DTP versus AKP


Le torchon brûle entre l’AKP et le DTP qui parlaient encore, il y a quelques jours à peine, de se rencontrer lors d’un dîner.

Il faut dire que Recep Tayyip Erdoğan, qui a repris, au cours du dernier week-end, sa tournée dans le sud-est du pays, y a été particulièrement mal accueilli. Dans la province d’Hakkari des manifestations ont dégénéré en combats de rues opposant les forces de l’ordre à des manifestants souvent très jeunes. Ces événements ont pris le plus souvent un tour spectaculaire : jets de pierre, gaz lacrymogène, cocktails Molotov, voitures brûlées, interventions de véhicules blindés, et même échange de coups de feu. Le dimanche 2 novembre 2008, parallèlement, des militants du DTP ont tenté de manifester Place Taksim, ce qui a conduit à un bouclage total de cette zone centrale d’Istanbul, pendant plusieurs heures. Toutes ces manifestations se sont caractérisées par des mots d’ordre très hostiles au gouvernement. À Hakkari, en particulier le siège de l’AKP a été endommagé par une explosion, tandis qu’à Van de très jeunes manifestants criant des slogans favorables au PKK ont arrosé de pierres les forces de police le long du trajet que devait emprunter le premier ministre.

Recep Tayyip Erdogan a vigoureusement réagi, le 3 novembre, en estimant que le DTP ne pouvait pas jouer «à la fois la carte de la démocratie et celle de la terreur», et en accusant en des termes très durs les députés du parti kurde d’apporter leur soutien au terrorisme. «Ceux qui rejettent un seul drapeau et une seule nation sont libres de partir où bon leur semble», est même allé jusqu’à dire le leader de l’AKP, provoquant immédiatement de vives réactions d’organisations et de personnalités kurdes. Ahmet Türk (photo), l’un des leaders du DTP, a notamment répondu que «ce pays et son drapeau appartenaient aux Kurdes, aux Turcs et à toutes les autres composantes de la société». Il a notamment trouvé inadmissible qu’un chef du gouvernement puisse demander, «à ceux qui ne supportent pas ses propos racistes et univoques, de partir».

Quant aux raisons de l’intérêt marqué de l’AKP pour le sud-est, Ahmet Türk pense qu’il faut les trouver dans les équilibres politiques qui constituent la base de la stratégie gouvernementale actuelle. Pour lui, le parti au pouvoir a besoin de s’imposer électoralement dans les zones kurdes, afin de conserver le soutien de l’armée et des Américains. Au cours des derniers mois une sorte de convergences d’intérêts est apparue, en effet, entre le gouvernement et l’armée sur la question kurde. Alors que les militaires semblent avoir apprécié que le parlement (largement dominé par l’AKP) autorise les forces armées à intervenir en Irak du Nord, on a vu le gouvernement prendre, à plusieurs reprises, la défense des forces armées lorsque leurs interventions ou leur stratégie dans le sud-est ont été mises en cause tant par les partis d’opposition que par les médias. Parallèlement, pour réagir aux récents attentats du PKK dans le sud-est et s’attaquer au base arrière de l’organisation rebelle kurde, le gouvernement a affiché son intention de travailler en étroite coordination avec Bagdad et avec les Etats-Unis, allant même jusqu’à engager pour la première fois un dialogue direct avec les autorités kurdes d’Irak du Nord.

A cela s’ajoute la perspective des élections municipales. L’AKP qui a réalisé de bons scores dans le sud-est, à l’occasion des dernières élections législatives de 2007, entend bien confirmer ce succès, en mars prochain. C’est ce qui explique la multiplication des déplacements de ses leaders, ces derniers mois, en zone kurde. Il s’agit de convaincre une partie de l’opinion kurde modérée, lassée par les excès du terrorisme, de soutenir l’action gouvernementale. S’appuyant sur les premières réformes politiques réalisées dans le cadre de la candidature à l’UE, le gouvernement a annoncé à plusieurs reprises un plan conséquent d’investissements destinés à rattraper le retard de développement du sud-est. Dans ce cadre, l’AKP met en valeur la contribution que les institutions locales et en particulier les municipalités peuvent apporter, en estimant que la stratégie des mairies DTP dans la région est inadaptée et ne peut aboutir qu’à un isolement infructueux.

Un certain nombre d’indices (résultats électoraux, enquêtes d’opinion, rapports d’ONG) confirment le pouvoir d’attraction qui est celui de l’AKP auprès de l’électorat des zones kurdes de Turquie. On comprend dès lors que le DTP puisse voir dans cette offensive politique de l’AKP, un danger majeur pour ses positions du sud-est qui constituent le soubassement de son influence politique, dans le pays. C’est ce qui explique que le mouvement kurde ait décidé de s’en prendre directement au parti gouvernemental au moment même où il se trouve par ailleurs dans une situation précaire, étant toujours l’objet d’une procédure de dissolution devant la cour constitutionnelle. En dépit de ces difficultés, endiguer une éventuelle poussée électorale de l’AKP dans le sud-est semble être devenu pour le DTP, une priorité.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *