de cette mutation est actuellement fourni par les propos contradictoires tenus par Recep Tayyip Erdoğan suite à l’arrestation récente du général Başbuğ, l’ex-chef d’état major (notre édition du 7 janvier 2011). L’événement aurait du réjouir le premier ministre qui a souvent vu ce militaire pugnace se mettre en travers de sa route au cours de son passage à la tête de l’armée turque entre 2008 et 2010. Or, la première réaction du leader de l’AKP a été nuancée et a laissé entendre qu’il aurait préféré que le général en question demeure en liberté. Certes, Recep Tayyip Erdoğan s’est «repris» peu après, en estimant que des charges importantes pesaient contre ce dernier et qu’il fallait donc laisser aux magistrats compétents le soin de faire leur travail

. Ces tâtonnements inhabituels sont néanmoins révélateurs des mutations qui sont en cours dans les relations entre l’armée turque et le gouvernement. Du coup, des commentateurs de la presse turque commencent à se demander si le gouvernement ne va pas changer de position, non seulement à l’égard de Başbuğ mais aussi d’autres inculpés du procès Ergenekon. Ces commentateurs évoquent une possible convergence d’intérêts entre les membres du fameux réseau (qui auraient renoncé à renverser le gouvernement après sa troisième victoire électorale consécutive en juin dernier) et le leader de l’AKP qui souhaiterait atténuer la polarisation politique dans la société provoquée par les procès pour complot pour que les premières élections présidentielles turques au suffrage universel qui le verront probablement se porter candidat, en 2014, se déroulent dans un climat plus serein.

Mais, au fond, peut-être que ce changement de position à l’égard de l’armée et de ses ex-chefs emprisonnés n’est que le résultat du fait qu’aujourd’hui le gouvernement s’est définitivement emparé du pouvoir d’Etat. Dès lors pas plus qu’il ne tolère que l’on manque de respect à l’égard des chefs militaires, il n’apprécie de les voir derrière les barreaux même s’il a pu le souhaiter en d’autres temps… Les responsables de l’AKP seraient-il en train de chausser les bottes de l’Etat profond ? En tout cas, il sera intéressant de voir, si après avoir protégé le soldat Özel, le gouvernement décide de sauver le soldat Başbuğ.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.